Le spray nasal qui protège contre la COVID-19 est également efficace contre le rhume

spray nasal anti covid deja pret utilisation couv
| iStock

L’année dernière, afin d’apporter un moyen de lutte supplémentaire à la pandémie, plusieurs équipes de recherche ont accéléré (ou entamé) le développement de sprays nasaux protégeant contre les virus respiratoires, dont notamment le SARS-CoV-2. Après des premiers résultats prometteurs concernant un spray nasal développé par une équipe de l’Université de Birmingham, des chercheurs australiens et britanniques ont développé et testé en laboratoire leur propre version. Selon leurs résultats, le spray protège contre presque tout type d’infection virale des voies respiratoires.

Le médicament stimule le système immunitaire des voies respiratoires et dans le cadre des essais, une efficacité contre le rhinovirus a également pu être démontrée. Le rhinovirus est le virus respiratoire le plus courant, la cause principale du rhume. Il est responsable de l’exacerbation de maladies respiratoires chroniques telles que l’asthme et les maladies pulmonaires obstructives chroniques (BPCO). Dans une étude récemment publiée dans l’European Respiratory Journal, le médicament, connu sous le nom d’INNA-X, s’est révélé efficace dans un modèle d’infection préclinique et dans les cellules des voies respiratoires humaines.

Le traitement par INNA-X avant l’infection par le rhinovirus a réduit de manière significative la charge virale et a inhibé l’inflammation nocive. Le professeur associé Nathan Bartlett, de l’université de Newcastle et du Hunter Medical Research Institute (HMRI), qui a dirigé l’étude, a déclaré qu’INNA-X était très prometteur en tant que nouveau moyen de protéger les populations contre les maladies causées par des virus respiratoires courants. Ces maladies vont du simple rhume aux exacerbations potentiellement mortelles des maladies respiratoires chroniques.

À LIRE AUSSI :
COVID : un nouveau traitement visant à "duper" et inactiver le virus avant qu'il n'infecte les cellules

« Conformément à ce que nous avons rapporté pour d’autres virus respiratoires, notamment le SARS-CoV-2 (qui cause la COVID-19), le traitement par INNA-X avant l’infection a réduit la charge virale dans les voies respiratoires », a déclaré le professeur Bartlett. « Nous avons également examiné l’effet de l’INNA-X dans les cellules des voies respiratoires de patients asthmatiques dont nous savons qu’ils ont une réponse immunitaire antivirale moins efficace, et nous avons constaté que le traitement par INNA-X était efficace, ce qui justifie l’utilisation de ce traitement dans les populations à risque ».

modele epithelium test spray nasal virus
Les chercheurs ont utilisé des cellules provenant de donneurs humains afin d’y faire pousser la structure normalement présente à la surface des voies respiratoires, l’épithélium, pour créer un modèle conforme de ce qui n’est autre que la première ligne de défense contre les virus respiratoires. Ce modèle a donc été essentiel pour démontrer qu’INNA-X peut stimuler directement l’épithélium des voies respiratoires afin qu’il soit mieux préparé pour repousser les virus. © Hunter Medical Research Institute

Cet amorçage immunitaire rend la progression du virus beaucoup plus difficile, ce qui diminue la manifestation de symptômes graves et la propagation de la maladie. INNA-X s’est également révélé très efficace pour réduire l’excrétion du SARS-CoV-2.

Les essais humains du candidat clinique d’Ena Respiratory, INNA-051, débuteront en Australie dans les prochaines semaines. « S’il s’avère protecteur, il pourrait être utilisé par les populations à risque, y compris les personnes âgées ou les patients asthmatiques, pour réduire la gravité des infections par le rhinovirus, le SARS-CoV-2 et d’autres virus respiratoires, en conjonction avec les approches vaccinales », a déclaré Bartlett.

Source : European Respiratory Journal

Laisser un commentaire