Lancée le 8 décembre 2018, la sonde spatiale lunaire chinoise Chang’e 4, doit se poser sur la face cachée de la Lune aux environs du 3 janvier 2019. Comprenant un atterrisseur et un rover, l’ensemble est doté de toute une instrumentation scientifique visant à explorer et étudier la surface lunaire, ainsi que d’y mener une expérience de biologie animale et végétale. La sonde est entrée avec succès dans l’orbite lunaire, après 5 jours de voyage.

Le programme spatial lunaire de la Chine commence dès le début des années 2000 avec la développement de l’orbiteur Chang’e 1 lancé en 2007, suivi du lancement de l’orbiteur Chang’e 2 en 2010 qui, après avoir mené une mission de reconnaissance de la surface lunaire, a été envoyé survoler la surface de l’astéroïde Toutatis pour y prendre des photos. En 2013, c’est l’atterrisseur Chang’e 3 qui est posé avec succès sur le sol lunaire.

Chang’e 4 est une réplique de Chang’e 3, et comprend un atterrisseur ainsi qu’un rover. Ces deux parties embarquent une instrumentation scientifique composée d’une caméra topographique, d’un spectromètre basse fréquence (pour mesurer les variations du champ électrique basse fréquence générées par les tempêtes solaires), d’un dosimètre (pour mesurer la quantité d’eau présente dans le régolithe lunaire, dans le but de préparer de futures missions habitées), d’un spectromètre imageur VNIS, d’un radar LPR et d’un analyseur d’atomes neutres.

rendu atterrisseur change4

Illustration de l’atterrisseur Chang’e 4 sur le sol lunaire, avec le rover situé au.dessus. Crédits : Framegrab/CCTV/CNSA

En outre, l’atterrisseur embarque une expérience de botanique comportant des graines de pomme de terre et d’arabidopsis, dans le but d’étudier la respiration des graines et la photosynthèse sur le sol lunaire. La température à l’intérieur de cette mini-biosphère est maintenue entre 1 et 30 °C, tandis que l’humidité et les éléments nutritionnels sont strictement contrôlés. La lumière est canalisée par un tube vers les plantes pour permettre leur croissance.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Sur le même sujet : La NASA vient d’annoncer un plan audacieux pour envoyer des humains sur la Lune et sur Mars

Le dispositif contient également des œufs de ver à soie. Si tout se déroule comme prévu, les œufs devraient éclore et donner des larves qui, en respirant l’oxygène produit par la photosynthèse des plantes, devraient à leur tour libérer du dioxyde de carbone, capté par les plantes. Cette expérience est destinée à établir un microcosme biologique entre les larves et les plantes.

deroulement mission change4

Schéma décrivant le déroulement de la mission Chang’e 4. Crédits : Loren Roberts

Chang’e 4 est entré avec succès dans l’orbite lunaire le 12 décembre et s’est placée en orbite elliptique autour de la Lune. L’engin sera le tout premier à se poser sur la face cachée de notre satellite naturel, ni la NASA ni l’Union soviétique ne s’y étant jamais posés au cours des décennies précédentes. Le site d’atterrissage sélectionné par la Chine est le cratère Von Kármán, situé au sud-est de la Mare Ingenii.

Sur la face cachée de la Lune, il ne peut y avoir de communication directe entre Chang’e 4 et la Terre, celle-ci doit être relayée. Ce sera l’objectif du satellite de communication Queqiao, lancé le 20 mai 2018 et placé sur une orbite de Lissajoux autour du point de Lagrange L2 du système Terre-Lune. Grâce à cette position, il pourra transmettre les communications entre l’engin et la Terre. La Chine prévoit déjà Chang’e 5 dont la mission, pour 2019, sera de ramener des échantillons lunaires sur Terre.

Source : Space News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.