Le Prix Nobel de médecine 2018 a été décerné lundi à deux chercheurs en immunothérapie : l’américain James P. Allison et le japonais Tasuku Honjo.

Les travaux de ces deux chercheurs ont révolutionné le domaine du traitement du cancer, en déterminant comment désengager les « freins » qui empêchent le système immunitaire de s’attaquer à cette terrible maladie, a déclaré la Nobel Assembly, qui décerne le prix.

En effet, les résultats des chercheurs ont conduit à une nouvelle classe de médicaments, appelés inhibiteurs de points de contrôle, qui constituent désormais le quatrième pilier du traitement du cancer après la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Allison a étudié une protéine précédemment identifiée comme étant une restriction du système immunitaire, tandis que Honjo a découvert une autre protéine qui maintient le système immunitaire à distance. Allison, président du département d’immunologie du MD Anderson Cancer Center, a déclaré lors d’une conférence de presse à New York, qu’il était « en état de choc », après avoir appris par son fils lundi matin, qu’il avait remporté le prix.

« Mon but n’était pas de soigner le cancer, mais de comprendre comment fonctionnent les cellules T », a-t-il expliqué en évoquant un élément clé du système immunitaire. Allison, aujourd’hui âgé de 70 ans, a également expliqué que sa mère était décédée d’un lymphome alors qu’il était adolescent. Elle fut la première à décéder d’un cancer, avant d’autres membres de la famille.

Vous aimerez également :

Un vaccin anticancéreux montre une efficacité de 100% contre les mélanomes sur des souris

Ces nouveaux traitements se sont révélés particulièrement utiles pour certains patients atteints de mélanome avancé, de cancers de la vessie et du poumon, suscitant donc une nouvelle vague d’espoir dans le domaine de l’oncologie. Mais malheureusement, de nombreux patients n’en ont pas bénéficié et les médicaments ne se sont pas avérés efficaces dans le traitement du cancer du pancréas et du glioblastome. En outre, les traitements peuvent avoir des effets indésirables graves et coûtent généralement plus de 100’000 dollars (USD) par an.

Allison a reconnu que les chercheurs avaient encore beaucoup de travail à faire pour que les nouveaux traitements puissent aider davantage de patients. Il a également ajouté que ces traitements pourront très probablement être utilisés avec d’autres types de thérapies. « Le plus gros défi est de développer les bonnes combinaisons pour obtenir le plus haut taux possible de patients répondant positivement au traitement », a-t-il déclaré. « Cela va prendre un certain temps », a-t-il ajouté.

Honjo, qui a lui 76 ans, s’est exprimé lundi à l’Université de Kyoto au Japon, où il travaille, et a déclaré qu’il avait commencé ses recherches à la suite de la mort d’un professeur de médecine atteint d’un cancer de l’estomac.

Golfeur passionné, Honjo a déclaré qu’un membre d’un club de golf l’avait déjà approché pour le remercier de la découverte qui avait conduit à un traitement pour son cancer du poumon. « Il m’a dit : « Grâce à vous, je peux à nouveau jouer au golf « . Un commentaire de ce genre, ça me rend plus heureux que de remporter n’importe quel prix », a déclaré Honjo.

prix nobel medecine 2018 oncologie cancer systeme immunitaire proteine

Les lauréats du Prix Nobel de médecine 2018 : à gauche, James P. Allison et à droite, Tasuku Honjo. Crédits : Karolinska Institutet.

Allison a effectué son travail historique à l’Université de Californie à Berkeley dans les années 1990, puis au Memorial Sloan Kettering Cancer Center à New York. C’est en étudiant une protéine connue sous le nom de CTLA-4, qui a été identifiée comme un frein du système immunitaire, que le chercheur a compris les implications de cette protéine dans le domaine du traitement du cancer.

Il a ensuite développé un anticorps qui neutralisait la protéine et a obtenu des résultats spectaculaires dans des études sur les souris. En 1994, Allison et ses collègues ont réalisé une expérience cruciale qui a démontré que des souris atteintes d’un cancer pouvaient être guéries par le traitement. Allison s’est battu durant de nombreuses années afin que le médicament, nommé « ipilimumab », soit développé pour les humains.

En 2011 la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le médicament en question (également connu sous le nom de Yervoy), destiné aux patients atteints d’un mélanome au stade avancé. C’était le premier des inhibiteurs de point de contrôle.

Pendant ce temps, en 1992, Honjo a découvert une protéine différente appelée PD-1, qui agissait également comme un frein au système immunitaire, mais par le biais d’un mécanisme différent. Cela a conduit au développement de médicaments anti-PD-1, tel que le pembrolizumab, également connu sous le nom de Keytruda, qui a été approuvé en 2014. Plusieurs médicaments similaires ont depuis été approuvés. L’ancien président Jimmy Carter, atteint d’un mélanome avancé, a été traité avec succès en 2015 par le médicament Keytruda, ainsi que par une intervention chirurgicale complétée d’une radiothérapie.

Les traitements anti-PD-1 se sont avérés plus efficaces que les traitements anti-CTLA-4. Mais la combinaison des deux pourrait être encore plus efficace, comme cela a été démontré chez les patients atteints de mélanome. La combinaison d’immunothérapies, cependant, peut également entraîner des effets secondaires dangereux qui doivent être soigneusement gérés.

Allison est marié à l’oncologue Padmanee Sharma, qui est spécialisée en cancers du rein, de la vessie et de la prostate. Ils travaillent sur des études qui utilisent des biopsies en série de cancers de la prostate et d’autres cancers afin de déterminer comment le système immunitaire réagit au fil du temps, avec différents traitements.

En réalité, cela fait de nombreuses années qu’Allison figure sur la liste des gagnants potentiels du Prix Nobel. Au cours de sa vie, il a remporté de nombreuses autres récompenses.

Lundi dernier, certains chercheurs ont fait l’éloge de la sélection d’Allison, affirmant qu’elle était attendue depuis longtemps : « Pendant 100 ans, nous avons essayé de transformer le système immunitaire, et cela n’a pas fonctionné pour le cancer ou seulement de façon anecdotique », a déclaré Antoni Ribas, immunologiste à l’Université de Californie à Los Angeles.

« Il (Allison) a découvert comment permettre à notre système immunitaire de lutter contre le cancer. Cela a ouvert la voie vers une toute nouvelle gamme de thérapies », a-t-il ajouté.

Allison s’est lancé dans la recherche sur le cancer car il a toujours voulu être la première personne à trouver une solution à ce problème, a-t-il déclaré lors d’un entretien avec le Washington Post, l’année dernière. « Si vous êtes médecin, vous devez faire ce qui est juste, sinon vous pourriez faire du mal à quelqu’un. En tant que chercheur, j’aime être à la pointe et me tromper souvent », a-t-il déclaré.

Source : Karolinska Institutet

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.