Le régime méditerranéen protégerait contre la démence

regime mediterraneen protegerait contre demence
| Shutterstock/Adobe Stock/Trust My Science

Les bienfaits du régime méditerranéen sur divers aspects de la santé sont nombreux, différentes études sur le vieillissement en ayant fait la preuve. Récemment, des chercheurs ont montré qu’un tel régime, principalement riche en poisson, en légumes et en huile d’olive, pourrait protéger le cerveau contre l’accumulation des protéines pouvant conduire à la maladie d’Alzheimer.

Pour étudier l’impact du régime alimentaire sur le développement de la démence, les chercheurs se sont focalisés sur les protéines anormales appelées amyloïde et tau. La protéine amyloïde est responsable de la formation des fameuses plaques amyloïdes, tandis que tau est une protéine qui forme principalement des enchevêtrements. Ces deux protéines sont présentes dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, mais elles peuvent également se trouver chez des individus âgés ayant une cognition normale.

Le régime méditerranéen comprend une consommation élevée de légumes, de légumineuses, de fruits, de céréales, de poisson et d’acides gras monoinsaturés comme l’huile d’olive, ainsi qu’une faible consommation d’acides gras saturés, de produits laitiers et de viande.

Plus d’acides gras monoinsaturés, moins de viande et de produits laitiers

« Notre étude suggère qu’un régime alimentaire riche en graisses insaturées, en poisson, en fruits et en légumes, et pauvre en produits laitiers et en viande rouge, peut en fait protéger le cerveau de l’accumulation de protéines pouvant conduire à la perte de mémoire et à la démence », déclare l’auteur de l’étude, Tommaso Ballarini, du Centre allemand pour les maladies neurodégénératives (DZNE) à Bonn, en Allemagne. « Ces résultats s’ajoutent à l’ensemble des preuves qui montrent que ce que vous mangez peut influencer vos capacités de mémoire plus tard ».

À LIRE AUSSI :
Des dépôts métalliques retrouvés dans le cerveau de malades d’Alzheimer

L’étude a porté sur 512 personnes. Parmi elles, 169 étaient jugées cognitivement normales, tandis que 343 ont été identifiées comme présentant un risque plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs ont examiné dans quelle mesure les personnes suivaient un régime méditerranéen en se basant sur leurs réponses à un questionnaire leur demandant la quantité de 148 aliments consommés au cours du mois précédent.

Les personnes qui consommaient souvent des aliments sains typiques du régime méditerranéen, comme le poisson, les légumes et les fruits, et qui ne mangeaient qu’occasionnellement des aliments non typiques du régime méditerranéen, comme la viande rouge, ont obtenu les scores les plus élevés, pour un score maximal de neuf.

Un ralentissement du « vieillissement » du cerveau

Les capacités cognitives ont été évaluées à l’aide d’un ensemble de tests exhaustifs sur l’évolution de la maladie d’Alzheimer, portant sur cinq fonctions différentes, dont le langage, la mémoire et les fonctions exécutives. Tous les participants ont subi des tomodensitométries cérébrales pour déterminer le volume de leur cerveau. En outre, le liquide céphalo-rachidien de 226 d’entre eux a été testé pour détecter les biomarqueurs des protéines amyloïdes et tau.

Les chercheurs ont ensuite examiné dans quelle mesure une personne suivait un régime méditerranéen et le lien avec le volume cérébral, les biomarqueurs tau et amyloïdes et les capacités cognitives. Après avoir ajusté les facteurs tels que l’âge, le sexe et l’éducation, les chercheurs ont constaté que dans la zone du cerveau la plus étroitement associée à la maladie d’Alzheimer, chaque point en moins sur l’échelle du régime méditerranéen correspondait à près d’un an de vieillissement supplémentaire du cerveau. En examinant l’amyloïde et la tau dans le liquide céphalo-rachidien des candidats, celles qui ne suivaient pas le régime de près présentaient des niveaux plus élevés de biomarqueurs de la pathologie amyloïde et tau que les autres.

À LIRE AUSSI :
Une entreprise commercialise un casque lisant l'activité cérébrale pour 40 000 euros

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Lors d’un test de mémoire, les personnes qui n’ont pas suivi le régime de près ont obtenu de moins bons résultats que celles qui l’ont suivi. « Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour démontrer le mécanisme par lequel un régime méditerranéen protège le cerveau de l’accumulation de protéines et de la perte de fonctions cérébrales, mais les résultats suggèrent que les personnes peuvent réduire leur risque de développer la maladie d’Alzheimer en incorporant davantage d’éléments du régime méditerranéen dans leur alimentation quotidienne », a déclaré Ballarini.

L’une des limites de l’étude réside dans le fait que les candidats ont déclaré eux-mêmes leur régime alimentaire dans le questionnaire. Ils ont donc pu commettre des erreurs en essayant se rappeler exactement ce qu’ils mangeaient et en quelle quantité.

« Nos résultats corroborent le régime méditerranéen comme un facteur de protection contre le déclin de la mémoire et l’atrophie médiotemporale. Ils suggèrent surtout que ces associations pourraient être expliquées par une diminution de l’amyloïdose et de la pathologie tau. Des études longitudinales et d’intervention diététique devraient permettre d’examiner plus en détail cette conjecture et ses implications en matière de traitement », écrivent les chercheurs dans leur document.

Source : Neurology

Laisser un commentaire