Une baleine à bosse australienne survit à une attaque d’orques de 4 heures

baleine a bosse survit attaque orques 4 heures
| Whale Watch Western Australia

C’est un spectacle à suspens et inédit auquel ont eu droit des observateurs australiens la semaine dernière. Une jeune baleine à bosse a été attaquée simultanément par deux groupes d’orques, qui ont tenté de la déstabiliser pendant plus de quatre heures. La jeune baleine (un mâle âgé de 2-3 ans), en bonne santé, a pu répondre aux attaques et s’en est tirée de justesse après avoir perdu sa nageoire dorsale.

« Nous savions que nous étions témoins de quelque chose d’important », a déclaré à Live Science Gemma Sharp, copropriétaire de Whale Watcher Australia, et qui était présente lors de l’attaque du 17 février. « L’orque était en mode attaque et le rorqual à bosse essayait désespérément de se protéger ».

Sharp ainsi qu’un bateau rempli d’observateurs venus voir les baleines se trouvaient dans la baie de Bremer en Australie occidentale lorsqu’ils ont aperçu une quinzaine d’orques se déplacer rapidement en surface. Ils se sont vite rendu compte que les prédateurs encerclaient une baleine à bosse (Megaptera novaeangliae). Pendant que les gens observaient, les orques essayaient encore et encore d’attraper la nageoire dorsale du rorqual à bosse pour la retourner et la noyer.

Les connaisseurs appellent cette tactique « flip-and-drown », et selon Sharp, elle fonctionne souvent sur les baleineaux, mais le jeune mâle était trop fort et trop grand pour que les orques puissent le faire bouger. Durant la bataille, la baleine s’est rapidement dirigée vers le bateau à un moment donné, se réfugiant en dessous pendant près d’une heure. Alors que les orques tournaient en rond, espérant avoir une autre chance de tuer la baleine à bosse, l’agitation a attiré un groupe de 50 globicéphales et un groupe de requins mâles. Puis l’un des groupes d’orques est parti.

À LIRE AUSSI :
Les neurones uniques des cténophores éclairent l'évolution du cerveau animal

Peu de temps après, un nouveau groupe de six orques attendait à son tour le moment opportun pour attaquer, à 300 mètres du bateau. C’est alors que le plus grand épaulard, un mâle de près de neuf tonnes surnommé El Notcho par les observateurs de baleines de la région, a tenté d’éperonner le rorqual à bosse et de lui casser la mâchoire. Mais l’attaque ne l’a pas effrayé a déclaré Sharp au Herald. Découragées, les orques ont abandonné. Le rorqual à bosse s’est ensuite précipité vers la côte.

baleine bosse combat orques nageoire dorsale
La baleine a perdu sa nageoire dorsale durant la terrible bataille. © Whale Watch Western Australia

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Ils ont pris sa nageoire [dorsale], mais ses nageoires caudales et pectorales étaient intactes, ce qui est important. S’ils perdent trop de sang… c’est toujours un vrai souci, mais il n’y a rien eu de tout cela », a déclaré Sharp. L’équipe d’observateurs a filmé toute la scène, ce qui représente la première documentation d’une telle attaque dans la baie de Bermer.

Les orques, également appelées épaulards (ou baleines tueuses), sont connues pour leurs interactions parfois violentes avec d’autres animaux marins. En 2015 par exemple, des vidéastes ont pu filmer un groupe d’orques pourchassant un phoque jusqu’à l’éjecter à une dizaine de mètres dans les airs par un coup de queue, avant de profiter du repas. Des images impressionnantes montrant les capacités d’organisation et la ruse de ces animaux, qui font preuve de stratégies élaborées pour ne laisser aucune chance à leurs proies.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs découvrent le dernier repas d'un pollinisateur de l'ère des dinosaures

Laisser un commentaire