1.4K Partages

Le vice-président Pence a annoncé ce mardi 26 mars 2019, que les États-Unis projettent de renvoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2024 : « Nous sommes dans une course de l’espace », a-t-il déclaré.

Dans un premier temps, le pays voulait envoyer des astronautes sur la Lune vers 2028, mais « cela ne suffit pas », a déclaré Pence lors de la cinquième réunion du Conseil national de l’espace (CNS, National Space Council), qu’il préside. « Nous sommes meilleurs que ça », a-t-il ajouté.

Ainsi, la politique officielle des États-Unis est de renvoyer des astronautes à la surface de la Lune d’ici 2024, dans le cadre d’une « course à l’espace du XXIe siècle, opposant la Chine et la Russie », a souligné le vice-président. « L’urgence doit être notre mot d’ordre », a déclaré Pence lors de la réunion du CNS, qui s’est tenue au Space and Rocket Center américain à Huntsville, en Alabama.

« Les États-Unis doivent rester les premiers dans l’espace en ce siècle comme durant les siècles précédents, non seulement pour propulser notre économie et sécuriser notre pays, mais avant tout car les règles et les valeurs de l’espace, comme toutes les grandes frontières, seront écrites par ceux qui ont le courage d’y arriver d’abord et l’engagement d’y rester », a-t-il ajouté.

Et selon Pence, les États-Unis sont effectivement bien déterminés à y rester. « La prochaine avancée énorme de la nation dans l’espace consiste à établir une base permanente sur la surface lunaire et à développer les technologies permettant d’acheminer des astronautes américains vers Mars et au-delà », a-t-il déclaré.

faces visible cachee lune

La face visible de la Lune (gauche) offre un emplacement avantageux pour correspondre facilement avec la Terre, mais est également exposée à la pollution radio terrestre. Tandis que la face cachée (droite) offre un bouclier naturel contre cette pollution, mais rend difficile la communication avec la Terre. Crédits : NASA/CLEMENTINE MISSION

Les États-Unis prévoient de construire cette base très probablement près du pôle Sud de la Lune, qui abrite une glace d’eau abondante sur les planchers de cratères ombrés en permanence. « Le CNS, qui aide à orienter et à rationaliser la politique spatiale du pays, recommandera que la prochaine mission en surface avec équipage de la NASA cible cette région », a déclaré Pence.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Le vice-président a reconnu l’agressivité du délai prévu pour 2024, mais a également souligné que cela était tout à fait réalisable, citant le succès de l’alunissage du satellite Apollo 11 en 1969, 12 ans seulement après le début de l’ère spatiale. Mais cette fois, le succès nécessitera une approche avec « tout le monde sur le pont », qui pourrait inclure l’utilisation de fusées commerciales si le système de lancement spatial en développement de la NASA n’est pas prêt à fonctionner, a déclaré Pence. « La NASA doit se transformer en une agence plus légère, plus responsable et plus agile », a-t-il ajouté.

À savoir que depuis décembre 1972, soit depuis le retour de la mission Apollo 17 de la NASA, plus personne n’a mis les pieds sur la Lune.

Vous aimerez également : La NASA vient d’annoncer un plan audacieux pour envoyer des humains sur la Lune et sur Mars

En décembre 2017, le président Donald Trump a signé la directive sur la politique spatiale 1 (Space Policy Directive 1), qui indique également à la NASA d’utiliser la Lune comme un tremplin pour d’éventuelles missions humaines vers Mars et autres destinations spatiales éloignées.

Pour y parvenir, la NASA projette de construire une petite station spatiale appelée Gateway, qui servira de point de départ pour les sorties robotiques et les sorties en équipage à la surface de la Lune. L’assemblage de Gateway devrait commencer en 2022. La station Gateway « nous permet de nous rendre dans plus de régions lunaires que jamais auparavant », a déclaré Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, lors de la réunion du NSC.

Dans cette optique, un autre élément clé de la NASA est la capsule d’équipage d’Orion, qui est également en développement à l’heure actuelle.

nasa orion espace lune mars

La capsule et le bouclier thermique Orion au Centre spatial Kennedy en Floride.
Crédits : Mike Brown/Reuters

De plus, il faut savoir qu’Orion a déjà un vol spatial à son actif : une mission d’essai (sans équipage) réussie en orbite terrestre en décembre 2014.

VIDÉO : Cinquième réunion du Conseil national de l’espace (NSC)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.4K Partages
1.4K Partages
Partager via
Copier le lien