L’Univers est-il vraiment infini ?

univers est-il vraiment infini
La Voie lactée. | Pixabay/Pexels
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

À l’heure où le plus grand télescope spatial au monde James Webb démarre sa mise en service à 1,5 million de kilomètres de la Terre, les questionnements sur l’infiniment grand ne cessent de se poser. Comment les galaxies se sont-elles formées ? Si l’on sait depuis les années 1920 que l’Univers est en expansion, comment le mesurer et que cela révèle-t-il de la finitude du cosmos ? L’Univers est-il vraiment infini, ou fini, mais non borné ? Une chose est sûre, la question fait toujours débat dans le monde scientifique.

Apparu il y a environ 13,8 milliards d’années avec le Big Bang, en théorie, l’Univers désigne tout ce qui existe : l’espace, le temps, l’énergie et la matière. Dès lors, difficile de le concevoir délimité par des bords comme un objet physique, car l’existence d’un bord impliquerait la présence d’un extérieur à l’Univers… ce qui est impossible. Pour autant, il pourrait très bien être fini, mais sans bords, avec un espace se refermant sur lui-même.

L’Univers visible et invisible

Que l’Univers soit fini ou infini, on ne peut pas tout observer de lui. Comme son âge est « fini », nous ne pouvons observer qu’un volume fini : c’est l’Univers observable (ou visible). Il ne représente probablement que 2% de l’Univers entier, au sein duquel la lumière possède une vitesse finie et constante dans toutes les directions. Un évènement parvient ainsi à son observateur décalé dans le temps qu’il a fallu à la lumière pour parvenir jusqu’à lui.

Même pour l’Univers observable, la notion de limites reste importante et nous ne pouvons ainsi pas voir de phénomène pré-Big Bang. En effet, les limites de l’Univers observable coïncident avec le lieu le plus lointain de l’Univers pour lequel la lumière a mis moins de 13,8 milliards d’années pour parvenir à l’observateur. L’« horizon cosmologique » désigne cette limite au-delà de laquelle on ne peut rien apercevoir.

À LIRE AUSSI :
Voyagerons-nous un jour dans l’espace à des vitesses proches de celle de la lumière ?
univers observable sphere
Représentation à l’échelle logarithmique de l’Univers observable avec le Système solaire au centre, les planètes intérieures et extérieures, les étoiles, la Voie lactée, les galaxies voisines et le Big Bang invisible sur le bord. © CC BY-SA 4.0

Le diamètre de l’Univers observable est estimé à 100 milliards d’années-lumière par les astrophysiciens. Il contient des étoiles répandues dans environ 100 milliards de galaxies, elles-mêmes organisées en amas et superamas de galaxies. Cela revient-il à affirmer que l’Univers visible est de nature finie ? Pas si sûr, car il s’agrandit au cours du temps et le nombre de galaxies pourrait être encore plus grand.

Théorie de l’infini

Deux théories restent à l’ordre du jour : un espace fini, mais sans frontière ou un espace infini. Cette dernière part de l’idée que l’Univers est en constante expansion depuis sa naissance. « Le destin de l’univers est déterminé par une lutte entre l’élan de l’expansion et la force de gravité », peut-on lire dans un document de la NASA. « Le taux d’expansion est exprimé par la constante de Hubble, tandis que la force de gravité dépend de la densité et de la pression de la matière dans l’univers. Si la pression de la matière est faible, comme c’est le cas pour la plupart des formes de matière que nous connaissons, le destin de l’univers est régi par la densité. Si la densité de l’univers est inférieure à la ‘densité critique’, qui est proportionnelle au carré de la constante de Hubble, alors l’univers s’étendra éternellement ». Dans le cas contraire, c’est la gravité qui l’emportera et l’Univers s’effondrera sur lui-même.

Des mesures récentes ont même suggéré que l’expansion de l’Univers s’accélère et que sa vitesse d’expansion n’est pas forcément constante, comme l’explique à France Culture Julien Grain, chargé de recherche à l’Institut d’Astrophysique Spatiale d’Orsay : « L’expansion de l’univers change au cours de son histoire, l’univers ne s’étire pas toujours à la même vitesse. Elle dépend du taux de matière qu’il y a dans l’espace et ça, on peut le mesurer. On peut donc refaire l’histoire à l’envers et observer que pendant très longtemps il y a eu des phases d’expansion décélérée ».

chronologie expansion univers
Chronologie de l’expansion de l’Univers. © Luis Fernández García, Wikimedia Commons, DP.

Une autre donnée importante à considérer est la forme de l’Univers, déterminée notamment par sa densité. Si cette dernière dépasse la densité critique, alors l’Univers est sphérique de par sa courbure et son volume fini. Si la densité de l’Univers est inférieure à la densité critique, alors sa géométrie est ouverte (infinie) et incurvée négativement. Enfin, si la densité de l’Univers est exactement égale à la densité critique, alors la géométrie de l’Univers est plate et d’une étendue infinie.

À LIRE AUSSI :
Un nouveau modèle cosmologique suggère l’existence d’un univers parallèle

D’après la NASA, « la version la plus simple de la théorie inflationniste (une extension de la théorie du Big Bang) prévoit que la densité de l’Univers est très proche de la densité critique, et que sa géométrie est plate comme une feuille de papier ». Le vaisseau spatial WMAP peut d’ailleurs mesurer les paramètres de base de la théorie, géométrie de l’Univers incluse. Avant les résultats du vaisseau, les scientifiques mettaient en évidence un univers plat avec une précision d’environ 15%. En 2013, il est d’une étendue infinie, car plat avec une marge d’erreur de seulement 0,4%.

Plutôt fini, mais non borné ?

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Pourtant, des études viennent contredire ces découvertes. Pendant des années, l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet et ses collègues ont étudié la possibilité d’un univers se refermant sur lui-même, un « espace dodécaédrique de Poincaré ». « Nature utilise l’image d’un ballon de football », explique Jean-Pierre Luminet à Libération. « Comme si nous vivions à l’intérieur d’une sorte de sphère formée de 12 pentagones légèrement incurvés. Mais lorsque l’on arrive à une paroi pentagonale, on revient dans le ballon par la face opposée. Cet espace est fini, mais sans bords et sans limites, on peut donc y voyager indéfiniment ». Le nouveau modèle n’écarte pas la théorie du Big Bang, mais la conception d’un univers infini et plat, lui conférant plutôt une géométrie sphérique où les parallèles se recoupent à très grande distance.

À LIRE AUSSI :
Voyagerons-nous un jour dans l’espace à des vitesses proches de celle de la lumière ?
geometrie univers luminet
© OBSPM

En novembre 2019, une étude publiée dans la revue Nature et basée sur une nouvelle interprétation des données de Planck montre que la courbure de l’Univers serait positive avec 99% de probabilité, même si elle est probablement très faible. « L’hypothèse d’un univers plat pourrait donc masquer une crise cosmologique où des propriétés observées disparates de l’Univers semblent être mutuellement incohérentes », écrivent les chercheurs. « Des mesures futures sont nécessaires pour clarifier si les discordances observées sont dues à des systématiques non détectées, à une nouvelle physique ou simplement à une fluctuation statistique ».

Avec leur modèle sans bord, Stephen Hawking et James Hartle affirment qu’il serait plus naturel de considérer des univers clos que des univers infinis, même si rien n’est démontré. Toujours est-il qu’il n’existe pas de consensus sur le sujet et que l’hypothèse de l’infinité de l’Univers ne pourra jamais être observée ni démontrée, quelle que soit la puissance du télescope utilisé.

Laisser un commentaire
  1. la question de la finitude ou non de l’univers relève davantage de la philosophie et d’hypothèses logiques que de la physique .

  2. Que peut bien signifier « Le destin de l’univers est déterminé par une lutte entre l’élan de l’expansion et la force de gravité  » quand on sait depuis la théorie d’Einstein que la gravité n’est pas une force ?
    Comment faudrait-il reformuler cette affirmation ?

    1. La force de la gravité, peut-être…
      Certainement, la gravité n’est pas une force fondamentale mais admettez qu’elle exerce une action. Cordialement

  3. Ces travaux incomplets faisant fi des théories actuelles sur le Multivers me laissent pantois.
    D’autant plus que les axiomes et postulats mathématiques ne sont valables que dans certaines parties de notre univers (cf. géométries non-euclidiennes).
    Ici 1=1, mais comment ne pas imaginer qu’il existe un univers où 0=1, un autre ou 0=∞, voire même un ou -∞=∞.
    Ces astrophysiciens manquent cruellement d’imagination et de culture philosophique mais pourrait-on leur reprocher ? Ils préfèrent avoir la tête en l’air plutôt qu’aimer leur prochain… Science sans conscience n’est décidément…

  4. Depuis l’aube des temps et son émergence à partir de la longueur de Planck 10^-35m ainsi que hors du temps 10^-43s~];[,juste avant l’inflation cosmique logarithmique,ceux sont les fluctuations quantiques du vide qui ont pré-cartographier les structures actuelles de notre univers en perpétuelle évolution et qui déterminent selon sa densité et l’équilibre entre la matière manquante qui agrége cette même matière selon la force accélératrice donc sa vitesse d’expansion de l’ordre de[67 à 70 km/s]depuis 7 à 8 milliards d’années de temps , cette pseudo constante est inversement proportionnelle à la quantité de matière, la seule constante est un logarithme dû à l’inflation cosmique et son exponentielle à l’origine de l’univers.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite

annee lumiere distance astronomie L'année-lumière est une unité de longueur utilisée pour exprimer des distances astronomiques. Elle est définie par l'Union Astronomique Internationale (UAI) comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne (365.25 jours). Elle vaut environ... [...]

Lire la suite