En analysant des données actuelles et en les comparant avec des observations remontant jusqu’aux années 1950, des astronomes ont identifié d’étranges signaux lumineux temporaires provenant de l’espace lointain. Dans une nouvelle étude, ils suggèrent la possibilité qu’il puisse s’agir de « signaux lasers de communication interstellaire » ou de structures extraterrestres inconnues.

Un certain nombre de signaux apparaissant par intermittence ont été repérés et intriguent les astronomes, qui tentent de comprendre de quoi il s’agit. Selon eux, ils proviendraient probablement de « sources astrophysiques naturelles, quoique quelque peu extrêmes ». Cependant, même après avoir découvert une centaine de signaux similaires, ils ne parviennent pas encore à expliquer concrètement le phénomène.

« Les implications de la découverte de tels objets s’étendent de l’astrophysique traditionnelle aux recherches plus exotiques de preuves de civilisations technologiquement avancées », écrivent les auteurs dans le nouvel article.

Des sources lumineuses qui semblent avoir disparu de notre galaxie en peu de temps

Dans le document, publié dans la revue The Astronomical Journal, les chercheurs ont examiné des images du ciel accessibles au public datant des années 1950, provenant d’anciens catalogues astronomiques militaires. Ils ont comparé ces observations historiques avec des relevés actuels, à la recherche d’indicateurs physiques incluant des étoiles qui sembleraient avoir disparu de la Voie lactée.

signal lumineux disparu voie lactee

Une source lumineuse aperçue lors d’une ancienne observation (à gauche) n’est plus visible lors d’une observation ultérieure (à droite). Crédits : Villarroel et al (2019)

« Trouver une étoile en train de disparaître complètement – ou une étoile qui apparaîtrait de nulle part – serait une découverte précieuse et comprendrait certainement une nouvelle astrophysique allant au-delà de celle que nous connaissons aujourd’hui », a déclaré la cheffe de projet Beatriz Villarroel, de l’Université de Stockholm et travaillant à l’Institut d’astrophysique des Canaries, en Espagne.

Habituellement, une étoile mourante change très lentement pour devenir une naine blanche, ou termine sa vie avec une explosion soudaine, telle qu’une supernova. Une étoile entièrement disparue indiquerait donc tout autre chose : soit un nouveau phénomène astrophysique naturel, soit une activité extraterrestre incomprise.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Une supernova ratée ?

La seule explication naturelle connue pour une telle étoile disparue serait une « supernova ratée ». Théoriquement prédite par les modèles astrophysiques, une « supernova ratée » peut avoir lieu lorsqu’une étoile très massive s’effondre dans un trou noir, empêchant l’explosion de se produire ou de se propager. Cependant, de tels événements sont extrêmement rares.

Sur le même sujet : La NASA inclut désormais les technosignatures dans sa mission de recherche de vie extraterrestre

Les explications « extraterrestres » suggérées incluent des « rayons lasers » qui seraient envoyés à travers l’univers dans un but de communication interstellaire. Ou alors, il pourrait s’agir de sphères de Dyson, des structures théoriques que les civilisations extraterrestres avancées pourraient construire autour d’une étoile afin d’exploiter son énergie. Bien que les deux scénarios soient hypothétiquement possibles, aucune preuve de l’un ou de l’autre n’a jamais été découverte.

sphere dyson

Une sphère de Dyson est une mégastructure d’astro-ingénierie construite autour d’une étoile et permettant de collecter toute son énergie. Elle devient accessible à une civilisation de Type II sur l’échelle de Kardashev. Crédits : Jay Wong

Les chercheurs ont déjà examiné 15% des objets candidats potentiels disponibles dans leurs données, et ont trouvé environ 100 objets similaires, qu’ils ont nommés « transitoires rouges ». Certains d’entre eux se comportent de façon très énergique, s’embrasant pour devenir plusieurs milliers de fois plus lumineux.

« Nous sommes très heureux de continuer d’analyser les 100 transitoires rouges que nous avons identifiés », a déclaré Beatriz Villarroel dans un communiqué.

Les astronomes espèrent maintenant lancer un nouveau projet qui s’appuiera sur l’aide du public et de l’intelligence artificielle, ceci afin de passer en revue les 150’000 candidats potentiels identifiés.

« Nous espérons obtenir l’aide de la communauté pour analyser les images dans le cadre d’un projet scientifique citoyen. Nous cherchons des moyens d’y parvenir dès maintenant, et nous pourrons en parler davantage à une date ultérieure », déclare Lars Mattsson, de l’Université de Stockholm.

Source : The Astronomical Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

trou noir supermassif Un trou noir est un objet compact au champ gravitationnel si intense qu'aucune matière ni aucun rayonnement ne peut s'en échapper. Puisque ces astres n'émettent aucune lumière, ils ne peuvent être... [...]

Lire la suite

Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
-30% sur l'abonnement Premium !
J'EN PROFITE !