16.5K Partages

La découverte de sang liquide dans les restes préhistoriques d’animaux est extrêmement rare, car cela nécessite des conditions de préservations spécifiques et quasiment parfaites. C’est donc la chance qui a souri à une équipe de chercheurs russes lorsqu’ils ont découvert un poulain parfaitement conservé vieux de 42’000 ans, dans lequel ils ont pu prélever du sang encore liquide. Ces échantillons devraient permettre aux scientifiques de cloner l’animal afin de redonner vie à cette espèce disparue.

En août de l’année dernière, les restes parfaitement conservés du jeune poulain mâle ont été découverts dans le cratère Batagaika, en Iakoutie, dans le nord de la Russie.

Les scientifiques pensent que ce petit spécimen fossilisé est un poulain des chevaux Lenskaya, disparus depuis longtemps, qui erraient dans la Yakoutie, la région la plus froide de Russie, durant le Paléolithique supérieur. Il était âgé d’une ou deux semaines seulement quand il est mort et est resté dans un état de préservation si spectaculaire que même sa crinière et ses poils ont été préservés.

Des chercheurs du Mammoth Museum, appartenant à l’Université fédérale du Nord-Est de Yakoutsk, ont découvert qu’une grande partie de ses organes et vaisseaux étaient également dans un état parfait de conservation, grâce à des conditions d’enfouissement favorables, une boue molle qui a ensuite gelé. À tel point qu’ils ont réussi à prélever des échantillons de sang liquide dans les vaisseaux cardiaques, qu’ils appellent maintenant le « plus vieux sang au monde ».

etat conservation poulain

L’autopsie du poulain a mis en évidence un état de conservation parfaite, où la plupart des organes et vaisseaux sont intacts. Crédits : NEFU

La découverte de sang liquide et d’urine est extrêmement rare. Grigoriev a déclaré qu’il ne connaissait qu’un autre cas de découverte de sang liquide chez un animal du Pléistocène, qui a commencé il y 2.6 millions d’années et s’est terminé il y a 11’700 ans environ. C’était dans la carcasse gelée d’un mammouth adulte découverte par l’équipe de Grigoriev en mai 2013 sur l’île Little Lyakhovsky, au large de la côte nord-est de la Russie.

« En règle générale, le sang coagule ou même se transforme en poudre dans les restes fossiles d’animaux de l’ère glaciaire, même si la carcasse est préservée » explique Grigoriev. « Cela est dû à la momification lorsque l’humidité et d’autres liquides biologiques s’évaporent progressivement au cours de milliers d’années, même si les restes sont dans le pergélisol. Les restes sont mieux préservés s’ils sont dans la glace, comme ce fut le cas pour notre mammouth ».

echantillon sang poulain

Les échantillons de sang prélevés dans les vaisseaux cardiaques du poulain préhistorique seront utilisés par les scientifiques pour tenter de cloner l’animal. Crédits : NEFU

Sur le même sujet : Un poulain vieux de 40’000 ans retrouvé en parfait état de conservation dans le pergélisol sibérien

À présent, les chercheurs espèrent collecter des cellules viables du poulain afin de cloner l’espèce. Ils admettent volontiers qu’ils ouvriront la voie à l’objectif ultime : cloner un mammouth laineux. Les scientifiques de l’université et de la fondation sud-coréenne Sooam Biotech Research ont déclaré être « confiants du succès » quant à l’extraction des cellules du poulain afin de cloner l’animal éteint et de le ramener à la vie.

Pour cloner l’animal, il leur faudrait extraire et cultiver des cellules viables à partir de l’ancien ADN, ce qui n’avait jamais été fait auparavant. Les chercheurs ont admis qu’ils avaient échoué plus de 20 fois jusqu’à présent, mais que leur confiance était telle qu’ils finiraient par réussir, ils ont déjà choisi le type de cheval vivant qui sera utilisé.

Même s’ils ont réussi à reconstruire partiellement l’ADN du poulain, le séquençage du génome complet d’un animal éteint est presque impossible, l’insertion des gènes partiels dans l’embryon vivant d’un proche parent est donc la méthode la plus viable. Pour un mammouth laineux, il s’agirait de l’éléphant d’Asie. Pour le cheval Lenskaya, ils ont choisi le cheval coréen, successeur du cheval mongol, l’une des plus anciennes et des plus robustes races.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

16.5K Partages
16.5K Partages
Partager via