Selon une équipe de recherche internationale qui a analysé des échantillons de riz provenant d’expériences sur le terrain, l’augmentation du dioxyde de carbone (attendue dans la seconde moitié de ce siècle) dans l’atmosphère, réduira la valeur nutritionnelle du riz. De manière plus précise, il s’agit du fer, du zinc, des protéines et des vitamines B1, B2, B5 et B9. En effet, ces derniers ont été réduits dans le riz cultivé sous des concentrations plus élevées de dioxyde de carbone.

« Le riz n’est pas seulement une source majeure de calories, mais aussi de protéines et de vitamines pour de nombreuses personnes dans les pays en développement et pour les communautés pauvres des pays développés », a déclaré le professeur Kazuhiko Kobayashi de l’Université de Tokyo, co-auteur de l’étude et expert en effets de la pollution de l’air sur l’agriculture.

Dans les pays où la consommation de riz est la plus élevée et où le produit intérieur brut est le plus bas, les populations risquent davantage de souffrir de malnutrition, à mesure que la valeur nutritionnelle des aliments de base à bas prix, comme le riz, diminue. Il faut également savoir que toutes les variétés de riz n’ont pas répondu de la même manière, de sorte que de futurs projets de recherche pourraient examiner la possibilité de trouver des variétés de riz qui puissent rester nutritives, malgré les changements de l’atmosphère.

Le riz analysé a été cultivé sur des sites de recherche en Chine et au Japon, en utilisant une méthode en champ ouvert où les chercheurs construisent des octogones de tuyaux en plastique de 17 mètres de large, sur environ 30 centimètres de hauteur, au-dessus des rizières.

Un réseau de capteurs et de moniteurs mesure la vitesse et la direction du vent, afin de déterminer la quantité de dioxyde de carbone qui sort des tuyaux pour élever la concentration locale en dioxyde de carbone, jusqu’au niveau expérimental souhaité. Cette technique est connue sous le nom de FACE (Free-Air Carbon dioxide Enrichment), soit enrichissement en dioxyde de carbone en air libre. « J’ai commencé à utiliser cette technique pour la première fois en 1998, car nous savions que les plantes qui poussent dans une serre en plastique ou en verre ne poussent pas de la même manière que les plantes qui poussent dans des conditions normales en air libre. Cette technique nous permet de tester les effets de concentrations plus élevées de dioxyde de carbone sur les plantes qui poussent dans les mêmes conditions que celles que les agriculteurs vont réellement cultiver d’ici quelques décennies », a déclaré Kobayashi.

riz analyse carbone dioxyde proteines nutrition

Le riz cultivé dans l’octogone que nous voyons ici, fait partie d’une expérience lancée par un professeur de l’Université de Tokyo, conçue pour cultiver du riz dans différentes conditions atmosphériques. L’expérience a été menée par des chercheurs de l’Organisation nationale de recherche agricole et alimentaire du Japon. Le riz cultivé sous les concentrations plus élevées de dioxyde de carbone, conditions attendues dans la seconde moitié de ce siècle, est moins nutritif, possède des quantités moindres de protéines, de vitamines et de minéraux. Crédits : Dr. Toshihiro HASEGAWA/National Agriculture and Food Research Organization of Japan

La faune locale a parfois ajouté un défi supplémentaire à la recherche. « Lors de notre première visite sur le terrain, nous avons appris que nous devions garder tous les tuyaux et les tubes au-dessus du sol, car les ratons laveurs continuaient à tout ronger et compromettaient l’expérience », a déclaré Kobayashi.

Au total, les chercheurs ont analysé 18 variétés différentes de riz concernant les niveaux de protéines, de fer et de zinc. Neuf variétés de riz cultivées en Chine ont été utilisées pour les analyses des vitamines B1, B2, B5 et B9. D’autres noms communs pour les vitamines sont la thiamine (B1), la riboflavine (B2), l’acide pantothénique (B5) et le folate (B9).

Il faut savoir que six cent millions de personnes (principalement au Bangladesh, au Cambodge, en Indonésie, en République démocratique populaire lao, au Myanmar, au Vietnam et à Madagascar), puisent au moins 50% de leur énergie et/ou leurs protéines quotidiennes, directement du riz. C’était également le cas au Japon durant les années 1960, mais à présent, les Japonais ne tirent que 20% de leur énergie alimentaire quotidienne du riz.

Source : Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.