Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [+ supprimez la pub] [-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Protéger l’environnement : une nécessité pour sortir de l’ère des pandémies

protéger environnement nécessaire ère pandémies couv
| NatGeo

Au cours des 70 dernières années, le monde a connu plusieurs pandémies. Du VIH à la grippe aviaire en passant par la pandémie actuelle de COVID-19, ces événements ont tous un point commun : ils ont indéniablement été déclenchés par la propension de l’Homme à s’approprier et détruire les espaces naturels qui l’entourent. Un rapport réunissant une vingtaine d’experts appelle ainsi à de profonds changements concernant notre environnement. De la taxation des élevages intensifs à l’interdiction du commerce des espèces sauvages, ces mesures destinées à protéger l’environnement et ses écosystèmes sont aussi destinées à protéger les humains contre l’émergence de nouvelles pandémies.

Le monde est entré dans une « ère de pandémies » et à moins que la destruction des environnements naturels ne soit stoppée, elles émergeront plus souvent, se propageront plus rapidement, tueront plus de personnes et affecteront l’économie mondiale avec un impact plus dévastateur que jamais, selon un rapport de plusieurs experts.

L’émergence de maladies telles que la COVID-19, la grippe aviaire et le VIH chez les animaux a été entièrement motivée par la destruction de lieux naturels pour l’agriculture et le commerce d’espèces sauvages, qui a mis les gens en contact avec les pathogènes dangereux, selon les auteurs. « Le risque de pandémie augmente rapidement, avec plus de cinq nouvelles maladies qui émergent chaque année, dont chacune a le potentiel de devenir pandémique », indique le rapport.

Il estime qu’il existe plus de 500’000 virus inconnus chez les mammifères et les oiseaux qui pourraient infecter les humains. L’approche actuelle anti-épidémies tente de les contenir et de mettre au point des traitements ou des vaccins, ce que les scientifiques qualifient de « chemin lent et incertain ». Au lieu de cela, il faut s’attaquer aux causes profondes, y compris l’arrêt de la destruction des forêts pour produire de la viande, de l’huile de palme, des métaux et d’autres produits pour les pays plus riches.

À LIRE AUSSI :
Selon une étude, le coronavirus est apparu aux États-Unis bien plus tôt qu'on ne le pensait

De profonds changements environnementaux nécessaires pour échapper à l’ère des pandémies

Les coûts d’un tel changement transformateur seraient « insignifiants », constatent les experts, comparés aux milliards de dollars de dommages causés par la seule pandémie de coronavirus. Les solutions proposées incluent un réseau de surveillance mondial, taxant la production de viande nuisant à l’environnement et mettant fin aux subventions des entreprises qui ravagent les écosystèmes.

« Il n’y a pas de grand mystère sur la cause de la pandémie de Covid-19, ou de toute pandémie moderne. Les mêmes activités humaines qui entraînent le changement climatique et la perte de biodiversité entraînent également le risque de pandémie par leurs impacts sur notre environnement », déclare Peter Daszak, président du groupe convoqué par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes) pour produire le rapport.

graphique taux croissance forêts déforestation
Graphique montrant les taux de croissance des forêts et de déforestation de 1990 à 2020. Crédits : FAO 2020

« Nous assistons à des pandémies tous les 20 à 30 ans. Nous pouvons échapper à l’ère des pandémies, mais cela nécessite une attention beaucoup plus grande sur la prévention, en plus de la réaction ». Depuis le début de la pandémie de coronavirus, l’ONU, l’Organisation mondiale de la santé et d’autres ont averti que le monde doit s’attaquer à la cause de ces épidémies et pas seulement aux symptômes sanitaires et économiques. En juin, des experts renommés ont qualifié la pandémie de « signal SOS pour l’entreprise humaine », mais peu de mesures gouvernementales ont été prises.

Le rapport a été produit par 22 experts dans des domaines tels que la zoologie, la santé publique, l’économie et le droit, et représente tous les continents. Il cite plus de 600 études, dont un tiers a été publié depuis 2019. « C’est vraiment à la pointe de la technologie en matière de base scientifique », révèle Anne Larigauderie. Le rapport indique que l’augmentation des maladies émergentes est due à « la récente augmentation exponentielle de la consommation et du commerce, tirée par la demande dans les pays développés et les économies émergentes, ainsi que par la pression démographique croissante ».

À LIRE AUSSI :
Un magnifique caméléon « disparu » depuis plus de 100 ans refait surface

« De toute évidence, face à la Covid-19, avec plus d’un million de morts humaines et d’énormes impacts économiques, l’approche réactive actuelle est inadéquate. Il y a suffisamment de science qui montre une voie à suivre et impliquerait un changement transformateur qui repense notre relation avec la nature. Les scientifiques appellent à la création d’un conseil intergouvernemental de haut niveau sur la prévention des pandémies pour fournir aux décideurs les meilleures données probantes, prévoir les zones à haut risque et coordonner la conception d’un système mondial de surveillance des maladies ».

Des mesures peu coûteuses par rapport aux bénéfices obtenus

Les espèces à haut risque, telles que les chauves-souris, les rongeurs, les primates et les oiseaux aquatiques, devraient être retirées du commerce légal des espèces sauvages de 100 milliards de dollars par an, et il doit y avoir une répression du commerce illégal d’espèces sauvages. Les auteurs indiquent aussi que le risque de maladie émergente devait être pris en compte dans les décisions sur les grands développements et ont appelé à la taxation de la production de viande. « La consommation de viande augmente de façon spectaculaire, et elle est clairement associée à des pandémies ».

À LIRE AUSSI :
Une intelligence artificielle de DeepMind résout l’un des plus grands défis de la biologie !

« Beaucoup de ces politiques peuvent sembler coûteuses et difficiles à mettre en œuvre. Cependant, l’analyse économique suggère que leurs coûts d’environ 50 milliards de dollars par an seront insignifiants par rapport aux milliers de millions de dollars d’impact dus à la Covid-19, sans parler de la marée montante des maladies futures ».

Le rapport a été très bien accueilli par d’autres experts. Guy Poppy, professeur d’écologie à l’Université de Southampton, déclare que l’analyse complète des solutions du rapport est précieuse. « Le lien entre la santé planétaire et la santé humaine était déjà de plus en plus reconnu, mais la Covid-19 l’a porté à l’esprit de tous ».

Sources : Rapport de l’IPBES

Plus d'articles
entretien vehicules electriques coute deux fois moins par rapport vehicules essence
L’entretien des véhicules électriques coûte deux fois moins (par rapport aux véhicules à essence)