Variant Lambda : il montrerait une résistance partielle aux vaccins

variant lambda resistance potentielle vaccins
| iStock

En juin de cette année, l’Organisation mondiale de la santé a ajouté un autre variant du SARS-CoV-2 à sa liste de surveillance en tant que variant d’intérêt. Appelé Lambda, le variant est apparu pour la première fois au Pérou fin 2020 et constitue désormais la majorité des cas qui y sont séquencés. La semaine dernière, une équipe de virologues dirigée par Kei Sato de l’Université de Tokyo a publié un article de préimpression sur le serveur bioRxiv décrivant une certaine résistance du variant Lambda aux vaccins.

Les résultats des études en laboratoire présentés suggèrent que le Lambda est comparable ou un peu moins infectieux que le variant Delta, qui domine actuellement les cas en Europe, et que, par rapport à la forme originale du virus, plusieurs mutations dans la protéine de pointe réduisent les performances des anticorps neutralisants induits par le vaccin de moitié.

Sato explique que cela ne signifie pas que les vaccins sont inutiles, mais simplement que la neutralisation est affectée : en pratique, les personnes vaccinées ont une large réponse en anticorps à plusieurs parties de la protéine de pointe, ainsi qu’une protection provenant d’autres parties du système immunitaire.

Variant Lambda : il montre une certaine résistance immunitaire

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que le variant lambda — ou variant C.37 — a été le vecteur de la COVID-19 dans environ 81% des infections au Pérou depuis avril. Le variant a été identifié pour la première fois au Pérou en août 2020. L’OMS a déclaré le variant Lambda « variant d’intérêt » (VOI) le 14 juin, une désignation qui signifie qu’il pourrait entraîner un risque plus important que le variant de type sauvage.

À LIRE AUSSI :
Israël enregistre un record quotidien de cas de coronavirus
schema sites mutations lambda
Schéma indiquant la chronologie de l’infection et les sites de mutation du variant Lambda. © Izumi Kimura et al. 2021

C’est un euphémisme, selon les chercheurs de l’Université de Tokyo, qui souhaitent que l’OMS qualifie le variant lambda de variant préoccupant (VOC) pour avertir les systèmes de santé du monde entier que cela pourrait être leur prochain grand défi. Ils écrivent que « parce que le variant lambda est un VOI, on pourrait considérer que ce variant n’est pas une menace permanente par rapport aux COV pandémiques. Cependant, étant donné que le variant lambda est relativement résistant aux antisérums induits par le vaccin, il est possible que ce dernier soit susceptible de provoquer une infection potentiellement grave ».

Un variant d’intérêt, mais moins préoccupant que le variant Delta

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

D’autres variants ont montré des réductions similaires de l’efficacité des anticorps neutralisants, mais les vaccins protègent toujours la plupart des gens contre les maladies causées par ces variants. Marco Binder, virologue au Centre allemand de recherche sur le cancer, indique qu’il n’est pas paniqué et qu’un autre article de préimpression suggère que les vaccins neutraliseront ou contrôleront toujours l’infection. Ces deux études doivent encore faire l’objet d’un examen par les pairs.

Binder dit qu’à son avis, Lambda n’est pas un élément alarmant pour l’Europe et les États-Unis, de la même manière que le variant Delta l’était. « J’ai du mal à imaginer un variant qui pourrait remplacer Delta aussi facilement que Delta a remplacé Alpha ». Le variant a fait des ravages au Pérou et dans d’autres pays d’Amérique du Sud où Delta est moins répandu. Pablo Tsukayama de l’Université Cayetano Heredia fait partie des chercheurs effectuant une surveillance génomique au Pérou. Il affirme que si le pays n’a la capacité de séquencer qu’environ 0.1% de tous les cas, Lambda se stabilise désormais à environ 80% de tous les cas qu’ils séquencent.

À LIRE AUSSI :
10 000 pas chaque jour ? Il en faut bien moins pour se maintenir en forme, selon une nouvelle étude

La croissance rapide depuis fin mars, selon lui, est un indice fort d’une plus grande transmissibilité qui doit être étayée par des preuves solides provenant d’études de laboratoire et d’études épidémiologiques. Alors que le variant Lambda se répand en Amérique du Sud depuis un certain temps, il rappelle que personne n’y prêtait vraiment attention depuis longtemps. Il décrit les nouvelles prépublications récentes comme un début de piste, mais prévient qu’elles utilisent chacune des méthodes et des populations différentes. « Nous en savons encore très peu, mais il n’y a aucune raison de croire que ce sera pire que Delta ».

Sources : bioRxiv

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.