Des scientifiques développent avec succès des coraux « résistants à la chaleur » pour lutter contre le blanchissement

recif corail coraux blanchiment
| Howard Hall/Coral Reef Image Bank

Des chercheurs ont développé avec succès des coraux « résistants à la chaleur » pour lutter contre le blanchissement dû au changement climatique. L’équipe derrière cette percée est composée de spécialistes issus du CSIRO, de l’agence scientifique nationale australienne, de l’Australian Institute of Marine Science (AIMS) et de l’Université de Melbourne.

Des coraux avec une tolérance accrue à la chaleur ont le potentiel de réduire l’impact du blanchissement des récifs par les vagues de chaleur marines, qui deviennent plus fréquentes à cause du changement climatique. « Les récifs coralliens sont en déclin dans le monde entier », a déclaré le Dr Patrick Buerger, responsable scientifique de la Synhthetic Biology Future Science Platform (SynBioFSP) du CSIRO. « Le changement climatique a réduit la couverture corallienne et les coraux survivants sont soumis à une pression croissante à mesure que la température de l’eau augmente et que la fréquence et la gravité des épisodes de blanchissement des coraux augmentent », a ajouté Buerger.

recif corail coraux blanchiment
Vue aérienne du Hardy Reef, un récif corallien sain dans le Queensland, en Australie. Il s’agit d’une portion de corail appartenant à la Grande barrière de corail. Lorsque les coraux sont en bonne santé, ils sont connus pour montrer des couleurs vives. Crédits : Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO)

Renforcer la tolérance du corail à la chaleur par le biais de ses symbiotes microalgaux

L’équipe de chercheurs a rendu le corail plus tolérant au blanchiment induit par la température en renforçant la tolérance à la chaleur de ses symbiotes microalgaux — de minuscules cellules d’algues qui vivent à l’intérieur du tissu corallien. « Notre nouvelle approche renforce la résistance à la chaleur du corail, en manipulant ses microalgues, qui sont un facteur clé de la tolérance à la chaleur du corail », a déclaré Buerger.

recif corail coraux blanchiment
Située au large de l’Australie, la Grande barrière de corail est le plus grand écosystème corallien du monde. Au total, sa superficie s’étend sur 344’400 kilomètres carrés. Crédits : Coral Brunner/Adobe Stock

Les chercheurs ont isolé les microalgues du corail et les ont cultivées dans le laboratoire de symbiotes spécialisé de l’AIMS. Puis, c’est en utilisant une technique appelée « évolution dirigée » qu’ils ont ensuite exposé les microalgues cultivées à des températures de plus en plus chaudes sur une période de quatre ans.

À LIRE AUSSI :
En 25 ans, la Grande Barrière de corail a diminué de moitié

Cela a aidé les coraux à s’adapter et à survivre à des conditions plus chaudes. « Une fois que les microalgues ont été réintroduites dans les larves de corail, la symbiose corail-algue nouvellement établie était plus tolérante à la chaleur que l’originale », a déclaré Buerger.

Le blanchiment des coraux : le squelette blanc du corail est visible car il a souffert d’un stress thermique important et a perdu son important symbiote d’algues, qui fournit la majeure partie de la nutrition du corail par photosynthèse. Crédits : CSIRO

Les chercheurs ont exposé les microalgues à des températures comparables à celles de l’océan lors des vagues de chaleur marines estivales actuelles, provoquant le blanchissement des coraux sur la Grande barrière de corail.

Sur le même thème : La Grande Barrière de corail vient d’être touchée par une masse d’eau polluée visible depuis l’espace

À LIRE AUSSI :
Comment Trump a-t-il porté un coup presque fatal à la science ?

Ils ont ensuite dévoilé certains des mécanismes responsables de la tolérance accrue au blanchiment des coraux : « Nous avons constaté que les microalgues tolérantes à la chaleur ont de meilleures performances quant à la photosynthèse et améliorent la réponse thermique de l’animal corallien », a déclaré le professeur Madeleine van Oppen, de l’AIMS et de l’Université de Melbourne. « Ces découvertes passionnantes montrent que les microalgues et le corail sont en communication directe entre eux », a ajouté van Oppen.

Pour les scientifiques, la prochaine étape consistera à tester les souches d’algues dans des colonies adultes, à travers une variété d’espèces de coraux. « Cette percée fournit un outil prometteur et nouveau pour augmenter la tolérance à la chaleur des coraux et est une grande victoire pour la science australienne », a déclaré Claudia Vickers, professeure et directrice adjointe de SynBio FSP.

Source : Science Advances

Plus d'articles
tiktok menace états-unis chine conflit
La Chine préférerait fermer TikTok aux États-Unis plutôt que céder à la menace