Vaccin AstraZeneca : il comporte un risque légèrement plus élevé de trouble hématologique

vaccin astrazeneca risque legerement eleve trouble hematologique
| Getty

Plusieurs mois après l’injection des premières doses de vaccin anti-COVID, les médecins continuent de suivre et évaluer en détail les effets secondaires des différents vaccins au sein des populations. Une étude menée par une équipe de médecins écossais sur 5.4 millions de personnes a révélé que celles ayant reçu une première injection du vaccin Oxford/AstraZeneca montraient un très faible risque de développer un trouble hématologique, connu sous le nom de purpura thrombocytopénique idiopathique. L’étude montre également que le risque de développer cette pathologie majoritairement bénigne et spontanément résolutive est similaire à celui observé pour d’autres vaccins et très inférieur au risque posé par la COVID elle-même.

Les données du programme de vaccination écossais contre la COVID ont révélé une légère augmentation possible du risque de trouble de la coagulation traitable et souvent bénin après la première dose du vaccin Oxford/AstraZeneca. Les médecins ont examiné les dossiers médicaux de 5.4 millions de personnes en Écosse à la recherche de caillots sanguins, de saignements inhabituels et d’une affection appelée purpura thrombocytopénique idiopathique (PTI), où une réduction des plaquettes sanguines peut entraîner des ecchymoses, des saignements des gencives et des saignements internes.

L’analyse menée avec le Public Health Scotland a révélé que le risque de PTI était légèrement plus élevé chez les 1.7 million de personnes qui avaient reçu une première dose du vaccin Oxford/AstraZeneca que dans un groupe de comparaison qui n’avait pas reçu le vaccin jusqu’au 14 avril 2021. Écrivant dans la revue Nature Medicine, les chercheurs estiment qu’il y a 11 cas supplémentaires de PTI pour chaque million de doses du vaccin Oxford/AstraZeneca administrées.

À LIRE AUSSI :
COVID : les mesures de confinement ont réduit de 95 000 les décès liés à la pollution atmosphérique

Vaccin Oxford/AstraZeneca et PTI : un risque présent, mais très faible

L’effet secondaire est principalement observé chez les personnes âgées souffrant de problèmes de santé chroniques tels que les maladies coronariennes, le diabète ou les maladies rénales chroniques, et apparaît généralement de la deuxième à la quatrième semaine. Le taux accru de PTI après l’injection d’Oxford/AstraZeneca est similaire à celui observé avec d’autres vaccins tels que les vaccins contre la grippe, le ROR et l’hépatite B, où 10 à 30 cas supplémentaires de PTI surviennent par million de doses. Contracter le coronavirus lui-même comporte un risque sensiblement plus élevé de PTI.

L’étude a trouvé des preuves plus faibles d’un risque accru de caillots dans les artères et d’événements hémorragiques après le vaccin AstraZeneca. Il n’y avait aucun signe d’un plus grand risque de PTI, de coagulation ou de saignement chez les 800 000 personnes en Écosse qui avaient reçu le vaccin Pfizer/BioNTech jusqu’au 14 avril.

tableau cas itp vaccin
Tableau récapitulant les taux constatés de PTI pour le vaccin d’AstraZeneca en fonction du nombre de jours après la première injection. Le groupe contrôle est indiqué en tête de tableau. © C. R. Simpson et al. 2021

« Dans l’ensemble, c’est assez rassurant. Au niveau de la population, nous constatons de faibles risques liés au vaccin et il existe des traitements pour les personnes qui développent un PTI », déclare Aziz Sheikh, auteur principal de l’étude et professeur de recherche et développement en soins intensifs à l’Université d’Édimbourg.

En mai, le Comité mixte sur la vaccination et l’immunisation (JCVI) a conseillé que les moins de 40 ans devraient recevoir une alternative au vaccin Oxford/AstraZeneca étant donné les faibles niveaux d’infection au Royaume-Uni et le risque très rare d’une maladie potentiellement grave appelée VITT ou thrombose et thrombocytopénie induites par le vaccin. Conformément à ce conseil, la plupart des moins de 40 ans au Royaume-Uni reçoivent désormais les vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna, qui sont basés sur une technologie différente de celle d’Oxford/AstraZeneca.

À LIRE AUSSI :
Une entreprise commercialise un casque lisant l'activité cérébrale pour 40 000 euros

Un risque beaucoup plus faible que celui posé par la COVID

« Si les gens ont des ecchymoses ou des saignements après le vaccin Oxford/AstraZeneca, il est important d’en informer leur médecin généraliste, car de bons traitements sont disponibles pour le PTI. Le message plus large est que le risque de ces résultats est beaucoup plus faible avec le vaccin que si vous développez la COVID », indique Sheikh.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Stephen Evans, professeur de pharmacoépidémiologie à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, explique que le PTI s’est développé chez environ 340 pour 100 000 personnes qui ont contracté la COVID. « Même si le vaccin Oxford/AstraZeneca présente un risque accru de PTI, son bénéfice l’emporte sur son risque. Pour la majorité des gens, le PTI ne pose pas de problèmes sérieux, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde ».

Adam Finn, professeur de pédiatrie et membre du JCVI à l’Université de Bristol, indique que le PTI est souvent diagnostiqué alors qu’aucune autre cause d’hypoplasie des plaquettes n’a pu être trouvée. « Cela peut provoquer des saignements et des traitements sont disponibles pour éviter cela, mais dans de nombreux cas, la maladie est bénigne et spontanément résolutive ».

« Dans l’ensemble, cette étude ajoute quelque peu à la compréhension des problèmes hématologiques qui surviennent chez un très petit nombre de receveurs de ce vaccin et, compte tenu de son importance pour l’effort mondial de lutte contre la pandémie, les efforts en cours pour clarifier les caractéristiques, les causes et les mécanismes de ces événements sont extrêmement importants ».

À LIRE AUSSI :
La musique de Mozart, un traitement potentiel contre l’épilepsie ?
Sources : Nature Medicine

Laisser un commentaire