3.7K Partages

Contrairement aux vertébrés, les invertébrés ne fossilisent pas facilement, voire pas du tout pour certains. En effet, les tissus mous ne se prêtent que très difficilement au processus de fossilisation. Cela est particulièrement le cas des araignées, dont les traces paléontologiques sont très rares et sporadiques. Toutefois, des chercheurs ont mis à jour dix nouveaux fossiles contenant des araignées étonnement bien préservées en Corée du Sud.

La formation de Jinju est une zone géologique de la Corée du Sud de l’ère mésozoïque (entre -252 et -66 millions d’années). Cette nouvelle série de fossiles, que les chercheurs du Korea Polar Research Institute et de l’Université du Kansas ont découverts dans le schiste, a augmenté le nombre d’araignées connues dans la formation de Jinju, qui est passé de 1 à 11. Mais deux de ces découvertes d’araignées étaient encore plus intéressantes que les autres : leurs yeux reflétaient toujours la lumière, 110 millions d’années après leur mort.

« Parce que ces araignées ont été préservées dans d’étranges structures mouchetées sur un rocher sombre, il est immédiatement devenu évident que leurs yeux étaient plutôt grands, fortement marqués de traits en forme de croissant » déclare Paul Selden, géologue à l’Université du Kansas. « Je me suis rendu compte que ce devait être le tapetum — c’est une structure réfléchissante dans un œil inversé, où la lumière pénètre et qui retourne dans les cellules de la rétine ».

araignee yeux lumiere

Le tapetum est particulièrement visible sur ce cliché, où les yeux de l’araignée fossilisée brillent dans le noir. Crédits : Paul Selden

Cette structure facilite la vision nocturne. Les yeux humains n’ont pas de tapetum, mais beaucoup d’animaux en ont ; par exemple, c’est ce qui rend les yeux des chats si étrangement brillants dans le noir. Les chercheurs pensent qu’il s’agit de la première préservation d’un tapetum d’araignée dans l’ensemble des archives fossiles. La découverte a été publiée dans le Journal of Systematic Palaeontology.

« Chez les araignées, celles qui ont de très grands yeux sautent, mais leurs yeux sont ordinaires. Tandis que les araignées-loups, la nuit, leurs yeux se reflètent dans la lumière, comme ceux des chats » explique Selden. « Ainsi, les prédateurs de chasse nocturne ont tendance à avoir ce type d’yeux. Ici, il s’agit de la première fois qu’un tapetum est trouvé dans un fossile ».

« C’est super de trouver des caractéristiques exceptionnellement bien préservées de l’anatomie interne, telle que la structure des yeux. Ce n’est vraiment pas souvent que quelque chose de ce genre est conservé dans un fossile ».

Sur le même sujet : Des fossiles des tous premiers animaux ayant peuplé la Terre émergent des Rocheuses canadiennes

araignee fossile jinju

Les fossiles d’araignées sont extrêmement rares. La mise en évidence de dix fossiles supplémentaires bien conservés est une découverte importante. Crédits : Paul Selden

La plupart des anciennes araignées sont découvertes dans l’ambre, car elles aident à préserver les corps mous des arachnides. Cependant, les chercheurs pensent que si ces araignées — appelées Koreamegops samsiki et Jinjumegops dalingwateri — avaient été retrouvées dans de l’ambre, le tapetum aurait peut-être été altéré.

Les chercheurs pensent que ces araignées récemment découvertes auraient occupé la même niche écosystémique que l’araignée sauteuse d’aujourd’hui. « Mais ces araignées faisaient les choses différemment. Leur structure oculaire est différente de celle des araignées sauteuses » ajoute Selden.

La découverte de 10 nouvelles araignées représente une grande avancée dans la mise en évidence de la diversité des araignées de la période du Crétacé.

Source : Journal of Systematic Palaeontology

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.7K Partages
3.7K Partages
Partager via