Un super-champignon mortel se répand à travers le monde et nous peinons à l’arrêter

champignon pharmacoresistant crainte
| CDC

Chaque année, plus de 30’000 européens meurent à cause des superbactéries résistantes aux antibiotiques, des germes qui évoluent si rapidement que les options de traitement existantes ne peuvent les éradiquer.

Mais le problème ne vient pas uniquement d’une pharmacorésistance mortelle de la part de bactéries qui se propagent. Nous devons également nous préoccuper des infections fongiques résistantes aux médicaments. En effet, un champignon mortel et résistant aux médicaments, appelé Candida auris, se propage à l’échelle mondiale et provoque ce que les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) appellent des « menaces urgentes ».

C’est en 2009 que les médecins ont découvert C. auris pour la toute première fois, dans la décharge auriculaire d’un patient au Japon. Depuis lors, le champignon s’est propagé aux États-Unis et dans d’autres pays, notamment en Colombie, en Inde et en Corée du Sud.

Les CDC ont signalé les sept premiers cas de C. auris aux États-Unis en août 2016. En mai 2017, 77 cas au total ont été signalés à New York, dans le New Jersey, dans l’Illinois, dans l’Indiana, dans le Maryland, dans le Massachusetts et dans l’Oklahoma. C’est en analysant les personnes qui sont entrées en contact avec les 77 premiers cas, que les CDC ont déterminé que le champignon à propagation rapide avait infecté 45 personnes supplémentaires. En février 2019, il y avait 587 cas confirmés de C. Auris rien qu’aux États-Unis.

Toujours selon les CDC, C. auris affecte généralement les personnes dont le système immunitaire est affaibli, qui sont hospitalisées ou souffrent de maladies graves. En fait, des infections à C. auris ont été signalées dans des hôpitaux et des centres de santé à travers le monde entier.

À LIRE AUSSI :
Le tout premier traitement contre Ebola vient d'être approuvé

Au Royaume-Uni, une unité de soins intensifs a du fermer ses portes après avoir découvert que 72 personnes y avaient été infectées. En Espagne, un hôpital a découvert que de nombreux patients étaient porteurs du champignon : 41% des patients porteurs du champignon sont décédés dans les 30 jours qui ont suivi le diagnostic.

C. auris inquiète particulièrement les experts de la santé car il ne peut être éradiqué par les traitements médicaux habituels. De plus, selon les CDC, ce champignon possède même la capacité de survivre sur des surfaces telles que les murs et les meubles pendant des semaines. En effet, certaines infections à C. auris ont résisté aux trois principales classes de médicaments antifongiques. Dans de telles situations, plusieurs classes d’antifongiques à fortes doses doivent être utilisées pour traiter l’infection, mais il s’agit d’un type de traitement moins maîtrisé et dont la réussite est plus incertaine.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Les personnes qui contractent ces maladies pharmaco-résistantes décèdent généralement peu de temps après le diagnostic, en raison de la nature difficilement curable de la maladie. À savoir que la majorité des infections fongiques et bactériennes peuvent être arrêtées avec des médicaments. Cependant, les gènes des champignons et des bactéries résistants aux médicaments évoluent si rapidement que les traitements sont tout simplement inefficaces, ce qui permet à la maladie de se propager.

Pour aggraver davantage les choses, beaucoup de personnes ne présentent aucun symptôme et les maladies se propagent donc à leur insu. Toujours selon les CDC, 1 personne dépistée sur 10 concernant des superbactéries est porteuse d’une maladie résistante aux médicaments sans le savoir.

À LIRE AUSSI :
Une étude de 35 ans sur les coronavirus ne montre aucun signe d'immunité à long terme

De plus, « une personne peut ne pas réaliser être infectée par C. auris si cette dernière souffre déjà d’une autre maladie », expliquent les CDC sur leur site internet. Par exemple, de la fièvre et des frissons qui peinent à s’arrêter suite à l’ingestion de médicaments sont des symptômes classiques d’une infection par C. auris, mais la seule manière de détecter s’il s’agit bien du champignon est d’effectuer des tests en laboratoire.

Vous aimerez également : Une étude a élucidé comment un champignon pathogène peut affaiblir le système immunitaire

À l’heure actuelle, les médecins et les chercheurs ne savent toujours pas exactement ce qui provoque ces maladies pharmaco-résistantes, mais ils savent qu’il existe différentes souches de C. auris, dans différentes parties du monde. Certains experts pensent que l’utilisation intensive de pesticides et d’autres traitements antifongiques a provoqué l’apparition de C. auris dans divers endroits du monde, à peu près au même moment. En 2013, les chercheurs ont découvert un autre champignon résistant aux médicaments, appelé Aspergillus, et ont observé qu’il existait dans des endroits où il était ciblé par un pesticide.

Tandis que les pesticides, les antifongiques et les antibiotiques continuent d’être utilisés sur les cultures et le bétail, il est possible que les champignons et les bactéries qu’ils ciblent apprennent à évoluer pour rester en vie.

En attendant que les chercheurs soient en mesure de déterminer la ou les causes exactes de ces maladies pharmacorésistantes, les CDC indiquent à tout personnel médical d’utiliser du savon et du désinfectant pour les mains avant et après avoir touché des patients. Les CDC encouragent vivement de déclarer tous les cas aux services de santé publique et ce, sans attendre.

À LIRE AUSSI :
COVID : Peut-on laver nos masques jetables ? Oui, mais...
Sources : CDC (1, 2 & 3)

Plus d'articles
synchronisation horloges atomiques optiques quasars couv
Pour la première fois, deux horloges atomiques ont été synchronisées grâce à des quasars