367 Partages

Juste au cas où vous auriez besoin d’une autre raison d’arrêter de nettoyer l’intérieur de vos oreilles avec des cotons-tiges (dits Q-Tips), voici une étude de cas pour le moins horrible, d’un homme souffrant d’une infection grave et potentiellement mortelle du crâne. De quoi vous motiver à arrêter définitivement.

Dans une étude de cas récemment publiée, des médecins détaillent comment un homme de 31 ans, en bonne santé, a été conduit par ambulance au service des urgences de son hôpital, après s’être effondré sur le sol. À son arrivée, il a eu des crises d’épilepsie, et des examens physiques ont démontré qu’il était confus, somnolent et dans un état de conscience altéré.

Plus tard, il a révélé qu’il avait eu des maux de tête et des nausées pendant plusieurs jours, au cours desquels il avait eu du mal à se souvenir des noms. Mais plus inquiétant encore, il a admis avoir ressenti « des douleurs intermittentes à l’oreille gauche et une perte auditive » au cours des cinq dernières années.

Lorsque les médecins ont effectué une tomodensitométrie du crâne de l’homme, ils ont découvert des abcès purulents dans le tissu entourant le cerveau, et il s’avère qu’un déversement de l’une de ses oreilles est le coupable derrière cette terrible infection.

otite necrosante externe

IRM du crâne de l’homme. Crédits : Charlton et al, BMJ Case Reports, 2019

Il s’agit de Pseudomonas aeruginosa, un dangereux pathogène également connu sous le nom de bacille pyocyanique, bacille du pus bleu (ou simplement « pyo »), qui est une bactérie gram-négative du genre Pseudomonas. Dans ce cas précis, l’équipe médicale pense que c’est P. aeruginosa qui est responsable de la maladie contractée par l’homme : soit une otite nécrosante externe (NOE, ou otite externe maligne), qui affecte les tissus du conduit auditif externe (CAE).

Mais comment est-ce que cette terrible bactérie est entrée dans le crâne de l’homme ? Un examen physique approfondi du conduit auditif a permis d’apporter la réponse la plus probable : un fragment de coton-tige coincé dans la tête de l’homme, et qui sait depuis combien de temps (très probablement des années au vu de ses douleurs et de sa perte d’audition).

Les chercheurs expliquent dans leur rapport que le risque de développer des infections à partir de corps étrangers coincés à l’intérieur du CAE est un facteur de risque pour les otites externes (soit des inflammations du canal auriculaire), mais « un tel cas causant une NOE n’avait encore jamais été documenté », ont-ils ajouté.

Vous aimerez également : Pour la première fois, une survivante au virus Ebola a transmis l’infection sans montrer de symptômes

Heureusement pour le patient, l’ablation du morceau de coton ainsi qu’une énorme quantité d’antibiotiques consommés au cours de huit semaines, a permis de traiter son infection et de régler ses graves problèmes neurologiques. « À la fin de sa prise d’antibiotiques, le patient est systématiquement resté en bonne santé, avec aucun déficit neurologique et aucun symptôme résiduel quant à son oreille », ont écrit les chercheurs. « Plus important encore, il n’utilise plus de cotons-tiges pour nettoyer ses oreilles ! », ont ajouté les chercheurs.

coton tige

« La présente affaire réitère en outre les dangers de l’utilisation du coton-tige et l’importance de l’élimination des corps étrangers dès qu’ils sont identifiés dans le CAE », ont expliqué les chercheurs dans leur rapport. Crédits : Ananchai Phuengchap/Shutterstock

Les chercheurs ont également souligné que l’expérience de cet homme est simplement une preuve supplémentaire nous indiquant qu’il faut réellement arrêter de se mettre des choses dans les oreilles (le coton-tige peut être utilisé pour nettoyer uniquement le pavillon de l’oreille et les abords du conduit auditif externe.
Il ne doit pas être enfoncé dans le conduit auditif). « L’utilisation des cotons-tiges à l’intérieur des oreilles est commune, mais cela fait longtemps que des scientifiques ont prouvé que cela pouvait causer plusieurs complications, y compris des traumatismes, la perforation de la membrane tympanique, que cela avait un impact sur le cérumen, des infections, ainsi que la rétention du bourgeon de coton » indiquent les chercheurs dans leur rapport.

Source : BMJ Case Reports

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share via
367 Partages
367 Partages