Sensoria I : l’équipage féminin a officiellement commencé sa « mission martienne »

mission sensoria
| SENSORIA Program

Il y a quelques jours, le 4 janvier, la mission Sensoria I a officiellement débuté. Elle vise à recréer un environnement martien situé sur l’île Mauna Loa, dans l’archipel d’Hawaï. Durant plusieurs jours, l’équipage composé de six chercheuses (donc exclusivement féminin) réalisera des expériences scientifiques et utilisera de nouveaux matériels destinés à améliorer la vie des futurs astronautes martiens. Cette mission vise en outre à promouvoir la place des femmes dans les sciences et l’éducation.

Les missions analogues placent des scientifiques dans des endroits éloignés sur Terre, qui ressemblent physiquement à des destinations cosmiques comme la Lune et Mars. Là, les chercheurs explorent et effectuent des recherches comme s’ils étaient dans l’espace. Cela génère à la fois des données scientifiques importantes et informe les agences spatiales de ce que cela pourrait être d’évoluer sur ces surfaces lointaines.

Un tel équipage d’astronautes analogues est parti ce week-end sur Sensoria I, la sortie inaugurale du projet Sensoria. Cette série de missions aura lieu à l’HI-SEAS (Hawaii Space Exploration Analog and Simulation), un habitat analogue de Mars pour les chercheurs.

Sensoria I durera du 4 janvier au 18 janvier, date à laquelle l’équipage sortira de l’habitat « martien ». Le programme Sensoria est unique pour un certain nombre de raisons, mais il convient de souligner qu’il s’agit de la première équipe de l’HI-SEAS composée exclusivement de femmes.

« Il s’agit du premier équipage entièrement féminin à se trouver dans l’habitat HI-SEAS » déclare Erin Bonilla, vice-commandant et médecin-conseil de cette mission. Elle ajoute que promouvoir l’activité spatiale des femmes est un élément majeur de la vision des missions Sensoria, qui visent à placer les femmes au premier plan de l’exploration spatiale, ce qui n’a pas été le cas par le passé.

À LIRE AUSSI :
Détection d'une planète de masse terrestre voyageant seule dans la Voie lactée

Vidéo résumant la mission effectuée par la précédente équipe de l’HI-SEAS :

Sensoria : une mission « martienne » visant à expérimenter, tester et améliorer

Ce n’est que la première mission de Sensoria et, si les équipages ne seront pas tous uniquement composés de femmes, les femmes seront toujours majoritaires et les équipages seront rassemblés avec un effort concerté pour la diversité et l’inclusion. L’équipage entièrement féminin n’est pas la seule chose qui sépare Sensoria du reste. Il s’agit de la première mission analogue d’astronaute soutenue par du capital-risque.

hublot sensoria
Vue à travers l’un des hublots de l’habitacle de l’HIS-SEAS. Crédits : SENSORIA Program

Dans le cadre de cette mission, par exemple, la membre de l’équipage Adriana Blachowicz, officier scientifique pour cette mission, qui travaille comme chercheuse au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, testera un instrument qui sera envoyé à la Station spatiale internationale. Les missions Sensoria visent en outre, comme d’autres missions analogues, à faire avancer des recherches importantes en mettant l’accent sur des solutions durables.

Promouvoir la place des femmes dans le domaine des sciences et de l’éducation

Sensoria travaillera également avec des établissements d’enseignement ciblant les jeunes filles. Le projet communiquera avec des femmes de premier cycle qui seront sur place à la société spatiale commerciale Blue Origin.

La série de missions Sensoria a également établi un partenariat avec Sally Ride Science, une organisation à but non lucratif spécialisée dans le soutien à l’apprentissage et aux femmes dans les sciences. Les membres d’équipage de Sensoria créeront du contenu pour les milliers de jeunes femmes impliquées dans Sally Ride Science.

Sur le même sujet : Des scientifiques veulent modifier génétiquement des humains pour qu’ils puissent survivre aux missions sur Mars

Les six chercheuses (aux côtés d’un certain nombre de membres d’équipage éloignés qui soutiendront la mission) viennent d’horizons divers, dont beaucoup ont déjà participé à de nombreuses missions analogues.

Cette expérience variée s’accompagne d’une foule de recherches intéressantes que les membres d’équipage poursuivront. De plus, comme l’équipe l’a mentionné, même si chaque membre d’équipage se concentrera sur un certain nombre de projets, elles travailleront également ensemble et s’aideront mutuellement dans leurs études :

    • Hastings et Blachowicz étudient les surfaces de l’habitat et les membres d’équipage eux-mêmes pour collecter des données sur l’environnement microbien de l’habitat. Ils effectueront même un séquençage génétique sur place dans l’habitat pour déterminer s’il sera possible de comprendre l’évolution de cet environnement en temps réel.
    • Hastings travaillera à développer des hydrogels durables, qui peuvent être utilisés dans de nombreux domaines : de l’ingénierie biomédicale au développement alimentaire.
    • Les membres d’équipage travailleront avec différents aliments fermentés créés à partir de recettes de collègues du monde entier. L’équipage expérimentera les aliments et étudiera les espèces microbiennes qui fermentent ces derniers.
    • Sian Proctor, géoscientifique qui servira d’agent de sensibilisation à la communication scientifique pour cette mission, travaillera sur son programme Repas pour Mars, qui se concentre sur la nourriture, l’espace et l’augmentation de la créativité et de la durabilité avec la nourriture sur et hors de la Terre.
    • Blachowicz testera une technologie qui devrait être amenée sur la Station spatiale.
    • Makiah Eustice, ingénieure en aérospatiale et officier des opérations d’habitat dans le cadre de cette mission, étudiera les moyens de communication améliorés pour les activités extravéhiculaires (EVA). Elle s’inspirera des moyens de communication existants, comme la langue des signes américaine et les communications utilisées en plongée sous-marine et en parachutisme.
    • Bonilla travaillera sur une extension de sa thèse de maîtrise, qui se concentre sur l’auto-réflexion critique dans un environnement spatial ou analogue spatial. Elle travaillera également sur un projet d’illustration, intégrant l’art dans la mission. Bonilla étudiera comment l’environnement « modifie son art » et comment le fait de faire de l’art change son expérience dans la simulation.
    • Proctor aidera également à coordonner les EVA avec l’équipage, travaillant comme géoscientifique pour communiquer aux non-géologues comment échantillonner et analyser différents terrains.
    • Maraia Hoffman, l’officier mécanicien de l’équipage et responsable de la formation pour cette mission, étudiera la dynamique de l’équipage dans l’habitat afin de renseigner les futurs paramètres de conception.
À LIRE AUSSI :
Mars sous les projecteurs ce mois-ci : la planète a été très proche de la Terre et en opposition

Plus d'articles
implant cérébral link elon musk
L’implant cérébral Neuralink déjà testé sur des porcs