Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

SpaceX lance avec succès quatre astronautes vers l’ISS à bord de Crew Dragon

Une réussite historique.

spacex lance succes quatre astronautes crew dragon couv
| SpaceX

C’est la consécration pour le programme commercial Crew de SpaceX : l’entreprise fondée par Elon Musk a lancé avec succès quatre astronautes en direction de la Station spatiale internationale via une fusée Falcon 9. En plus de rendre son autonomie aux États-Unis dans l’accès à l’espace, SpaceX conforte le succès du précédent lancement de la capsule Crew Dragon, qui avait amené et ramené deux astronautes vers et depuis l’ISS.

Quatre astronautes ont été lancés avec succès à bord du Crew Dragon « Resilience » de SpaceX vers la Station spatiale internationale dimanche, la première (de ce que les États-Unis espèrent) de nombreuses missions de routine après un vol d’essai réussi à la fin du printemps. Trois Américains — Michael Hopkins, Victor Glover et Shannon Walker — et le Japonais Soichi Noguchi ont décollé à 19h27 du Centre spatial Kennedy en Floride, mettant ainsi fin à près d’une décennie de dépendance internationale à l’égard de la Russie et de son Soyouz.

Le futur président américain récemment voté Joe Biden a salué le lancement sur Twitter comme un « témoignage du pouvoir de la science et de ce que nous pouvons accomplir en exploitant notre innovation, notre ingéniosité et notre détermination », tandis que le président Donald Trump l’a qualifié de grand moment. Le vice-président Mike Pence, qui a assisté au lancement, l’a qualifié de « nouvelle ère dans l’exploration spatiale humaine en Amérique ».

La capsule s’est séparée avec succès du deuxième étage de la fusée et, selon un membre de l’équipe SpaceX parlant par radio, a réalisé une « insertion en orbite nominale ». Cela signifie que la capsule est actuellement sur la bonne trajectoire pour atteindre l’ISS. L’équipage accostera à destination vers 23h00 lundi soir (04h00 UTC mardi), rejoignant deux Russes et un Américain à bord de la station, et y restera six mois.

La suprématie de SpaceX dans l’accès privé à l’espace

En mai, SpaceX a terminé une mission de démonstration montrant qu’il pouvait emmener des astronautes sur l’ISS et les ramener en toute sécurité, un développement historique permettant aux États-Unis de recommencer à se rendre à la Station spatiale par leurs propres moyens. Le Crew Dragon, plus tôt cette semaine, est devenu le premier vaisseau spatial à être certifié par la NASA depuis la navette spatiale il y a près de 40 ans. Il s’agit d’une capsule, de forme similaire à celle du vaisseau spatial qui a précédé la navette spatiale, et son lanceur est une fusée SpaceX Falcon 9 réutilisable.

À LIRE AUSSI :
Observation de la formation simultanée d'une étoile et d'une planète
astronaute nasa lancement falcon 9 fusée spacex
La capsule Crew Dragon de SpaceX au sommet de sa fusée Falcon 9 au complexe de lancement 39A du Centre spatial Kennedy en Floride, en mai 2020. Crédits : SpaceX

La NASA s’est tournée vers SpaceX et Boeing après avoir fermé le programme de navette spatiale en 2011, qui a échoué dans ses principaux objectifs de rendre les voyages spatiaux abordables et sûrs. L’agence aura dépensé plus de 8 milliards de dollars pour le programme Commercial Crew d’ici 2024, dans l’espoir que le secteur privé puisse prendre en charge les besoins de la NASA en « orbite terrestre basse » afin qu’elle soit libérée pour se concentrer sur les missions de retour sur la Lune et puis sur Mars.

SpaceX, fondé par Elon Musk en 2002, a devancé son rival Boeing, dont le programme a échoué après un test raté de son Starliner non habité l’année dernière. Mais le succès de SpaceX ne signifie pas que les États-Unis cesseront complètement de faire appel à la Russie, selon Bridenstine. « Nous voulons un échange de sièges où les astronautes américains peuvent voler sur des fusées russes Soyouz et les cosmonautes russes peuvent voler sur des véhicules d’équipage commerciaux », expliquant que c’est nécessaire au cas où l’un ou l’autre des programmes serait en panne pendant un certain temps.

Autonomie spatiale et relations avec la Russie

La réalité, cependant, est que les liens spatiaux entre les États-Unis et la Russie — l’un des rares points positifs de leurs relations bilatérales — se sont effilochés ces dernières années. La Russie a déclaré qu’elle ne serait pas partenaire du programme Artemis pour revenir sur la Lune en 2024, affirmant que la mission dirigée par la NASA était trop centrée sur les États-Unis. Dmitry Rogozin, le chef de l’agence spatiale russe, s’est également moqué à plusieurs reprises de la technologie de SpaceX, et a annoncé cet été que Roscosmos construirait des fusées qui surpasseraient celles de Musk.

Il a déclaré à une agence de presse d’État qu’il n’était pas impressionné par l’atterrissage sur l’eau du Crew Dragon, le qualifiant de plutôt brutal et affirmant que son agence développait une fusée à méthane qui sera réutilisable 100 fois. Mais le fait qu’une agence spatiale nationale se sente poussée à se comparer à une entreprise est sans doute une validation de la stratégie public-privé de la NASA.

L’émergence de SpaceX a également privé Roscosmos d’un flux de revenus précieux. Le coût des voyages aller-retour sur les fusées russes avait augmenté et s’élevait à environ 85 millions de dollars par astronaute, selon les estimations de l’année dernière. Les transitions présidentielles sont toujours une période difficile pour la NASA, et l’ascension de Joe Biden en janvier ne devrait pas être différente.

À LIRE AUSSI :
Grande conjonction de Jupiter et Saturne : un événement astronomique à ne pas manquer

L’agence n’a pas encore reçu du Congrès les dizaines de milliards de dollars nécessaires pour finaliser le programme Artemis. Bridenstine a annoncé qu’il démissionnerait, afin de laisser le nouveau président fixer ses propres objectifs en matière d’exploration spatiale. Jusqu’à présent, Biden n’a pas commenté le calendrier 2024. Les documents du parti démocrate disent qu’ils soutiennent les aspirations de la NASA sur la Lune et Mars, mais insistent également sur le fait d’élever la division des sciences de la Terre de l’agence pour mieux comprendre comment le changement climatique affecte notre planète.

Plus d'articles
cerveau enfants compréhension langage
Une nouvelle piste vers le traitement des lésions neurales grâce au cerveau des enfants