Une supplémentation en vitamines pourrait ralentir le déclin cognitif chez les personnes âgées

supplémentation vitamines déclin cognitif
| Shutterstock
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Bien que certains compléments alimentaires soient commercialisés pour leurs vertus protectrices contre les effets du vieillissement cérébral, les études menées à ce sujet sont peu concluantes. Une équipe de chercheurs américains a entrepris d’évaluer les effets réels de ces préparations multivitaminées dans un essai clinique randomisé d’une durée de trois ans. Les résultats suggèrent qu’une supplémentation quotidienne en multivitamines et minéraux peut ralentir le vieillissement cognitif.

La maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démences affectent plus de 46 millions de personnes dans le monde. Il n’existe à ce jour aucun traitement pour prévenir le déclin cognitif chez les personnes âgées asymptomatiques. Certains nutriments sont en revanche réputés pour leur capacité à préserver la fonction cognitive. Le cacao, par exemple, est riche en flavanols — une sous-famille de flavonoïdes — qui, consommés régulièrement, peuvent ralentir le déclin cognitif en améliorant la vasodilatation cérébrale, le flux sanguin et la formation de nouveaux vaisseaux.

De même, il est connu que les vitamines et minéraux ciblent de multiples voies biologiques qui soutiennent le fonctionnement normal du corps et du cerveau ; une carence en ces nutriments peut ainsi augmenter le risque de déclin cognitif. Quelques études ont examiné les effets de certaines vitamines (vitamine B9, vitamine D) et des oméga-3 sur la cognition, mais les résultats étaient peu concluants — en partie en raison de problèmes de conception de ces études. Le projet COSMOS-Mind (COcoa Supplement and Multivitamin Outcomes Study of the Mind) est la première étude à grande échelle et à long terme examinant les effets d’une supplémentation quotidienne en cacao et/ou en vitamines et minéraux.

À LIRE AUSSI :
Alzheimer : un antibiotique et un flavonoïde connus pourraient éliminer l’amyloïde

Aucun effet significatif du cacao sur la cognition

Cette étude est en réalité annexe à un autre essai clinique (COSMOS), contrôlé par placebo, examinant les effets de l’administration quotidienne d’extrait de cacao et d’une préparation multivitaminée et minérale commerciale sur les risques cardiovasculaires et cancéreux.

Plus de 2200 participants, âgés de 73 ans en moyenne, étaient impliqués dans l’étude COSMOS-Mind, dont 60% de femmes. Ils étaient en bonne santé (pas d’accident cardiovasculaire ou de cancer récent, ni de maladie grave) et ne prenaient pas de compléments alimentaires avant l’étude. Ils ont été répartis en quatre groupes : l’un prenait quotidiennement de l’extrait de cacao et la préparation vitaminée ; un deuxième groupe prenait de l’extrait de cacao et un placebo ; un troisième groupe prenait un placebo et la préparation vitaminée ; enfin, le dernier groupe n’a eu que des placebos. L’observance autodéclarée du traitement était comparable dans tous les groupes (la majorité prenant plus de 75% des pilules au cours de l’étude).

L’extrait de cacao contenait 500 mg de flavanols, dont 80 mg d’épicatéchines et de modestes quantités de théobromine (environ 50 mg) et de caféine (environ 15 mg), susceptibles de renforcer les effets centraux et vasculaires des flavanols. La préparation multivitaminée était typique des produits que l’on trouve dans le commerce ; elle contenait des vitamines (A, D, K et B9 principalement), du calcium, du magnésium, du phosphore, du chrome, du molybdène, de la lutéine, du lycopène, etc.

Les capacités cognitives des participants ont été évaluées par un entretien téléphonique au début de l’essai, puis chaque année durant trois ans. Ces entretiens visaient à évaluer l’état cognitif général, la mémoire épisodique et les fonctions exécutives. Les tests comprenaient un rappel de listes de mots à court délai (10 minutes), un rappel supplémentaire de listes de mots à long délai (40 minutes), un rappel immédiat et différé d’histoires, ainsi qu’une évaluation de la fluidité verbale du participant.

Les résultats de l’étude montrent que les scores obtenus par les participants soumis à l’extrait de cacao (ou son placebo) ne diffèrent pas significativement ; la consommation de cacao semble donc n’avoir aucun effet sur la cognition.

À LIRE AUSSI :
Maladies cardio-vasculaires : un nouveau traitement 3 en 1 réduit considérablement le risque de décès

Des vitamines qui préservent la mémoire et la fonction exécutive

En revanche, les scores obtenus par les participants soumis à la supplémentation en vitamines et minéraux suggèrent « un effet thérapeutique significatif » par rapport au placebo, soulignent les chercheurs dans leur article. L’équipe note par ailleurs que cet effet était le plus prononcé chez les participants ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire.

effets cacao vitamines cognition
Évolution de la cognition globale pour les participants affectés à l’extrait de cacao par rapport à ceux ayant reçu le placebo (A), et pour les participants affectés à la préparation multivitaminée par rapport à ceux ayant reçu le placebo (B). © L. Baker et al.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les vitamines et minéraux ont entraîné des améliorations relatives à la fois pour la mémoire et pour la fonction exécutive. Il n’y avait aucune preuve d’une quelconque interaction entre la supplémentation en extrait de cacao et celle en vitamines pour la cognition globale ni pour la mémoire et la fonction exécutive. En d’autres termes, l’extrait de cacao n’a eu aucun impact sur les effets des vitamines sur la cognition. Reste à identifier les mécanismes via lesquels ces vitamines préservent la fonction cognitive.

« Bien que l’Alzheimer’s Association soit encouragée par ces résultats, nous ne sommes pas prêts à recommander une utilisation généralisée d’un supplément multivitaminique pour réduire le risque de déclin cognitif chez les personnes âgées », a déclaré la Dr Maria C. Carrillo, responsable scientifique en chef de l’association. Avant toute recommandation, des études de confirmation indépendantes sont nécessaires dans des populations plus larges et plus diversifiées. Si les effets se confirment, les personnes âgées disposeraient d’un moyen simple et peu coûteux de préserver leurs capacités cognitives.

À LIRE AUSSI :
Cinq patients en rémission du lupus grâce à la thérapie par cellules T-CAR

En attendant, l’Alzheimer’s Association encourage les patients à évoquer avec leurs médecins et pharmaciens les avantages et les risques de tous les compléments alimentaires, y compris les multivitamines. Un excès de certains nutriments peut en effet avoir des effets néfastes : l’absorption excessive de vitamine D peut par exemple entraîner une hypercalcémie et des doses élevées de vitamine C peuvent provoquer des troubles gastro-intestinaux.

Source : L. Baker et al., Alzheimer’s & Dementia

Laisser un commentaire