Les scientifiques ont confirmé que l’élévation du niveau de la mer ne fait qu’augmenter et que le rythme de cette élévation s’accroît au fur et à mesure que le temps passe.

Une étude publiée dans Nature Climate Change met en lumière qu’en 1993, l’augmentation du niveau de la mer était de l’ordre de 2,2 millimètres par an tandis qu’en 2014, la hausse mesurée était déjà de 3,3 millimètres par an. Selon l’étude, cette élévation de la hausse du niveau de la mer serait due à un certain nombre de facteurs, comme la fonte des glaces du Groenland et de l’Antarctique.

Selon les chercheurs, cette accélération notable en une décennie seulement, ne serait que le début d’une augmentation plus accentuée encore. En effet, l’étude a révélé que la principale cause a été la fonte d’une couche de glace du Groenland, qui en 1993 contribuait à hauteur de même pas 5 % à l’élévation du niveau de la mer, et qui est passée à plus de 25% en 2014 déjà. La perte des glaces dans l’Antarctique ainsi que des glaciers plus petits au cours de la même période, ont également contribué à une élévation plus rapide du niveau de la mer.

Cette importante augmentation du taux d’élévation du niveau de la mer « met en évidence l’importance et l’urgence d’atténuer les changements climatiques et créer des plans d’adaptation côtières pour atténuer les effets de l’élévation continue du niveau de la mer », expliquent Xianyao Chen et ses collègues, de l’Université Océanique de Chine et du Laboratoire national des sciences et technologies marines, à Qingdao (Chine). Les co-auteurs de l’étude proviennent d’autres institutions en Chine, en Australie et aux États-Unis. « Nous comprenons pourquoi le niveau de la mer s’accélère et nous comprenons ce que cela provoque », a déclaré un des auteurs de l’étude, Christopher Harig, chercheur à l’Université de l’Arizona, aux États-Unis.

Plus tôt cette année, un autre groupe de scientifiques a constaté que l’élévation du niveau de la mer n’était que d’environ 1,1 millimètre par an avant 1990, tandis qu’entre 1993 et 2012, celui-ci atteignait 3,1 millimètres par an. La NASA quant à elle, estime le taux d’élévation actuel du niveau de la mer à 3,4 millimètres par an.

Bien que selon les équipes de recherche et les différentes institutions, les données peuvent varier légèrement, les chercheurs conviennent globalement que le taux d’élévation du niveau de la mer augmente et que cela aura des conséquences majeures pour les régions côtières, qui disposeront donc d’encore moins de temps pour s’adapter à ces changements au vu de l’augmentation de l’accélération du niveau de la mer qui ne cesse de croître.

« Je pense que nous sommes arrivés à un point où les observations sont plutôt claires », a déclaré Harig. Pour l’étude publiée dans Nature Climate Change, les chercheurs ont réexaminé les enregistrements satellites pour obtenir une image plus explicite de l’accélération de l’élévation du niveau de la mer et ont également étudié chaque composants individuels provoquant l’élévation du niveau de la mer. Ils ont ensuite constaté que ces différents éléments individuels correspondaient bien aux mesures du changement du niveau de la mer, collectées par altimétrie satellitaire, au cours des deux dernières décennies.

« Nous connaissons le changement total du niveau de la mer au cours des deux dernières décennies, et nous connaissons les composantes individuelles d’une année à l’autre », a expliqué Bob Kopp de l’Université de Rutgers, aux États-Unis, un expert du niveau de la mer qui ne faisait pas partie de l’équipe de recherche. « Les auteurs (de l’étude) démontrent que, lorsque vous regardez avec un peu plus d’attention le résultat total d’année en année, c’est plutôt proche du total des composants individuels. Les sommes sont cohérentes, non seulement en moyenne, mais également pour chaque année examinée. Cela augmente la fiabilité du résultat global », a-t-il ajouté.

Dans cette équation, les composantes clés de l’élévation du niveau de la mer, comprennent l’expansion thermique de l’eau de l’océan à mesure qu’elle se réchauffe. Cette dernière était précédemment la composante dominante, mais comme le souligne l’étude, tandis que des glaciers et plus globalement les glaces du Groenland et de l’Antarctique fondent (les deux plus grandes sources de glace sur Terre), ce n’est plus le cas.

L’étude souligne également le fait que les pertes de glace, en particulier celles du Groenland, contribuent désormais davantage à l’élévation du niveau de la mer que l’expansion thermique. Pour ce qui est des communautés côtières, comme l’a déclaré Harig, il n’y a malheureusement aucun moyen d’éviter la réalité de l’accélération de l’élévation du niveau de la mer. « Ce n’est plus une simple projection, c’est à présent une observation. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut continuer à ignorer », a-t-il conclu.

Sources : Nature Climate Change, NASA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share