3.2K Partages

L’intensification des effets du changement climatique n’a pas uniquement un impact sur l’environnement, mais également sur la santé des nouvelles générations. Devant la recrudescence des conséquences du réchauffement global, enfants et adolescents sont la proie d’une anxiété latente allant crescendo. En effet, de plus en plus de psychologues et psychiatres rapportent des sessions thérapeutiques avec de jeunes patients concernant l’éco-anxiété. Et selon les spécialistes, cette tendance ne fera qu’augmenter au cours des prochaines années.

Le changement climatique est réel et son impact se fait sentir sur les communautés à travers une grande partie des États-Unis, selon un rapport mandaté par le gouvernement fédéral publié l’année dernière. Parmi les nombreuses répercussions, la santé humaine et la stabilité économique ont connu un déclin en raison de la dégradation de l’environnement.

Rien que cette année, l’état de la Grande Barrière de corail a été classé en « danger immédiat de disparition » alors que la forêt amazonienne brûlait, répandant du monoxyde de carbone dans le monde entier. Greta Thunberg, 16 ans, a navigué avec succès aux États-Unis pour sensibiliser le public à la question, et les enfants scolarisés dans tout le pays se préparent à entamer une grève générale en signe de protestation contre l’inaction des gouvernements.

Changement climatique : une véritable source d’anxiété

Un nombre croissant de cas d’anxiété et de stress alimentés par le changement climatique sont enregistrés par des spécialistes. Caroline Hickman de la Climate Psychology Alliance et de l’Université de Bath a récemment discuté de ses sessions d’écoute d’enfants souffrant d’anxiété écologique, soulignant que certains avaient même été traités avec des anxiolytiques.

« Beaucoup de parents viennent en thérapie pour demander de l’aide avec leurs enfants et la situation s’est beaucoup aggravée cet été. Les symptômes sont les mêmes que l’anxiété clinique, les sentiments sont les mêmes, mais la cause est différente. La peur est la catastrophe environnementale — celle que nous allons tous mourir ».

L’anxiété est caractérisée par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) comme une anxiété excessive et une inquiétude difficile à maîtriser, associée à d’autres symptômes, tels qu’agitation, fatigue, irritabilité, difficulté de concentration et troubles du sommeil.

Vers la reconnaissance d’une anxiété écologique

Bien que l’anxiété écologique ne soit pas incluse dans cette liste, des études suggèrent que les gens souffrent du syndrome de stress post-traumatique (TSPT) à la suite de catastrophes naturelles. En 2017, un rapport mené par l’American Psychological Association analysant le « deuil climatique » a révélé qu’accroître la visibilité des impacts du changement climatique entraînait des sentiments d’anxiété, d’impuissance et de dépression.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
manifestation greta thunberg

La multiplication des annonces médiatiques et des manifestations concernant le changement climatique participe à la création d’une atmosphère anxiogène pour les enfants. Crédits : Liv Oeian/Shutterstock

Sur le même sujet : Greta Thunberg veut absolument que vous écoutiez les scientifiques, et pas seulement elle, concernant le changement climatique

« Tous les problèmes liés au changement climatique — pauvreté, inégalités, perte d’endroits précieux, extinction d’espèces, menaces à notre bien-être ou à nos moyens de subsistance — peuvent nous ancrer émotionnellement et intellectuellement. Ces problèmes suscitent curiosité et perspicacité, tout aussi bien que fatigue et désespoir », ont écrit les chercheurs.

Enfants et changement climatique : la nécessité d’un discours adapté

Ils ont ajouté que les cliniciens peuvent aider les individus en identifiant des problèmes spécifiques qui « activent leurs vulnérabilités ou leurs inquiétudes personnelles » et en les aidant à élaborer un plan spécifique leur redonnant le sentiment de contrôle.

En ce qui concerne les générations plus jeunes dont le cerveau est encore en train de se développer, Hickman note que les parents et les adultes doivent trouver des mots « appropriés à leur âge et non pas terrifiants » pour aider les enfants à décrire leurs sentiments.

« Vous devez séparer le factuel de l’inconnu : dites-leur que certaines espèces sont en train de disparaître et que des êtres humains sont blessés, mais ne dites pas que nous allons tous mourir, car ce n’est pas vrai. Ce que vous ne voulez pas, c’est que cet enfant s’effondre dans un puits de dépression en disant : “Pourquoi aller à l’université alors?” ou “Pourquoi passer mes examens ?”.

Au lieu de cela, les parents devraient s’engager dans une stratégie en quatre étapes pour familiariser progressivement les enfants avec les faits, discuter de leurs sentiments, reconnaître que le résultat est incertain et s’entendre sur un plan concret pour faire la différence.

Sources : APA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.2K Partages
3.2K Partages
Partager via
Copier le lien