Le THC persisterait six semaines dans le lait maternel

thc persisterait lait maternel six semaines
| Pixabay

La consommation de cannabis à des fins récréatives et thérapeutiques se fait toujours plus courante, notamment suite à l’apparition de nombreuses études scientifiques montrant les bienfaits de certaines molécules contenues dans la plante. Cependant, le tétrahydrocannabinol (THC) a été plus d’une fois pointé du doigt pour ses conséquences néfastes au niveau cérébral, et bien que cet effet soit souvent négligeable pour les consommateurs occasionnels et adultes, il n’en va pas de même pour les enfants et les nourrissons. Une nouvelle étude montre que le THC persiste dans le lait maternel durant six semaines après la consommation, indiquant un réel risque que l’enfant développe des troubles cérébraux.

Selon les résultats de la nouvelle étude, le composant psychoactif du cannabis (THC) reste dans le lait maternel jusqu’à six semaines. Cette découverte appuie les recommandations de l’Académie américaine de pédiatrie, du Collège américain des obstétriciens et gynécologues et de l’Académie de médecine de l’allaitement, qui préconisent de s’abstenir de consommer du cannabis pendant la grossesse et l’allaitement.

Il s’agit de la première étude examinant, depuis 1982, la présence de THC dans le lait maternel et le plasma chez les femmes ayant consommé du cannabis pendant la grossesse. Selon les experts, les résultats actualisés seront utiles pour conseiller les nouvelles mères à une époque où la marijuana est plus largement utilisée et devient plus « puissante ».

« Avec l’utilisation croissante de la marijuana dans la société dans son ensemble, nous voyons plus de mères qui en consomment pendant la grossesse », a déclaré Erica Wymore, néonatologiste au Children’s Colorado. Cependant, étant donné le manque de données scientifiques concernant la durée de persistance du THC dans le lait maternel, il était jusqu’ici difficile de fournir aux mères une réponse définitive concernant la sécurité de la consommation de cannabis pendant l’allaitement. « Avec cette étude, nous avons cherché à mieux comprendre cette question en déterminant la quantité et la durée de l’excrétion de THC dans le lait maternel chez les femmes dont la consommation prénatale de marijuana était connue », expliquent les chercheurs.

À LIRE AUSSI :
COVID long : le « brouillard cérébral » peut persister plus longtemps que prévu et même empirer

Des traces de THC dans le lait jusqu’à six semaines

Les chercheurs ont étudié les femmes ayant consommé du cannabis pendant la période prénatale et qui ont accouché à l’hôpital Children’s Colorado et à l’hôpital universitaire de l’UCHealth entre le 1er novembre 2016 et le 30 juin 2019. Ils ont recruté des femmes de plus de 18 ans qui avaient des antécédents de consommation de marijuana pendant la grossesse ou un test urinaire positif pour le THC, qui ont déclaré qu’elles avaient l’intention d’allaiter et étaient prêtes à s’abstenir de consommer du cannabis pendant six semaines après l’accouchement. Elles ont fourni des échantillons de lait, de sang et d’urine pendant ces six semaines.

Sur les 394 femmes qui ont été examinées, 25 se sont inscrites. Sept de ces femmes ont finalement pu s’abstenir de consommer du cannabis pendant toute la durée de l’étude. Les raisons invoquées par les autres femmes pour expliquer leur incapacité à s’abstenir étaient la réduction du stress, l’aide au sommeil et le soulagement de la douleur.

L’étude a révélé que, même si les concentrations de THC variaient d’une femme à l’autre (probablement en fonction de leur niveau de consommation, de leur IMC et de leur métabolisme), le THC était excrété dans le lait maternel de ces sept femmes jusqu’à six semaines. Toutes avaient encore des niveaux détectables de THC dans leur lait maternel à la fin de l’étude.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Cette étude a fourni des informations précieuses sur le temps nécessaire à une femme pour métaboliser le THC dans son corps après la naissance, mais elle nous a également aidés à comprendre pourquoi les mères consomment de la marijuana en premier lieu », déclare Maya Bunik, directrice médicale de la Child Health Clinic et de la Breastfeeding Management Clinic au Children’s Colorado. « Pour limiter les effets inconnus du THC sur le développement du cerveau du fœtus et promouvoir un allaitement sûr, il est essentiel de mettre l’accent sur l’abstention de la consommation de cannabis tant au début de la grossesse que pendant le post-partum. Pour encourager une abstention réussie, nous devons examiner – et améliorer – le système de soutien que nous offrons aux nouvelles mamans ».

À LIRE AUSSI :
Une entreprise commercialise un casque lisant l'activité cérébrale pour 40 000 euros

Les experts s’inquiètent

D’autres études longitudinales menées dans les années 1980 ont montré que les enfants nés de mères ayant consommé du cannabis pendant leur grossesse présentaient des problèmes à long terme au niveau des fonctions cognitives et exécutives, notamment l’impulsivité, ainsi que des déficits d’apprentissage, d’attention soutenue et de résolution de problèmes visuels.

« Cette étude ne portait pas sur l’impact du cannabis sur les bébés, mais nous sommes inquiets », déclare Wymore. « Surtout quand on sait que la marijuana d’aujourd’hui est cinq à six fois plus puissante que celle qui était disponible avant la récente légalisation de cannabis dans de nombreux États ».

Source : Jama Pediatrics

Laisser un commentaire