Un jeune Australien de 29 ans est décédé la semaine dernière, 8 ans après avoir avalé une limace dans le cadre d’un « défi ».

L’Australien en question, Sam Ballard, a avalé la limace pour relever un défi. Le jeune joueur de rugby de Sydney était un « larrikin » — un esprit « espiègle », a déclaré sa mère. Ainsi, quand la limace a rampé sur une table lors d’une fête en 2010, et que ses copains l’ont défié de la manger, il a accepté. « Des garçons de vingt ans, du vin rouge, de l’alcool, assis ensemble – une limace se trouve sur la table, quelqu’un propose un défi (…) », a déclaré sa mère, Katie Ballard, l’année qui a suivi.

Le défi pourrait sembler inoffensif à première vue (pour l’être humain). Cependant, après avoir avalé la limace, Ballard a contracté l’angiostrongylose, une maladie parasitaire transmise par le nématode Angiostrongylus cantonensis (parasite du rat). Selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (Center for Disease Control and Prevention), ce parasite vit chez les rongeurs et peut être transmis aux escargots et limaces. Ces gastéropodes peuvent alors transmettre le ver à l’Homme.

Vous aimerez également : Un parasite tropical arrive en Europe, et serait un hybride entre deux vers infectieux

Malheureusement, le parasite a infesté le cerveau de Ballard, le plongeant dans un coma pendant plus d’une année, ce qui l’a également rendu paralysé. En fin de compte, cela a fini par le tuer. Selon le Sunday Project, Ballard, 29 ans, est décédé la semaine dernière.

Ballard aurait commencé à ressentir une douleur intense aux jambes quelques jours seulement après avoir mangé la limace. À l’époque, il a demandé à sa mère si cela pouvait être causé par la créature. « Non, personne ne tombe malade de ça » avait-elle déclaré, se souvenant de l’incident lors d’une interview plus tôt cette année.

Cependant, les médecins ont vite découvert qu’il était bel et bien tombé malade à cause de l’ingestion de la limace. « Il avait peur. Alors en tant que maman, tout ce que l’on veut faire, c’est rassurer son enfant. En ce qui me concerne, il n’a rien fait de mal. C’était juste une bêtise » expliquait sa mère. Ballard devenait alors tétraplégique. Durant des années, Ballard a souffert de convulsions et était forcé de manger et de respirer à l’aide de tubes. Il avait donc besoin de soins constants, ce que sa famille avait du mal à payer, selon le Daily Telegraph.

Lisa Wilkinson du Sunday Project a écrit dans une chronique lundi : « Depuis près de neuf ans, le bel ange Sam, sa maman Katie a été à ses côtés (…) ; le nourrissant, le guidant, le conduisant où il devait se rendre, le lavant, organisant des visites chez le médecin et à l’hôpital, essayant toujours de trouver les bons moments pour qu’elle puisse voir son garçon sourire à nouveau, se réveillant à chaque bruit durant les nuits, s’assurant toujours que les amis de Sam se sentent accueillis dans son nouvel univers. Et quand ils venaient lui rendre visite, souvent, les yeux de Sam s’illuminaient ». La mère de Sam est toujours restée optimiste quant à son avenir. Mais à présent, Sam est décédé.

Le ver parasite Angiostrongylus cantonensis vit dans les poumons des rongeurs. Comme l’a expliqué le CDC (le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) dans une vidéo, le rongeur (généralement un rat) tousse et aspire les vers, puis les avale, les forçant à pénétrer dans l’estomac de l’animal. Finalement, le rat excrète ces vers. Selon le CDC, les escargots ou les limaces peuvent être infectés en mangeant les excréments du rat, et les humains peuvent être infectées en se nourrissant des escargots ou des limaces.

Plusieurs enfants ont été infectés en avalant des escargots ou des limaces pour réaliser des défis. À savoir que les êtres humains peuvent également être infectés par accident en mangeant des produits crus (tels que la laitue) contenant un petit escargot, une limace ou une partie de celle-ci. Certains animaux tels que les crevettes d’eau douce, les crabes et les grenouilles, peuvent également être infectés par les larves de ce parasite.

Il est possible que le fait d’ingérer des animaux crus ou mal cuits, qui sont infectés, entraîne l’infection chez l’être humain également, bien que les preuves ne soient pas totalement claires. À noter que les poissons ne répandent pas ce parasite. Selon le CDC, des cas d’infection ont été signalés à Hawaï, ainsi que dans la partie continentale des États-Unis. Un enfant de la Nouvelle-Orléans a contracté le parasite en 1993 en mangeant un escargot, mais n’a pas eu besoin de traitement, selon l’agence.

Le ministère de la Santé de New South Wales a indiqué dans une fiche d’information que la plupart des personnes qui en souffrent ne présentent aucun symptôme : et lorsque ceux-ci se manifestent, ils sont généralement temporaires et légers.

Le délai entre l’ingestion d’une limace ou d’un escargot et les premiers symptômes de l’infection est généralement de 1 à 3 semaines. Toute personne présentant ces symptômes devrait consulter un médecin, bien que d’autres infections (telles que la méningite à méningocoque ou la pneumococcie) soient bien plus susceptibles de provoquer une méningite chez les enfants.

Les responsables de la santé conseillent donc aux gens de ne pas consommer d’escargots ou de limaces crus, de bien laver les fruits et les légumes et de les inspecter pour vérifier qu’ils ne contiennent pas de créatures visqueuses.

Sources : CDC, NSW Health, news.com.au

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.