Maintenir le réchauffement climatique sous 2 °C devrait créer 8 millions d’emplois d’ici 2050

objectifs accord paris 8 millions emplois energies 2050
| iStock

Entré en vigueur en 2016, l’Accord de Paris prévoit de limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 °C d’ici 2100, et de maintenir une limite supérieure de 1.5 °C. Un tel objectif devra donc entraîner de profonds changements dans l’industrie et les emplois actuellement occupés dans l’extraction des combustibles et les énergies fossiles. Cependant, des chercheurs ont récemment démontré que si les actions tendant vers cet objectif se poursuivaient, cela créerait environ 8 millions de nouveaux emplois dans le secteur des énergies d’ici 2050. 

Des chercheurs ont créé un ensemble de données mondiales sur les emplois dans 50 pays et ont utilisé un modèle pour étudier comment tenter d’atteindre l’objectif climatique mondial de l’Accord de Paris de rester bien en dessous de 2 °C affecterait les emplois du secteur de l’énergie. Ils ont constaté qu’une action pour atteindre cet objectif augmenterait le nombre d’emplois nets d’environ 8 millions d’ici 2050, principalement en raison des gains dans les industries solaire et éolienne. L’analyse a été publiée dans la revue One Earth.

« Actuellement, on estime que 18 millions de personnes travaillent dans les industries de l’énergie — un nombre qui est susceptible d’augmenter, et non de diminuer, à 26 millions ou de plus de 50% si nous atteignons nos objectifs climatiques mondiaux. La fabrication et l’installation de sources d’énergie renouvelables pourraient potentiellement représenter environ un tiers du total de ces emplois, pour lesquels les pays peuvent également rivaliser en matière de localisation », explique Johannes Emmerling, spécialiste de l’environnement et économiste à l’Institut européen d’économie et de l’environnement RFF-CMCC en Italie.

À LIRE AUSSI :
Le trou dans la couche d'ozone au-dessus du pôle Sud est désormais plus grand que l'Antarctique

Un modèle de projection détaillé

L’étude menée par Emmerling et ses collègues est la première basée sur un ensemble de données complet de plus de 50 pays, y compris les principales économies productrices de combustibles fossiles. L’équipe a combiné cet ensemble de données avec un modèle d’évaluation intégré pour faire des projections d’emplois.

Le modèle permet de voir comment le développement de la civilisation et les choix que font les sociétés s’influencent mutuellement. Presque toutes les analyses précédentes s’appuyaient sur des données sur l’emploi pour les pays de l’OCDE et généralisaient les résultats pour le reste du monde à l’aide d’un multiplicateur.

« La transition énergétique est de plus en plus étudiée avec des modèles très détaillés, des résolutions spatiales, des échelles de temps et des détails technologiques. Pourtant, la dimension humaine, l’accès à l’énergie, la pauvreté, ainsi que les implications en termes de distribution et d’emploi sont souvent considérés à un niveau de détail élevé. Nous avons contribué à combler cet écart en collectant et en appliquant un vaste ensemble de données dans de nombreux pays et technologies qui peuvent également être utilisés dans d’autres applications », indique Emmerling.

Une transition des emplois des énergies fossiles ver les énergies renouvelables

Dans le modèle des chercheurs, sur le total des emplois en 2050, 84% seraient dans le secteur des énergies renouvelables, 11% dans les énergies fossiles et 5% dans le nucléaire. Alors que les emplois dans l’extraction de combustibles fossiles, qui constituent 80% des emplois actuels liés aux combustibles fossiles, diminueraient rapidement, ces pertes seront compensées par des gains d’emplois dans la fabrication d’énergie solaire et éolienne.

À LIRE AUSSI :
Un important flux de chaleur géothermique menace le gigantesque glacier Thwaites
graphiques changement emplois accord paris
Gauche : changements dans les emplois du domaine de l’énergie entre 2030 et 2050. Tandis que les emplois dans les énergies fossiles diminuent, un plus grand nombre d’emplois est créé dans les énergies renouvelables. Droite : résumé des changements et comparaison entre la tendance actuelle et la poursuite de l’objectif de l’Accord de Paris. © S. Pai et al. 2021

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Les emplois du secteur de l’extraction sont plus sensibles à la décarbonisation, il faut donc mettre en place des politiques de transition. Par exemple, la mobilité des emplois manufacturiers sera utile dans les zones où la décarbonation sévit », déclare l’auteur principal de l’étude, Sandeep Pai, chercheur à l’Université de la Colombie-Britannique.

« Dans de nombreux cas, les travailleurs des combustibles fossiles détiennent également une influence politique en raison de leur histoire et de leurs taux élevés de syndicalisation, entre autres, donc alors que nous passons à des sources à faible émission de carbone, il est important d’avoir un plan en place pour l’acceptabilité générale des politiques climatiques », ajoute-t-il.

Le prochain objectif des chercheurs est d’explorer les changements dans les niveaux de compétences, les exigences en matière d’éducation et les salaires qui pourraient résulter de la tentative d’atteindre l’objectif climatique mondial de l’Accord de Paris. Ils prévoient également que, puisque cela est accessible à tous ces différents groupes à travers le monde, cela incitera d’autres analystes de données à l’utiliser pour exécuter plusieurs scénarios, clarifiant davantage l’étendue des tâches.

Sources : One Earth

Laisser un commentaire