Relation entre mouvement/sport et émotions : un lien profond et direct

relation mouvement emotions lien profond direct
| FreePik

Depuis de nombreuses années, les scientifiques suspectent que le lien de nos pensées et émotions avec notre corps est plus profond qu’il n’y paraît. En effet, aujourd’hui, les publications scientifiques montrant les effets directs de l’exercice physique et du mouvement sur la dynamique émotionnelle s’accumulent. De la respiration à la danse en passant par la musculation, chacune de ces activités possède son propre impact sur notre bien-être et le cours de nos pensées.

Le lien entre le mouvement et le cerveau est plus profond qu’on ne le pense. Une étude proposant une nouvelle compréhension de la connexion corps-esprit révèle comment nos pensées et nos émotions ne se produisent pas seulement dans notre tête, et que la façon dont nous bougeons a une profonde influence sur le fonctionnement de notre esprit.

Les preuves commencent à s’accumuler, et il ne s’agit pas uniquement de faire plus d’exercice. Dans le nouveau livre de la chercheuse Caroline Williams, « Bouger ! La nouvelle science du corps sur l’esprit », elle décrypte les recherches émergentes en biologie évolutive, physiologie, neurosciences et biologie cellulaire, pour découvrir quels mouvements corporels affectent l’esprit et pourquoi.

Marcher et courir : un surplus de créativité

Courir ou marcher à un rythme qui vous semble facile permet à l’esprit de s’égarer en réduisant temporairement l’activité dans les régions préfrontales du cerveau. Ces domaines favorisent une pensée rationnelle et linéaire, et des études suggèrent que la réduction de leur activité permet à des idées plus larges et plus créatives de circuler.

Les effets se prolongent pendant au moins 15 minutes après avoir fini de marcher, selon des chercheurs de l’Université de Stanford, qui ont émis l’hypothèse qu’une promenade avant une réunion pourrait porter ses fruits. À ceci près que les marcheurs ont obtenu des résultats légèrement moins bons dans les tests de résolution de problèmes simples et linéaires que ceux qui sont restés assis.

Curieusement, même la légère pression des pas lors d’une marche lente a un impact important sur le flux sanguin vers le cerveau. Des études menées par Dick Greene à la New Mexico Highlands University à Las Vegas et ses collègues suggèrent que lorsque nos pieds touchent le sol, leurs artères sont comprimées. Cela augmente la turbulence dans le sang, lui fournissant un afflux supplémentaire vers le cerveau pouvant aller jusqu’à 15 pour cent.

À LIRE AUSSI :
Le processus de vieillissement pourrait finalement être impossible à arrêter

Musculation : booster l’estime de soi

Les hommes d’aujourd’hui semblent nettement plus faibles que leurs homologues des années 1980, selon une étude de 2016 aux États-Unis qui mesurait la force de préhension maximale, qui est une approximation de la force musculaire globale. La prochaine génération, semble-t-il, sera encore plus faible. Une étude de 2019 a révélé que les enfants de 10 ans en Angleterre étaient 20% plus faibles et avaient 30% moins d’endurance musculaire en 2014 par rapport aux enfants du même âge mesurés en 1998.

Les modes de vie sédentaires sont presque certainement à blâmer, et ils sont importants pour notre santé physique et mentale. Les personnes plus fortes à l’âge mûr ont plus de matière grise et une meilleure mémoire une décennie plus tard. Une explication à cela pourrait être une hormone appelée ostéocalcine, qui est libérée des os lorsque nous nous déplaçons contre la gravité dans toute forme d’exercice de charge.

musculation estime soi confiance
La musculation et le renforcement musculaire sont liés à une plus grande confiance et estime de soi. © Getty

Dans les études sur les rongeurs, sa libération a été liée à la taille et à la connectivité de l’hippocampe. Des études chez l’Homme sont en cours, mais il y a des signes qu’un manque d’ostéocalcine pourrait être lié au déclin cognitif lié à l’âge et aux maladies neurodégénératives. Les avantages du renforcement musculaire ne s’arrêtent pas là.

On sait depuis de nombreuses années que la force physique est liée à une plus grande estime de soi et au sentiment d’être « capable » dans tous les domaines de la vie. Une explication de la raison pour laquelle la force physique fournit la résilience mentale est que notre sens de soi — et, plus important encore, notre sens de ce que nous pouvons accomplir dans le monde — est construit sur les fondations de nos sensations corporelles.

Danser : confiance et contrôle

Les études d’imagerie cérébrale des nouveau-nés ont montré qu’ils remarquaient si la musique rythmique sautait de manière inattendue une note. À l’âge de 5 mois, cette capacité est également liée au mouvement. La recherche montre que les bébés sont capables de bouger leur corps au rythme de la musique à ce stade, et que plus ils y réagissent, plus ils sourient.

Selon des études menées par Morten Kringlebach à l’Université d’Oxford, le facteur de bien-être vient du fait que notre cerveau fonctionne comme une machine de prédiction qui fait constamment des suppositions sur ce qui est susceptible de se passer ensuite. Dans cette optique, un battement régulier est satisfaisant, car il permet de prédire facilement ce qui arrive. Chaque fois que nous avons raison, nous recevons une petite dose de dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans les sensations de plaisir.

Suivre le rythme avec notre corps fournit un deuxième boost de dopamine et peut également créer l’illusion que nos mouvements produisent le rythme en premier lieu, explique la psychologue musicale Edith Van Dyck de l’Université de Gand en Belgique, ce qui nous fait nous sentir forts et confiants.

À LIRE AUSSI :
La musique de Mozart, un traitement potentiel contre l’épilepsie ?

Respirer : contrôler l’information

Lorsque vous régulez votre respiration, vous régulez également vos ondes cérébrales et les liez à la vitesse à laquelle l’air entre et sort de votre nez. Ce lien passe par des neurones sensoriels au sommet du nez, qui se déclenchent lorsque l’air les traverse. Parce que cet air contient des informations sur le monde extérieur, il est logique que l’activité dans les régions cérébrales liées aux odeurs commence à se synchroniser avec la fréquence respiratoire, permettant ainsi de traiter les informations au fur et à mesure qu’elles entrent.

Des études récentes ont cependant montré que cette synchronisation ne s’arrête pas là. Elle se propage aux domaines impliqués dans l’attribution d’un sens à l’information, comme la mémoire, et à ceux impliqués dans la planification et la prise de décision. Une activité rythmique coordonnée dans différentes régions permet au cerveau de partager plus facilement des informations. Certains chercheurs pensent que la capacité du cerveau à se synchroniser avec la respiration peut être une caractéristique fondamentale de la façon dont il traite l’information.

Maintien de la posture : diminuer son stress

Une posture affalée a longtemps été liée à des pensées négatives et à des sentiments de défaite, selon la recherche psychologique, tandis qu’une posture droite et élargie apporte une attitude mentale plus positive. Les expériences montrent également que tenir le corps droit pendant un événement stressant aide les gens à ressentir moins de stress et à récupérer plus rapidement.

posture diminution stress
Bien que les mécanismes impliqués ne soient pas clairement connus, le maintien d’une posture droite aide à réduire le stress. © Getty

Peter Strick de l’Université de Pittsburgh est tombé sur une explication potentielle en traçant les voies neuronales qui relient le cerveau et les glandes surrénales, qui sont situées au sommet des reins et sont responsables de la montée d’adrénaline causée par un stress aigu. Strick et son équipe ont découvert que la partie interne de ces glandes, appelée médullosurrénale, est liée à des régions du cortex moteur du cerveau, qui contrôle les mouvements volontaires.

À LIRE AUSSI :
Les masses des chromosomes humains ont été mesurées pour la première fois

À son tour, cette voie neurale se connecte aux muscles du tronc qui stabilisent le torse et soutiennent la posture. Bien qu’il soit trop tôt pour être certain des informations relayées le long de ces itinéraires, Strick pense que le lien pourrait expliquer les effets de soulagement du stress de l’exercice basé sur le tronc, comme le Pilates, le yoga et le tai-chi.

Étirement musculaire : réduire l’inflammation

Étirer les muscles raides fait du bien, mais il semble y avoir des avantages supplémentaires surprenants à relâcher les muscles tendus. Des recherches émergentes suggèrent que l’étirement entraîne des changements dans le fascia, des feuilles de tissu conjonctif qui enveloppent nos muscles et leur permettent de glisser les uns sur les autres lorsque nous bougeons.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Des recherches menées par Helene Langevin à la Harvard Medical School, ont révélé que l’étirement des tissus de rat amène les cellules du fascia à libérer de l’adénosine triphosphate. Cette molécule gère les niveaux d’inflammation, qui est la réponse du système immunitaire qui augmente en période de stress ou lorsque nous avons une blessure ou une infection.

Dans une étude de 2016, Langevin et son équipe ont injecté de la carraghénine, une substance qui provoque une inflammation locale, dans les muscles dorsaux de rats. Deux jours plus tard, la moitié des rats ont été encouragés à s’étirer, tandis que l’autre moitié ne l’a pas été. Les rats qui s’étiraient avaient non seulement des niveaux d’inflammation significativement plus faibles, mais également des niveaux plus élevés de molécules qui aident à résoudre l’inflammation au niveau cellulaire.

Cela est important pour l’esprit, car l’inflammation incontrôlée est liée à la dépression, à la douleur chronique et à la fatigue. Elle est également exacerbée par les modes de vie modernes et l’obésité, et s’accélère avec l’âge.

Laisser un commentaire