Australie : pour la première fois, des archéologues découvrent d’anciens sites aborigènes immergés

archeologie australie
| KAS Helicopters

Pour la plus grande partie de l’histoire humaine australienne, le niveau de la mer était bien plus bas qu’il ne l’est actuellement. Ainsi, les premières personnes à avoir atteint l’Australie et à s’y être installées il y a plus de 60’000 ans ont construit de nombreuses installations à des endroits qui sont aujourd’hui totalement immergés. Récemment, une équipe interdisciplinaire de chercheurs a découvert deux sites archéologiques sous-marins d’une importance capitale pour mieux comprendre l’histoire de l’Australie. 

Dans une étude publiée dans la revue PLOS ONE, les auteurs rapportent les premiers anciens sites archéologiques aborigènes immergés trouvés sur le fond marin, dans les eaux au large de l’Australie occidentale. Lorsque nos ancêtres sont arrivés en Australie pour la première fois il y a 65’000 ans, le niveau de la mer était d’environ 80 mètres plus bas qu’aujourd’hui.

L’immersion des terres habitées à l’issue de la dernière période glaciaire

Le niveau de la mer a fluctué mais a continué de baisser avec le refroidissement du climat mondial. Alors que le monde plongeait dans la dernière période glaciaire, qui a culminé il y a environ 20’000 ans, le niveau de la mer est tombé à 130 mètres plus bas qu’aujourd’hui. Il y a 18’000 à 8000 ans, le monde s’est réchauffé. La fonte des calottes glaciaires a fait monter le niveau de la mer. La Tasmanie a été coupée du continent il y a environ 11’000 ans. La Nouvelle-Guinée s’est séparée de l’Australie il y a environ 8000 ans.

carte site archeologique
Localisation du site de fouilles archéologiques. Crédits : Copernicus Sentinel Data and Geoscience Australia

L’élévation du niveau de la mer a inondé 2.12 millions de kilomètres carrés de terres sur le plateau continental entourant l’Australie. Des milliers de générations de personnes auraient vécu leur vie sur ces paysages maintenant sous l’eau. Au cours des quatre dernières années, une équipe d’archéologues, de spécialistes de l’art rupestre, de géomorphologues, de géologues, de pilotes spécialisés et de plongeurs scientifiques dans le cadre du projet Deep History of Sea Country ont œuvré pour trouver et enregistrer des sites archéologiques immergés.

À LIRE AUSSI :
Un temple vieux de 1200 ans dédié à Odin et Thor découvert en Norvège

Deux sites archéologiques autochtones découverts sous les eaux

Ils ont étudié les cartes de navigation, les cartes géologiques et les sites archéologiques situés sur la terre afin de rétrécir les zones potentielles avant d’étudier les fonds marins à l’aide de scanners laser montés sur de petits avions et d’un sonar haute résolution remorqué derrière des bateaux. Dans la phase finale de la recherche, l’équipe de plongeurs scientifiques a réalisé des études archéologiques sous-marines pour examiner, enregistrer et échantillonner physiquement les fonds marins.

Les chercheurs ont découvert deux sites archéologiques sous-marins dans l’archipel Dampier. Le premier, au Cap Bruguières, comprend des centaines d’objets en pierre — y compris des broyeurs et des meules — sur le fond marin à des profondeurs allant jusqu’à 2.4 mètres. Sur le deuxième site, dans Flying Foam Passage, ils ont découvert des traces d’activité humaine associées à une source d’eau douce submergée, à 14 mètres sous le niveau de la mer, y compris au moins un outil de taille de pierre fabriqué à partir de matériaux d’origine locale.

pierres australie
Quelques exemples de pierres taillées retrouvées par les archéologues. Crédits : John McCarthy, Chelsea Wiseman

Les données environnementales et les dates du radiocarbone montrent que ces sites devaient avoir plus de 7000 ans lorsqu’ils ont été submergés par la montée des mers. L’étude montre que des sites archéologiques existent sur le fond marin en Australie avec des objets appartenant à des peuples anciens depuis des milliers d’années. À Murujuga (également connue sous le nom de péninsule de Burrup), cela s’ajoute considérablement aux preuves qui existent déjà de l’activité humaine et de la production d’art rupestre dans cet important lieu classé au patrimoine national.

outil pierre
Un des outils en pierre retrouvé à 14 mètres de profondeur. Crédits : Hiro Yoshida and Katarina Jerbić

La connaissance des temps anciens en Australie provient de sites archéologiques terrestres et d’histoires orales autochtones. Mais les premières personnes à venir sur les côtes australiennes étaient des côtières qui ont voyagé dans des bateaux à travers les îles de l’est de l’Indonésie. Les premiers peuplements d’Australie ont eu lieu sur des terres qui sont maintenant sous l’eau. Pour bien comprendre les questions clés de l’histoire humaine, aussi anciennes soient-elles, les chercheurs doivent se tourner à la fois vers l’archéologie et les sciences marines.

À LIRE AUSSI :
Les restes d’un cerveau humain vieux de 2000 ans retrouvés intacts !

Sur le même sujet : Australie : Découverte du plus vieux cratère d’impact connu

La nécessité de protéger le patrimoine archéologique sous-marin

Les sites archéologiques submergés sont menacés de destruction par l’érosion et par les activités de développement, telles que les installations pétrolières et gazières, les pipelines, les aménagements portuaires, le dragage, le déversement de déblais et la pêche industrielle. La protection des sites culturels subaquatiques de plus de 100 ans est consacrée par la Convention de l’UNESCO sur la protection du patrimoine culturel subaquatique (2001), adoptée comme loi par plus de 60 pays mais non ratifiée par l’Australie.

À LIRE AUSSI :
Découverte d'un grand géoglyphe en forme de chat vieux de 2000 ans dans le désert de Nazca

En Australie, les lois fédérales qui protègent le patrimoine culturel subaquatique dans les eaux du Commonwealth ont été récemment modernisées avec l’Historic Shipwrecks Act (1976), revu et renommé sous le nom d’Underwater Cultural Heritage Act australien (2018), qui est entré en vigueur en juillet 2019. Cette nouvelle loi ne protège pas automatiquement tous les types de sites et privilégie la protection du patrimoine submergé non autochtone. Par exemple, toutes les épaves de plus de 75 ans et les avions coulés trouvés dans les eaux du Commonwealth australien bénéficient d’une protection automatique.

D’autres types de sites, quel que soit leur âge et y compris les sites aborigènes et insulaires du détroit de Torres, peuvent être protégés, mais uniquement avec l’approbation ministérielle. Il est possible que les États et les territoires protègent le patrimoine autochtone submergé sur la base des lois existantes, mais les régulateurs n’ont conventionnellement géré que le patrimoine subaquatique des périodes historiques plus récentes.

Sources : PLOS ONE

Plus d'articles
trump recoit steroide dexamethasone utilise pour cas graves covid-19
Trump reçoit un corticostéroïde généralement utilisé pour les cas graves de COVID-19