Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Des experts débunkent la fake new selon laquelle le nombre de décès dus à la COVID est exagéré

experts débunkent fake new exagération décès covid couv
| AFP

Quelque temps après le début de la pandémie de COVID-19, une autre pandémie a elle aussi vu le jour : celle des fake news et de la désinformation. Depuis des mois, de fausses informations sont relayées quotidiennement sur les réseaux sociaux, affirmant des propos incorrects, voire mensongers, sur le coronavirus et la pandémie en général. Et certaines de ces désinformations sont relayées par le président Donald Trump lui-même. Le président, ainsi que plusieurs milliers d’autres internautes, soutiennent que les chiffres concernant la pandémie sont grandement exagérés et que le nombre de décès, notamment aux États-Unis, est en réalité bien inférieur à ce qui est annoncé. Une annonce bien évidemment fausse qui a été débunkée par plusieurs experts du domaine.

Une fake new persistante a circulé sur les réseaux sociaux : le nombre de décès par COVID serait bien inférieur à la statistique officielle (de plus de 220’000 aux États-Unis et plus de 34’000 en France), et donc le danger de la maladie aurait été exagéré. En août, le président Trump a retweeté un message affirmant que seulement 6% de ces décès signalés étaient en fait dus à la COVID-19.

Twitter a supprimé le message pour fausses informations, mais des affirmations comme celles-ci continuent de se répandre. Le représentant américain Roger Marshall du Kansas s’est plaint en septembre que Facebook avait supprimé un message dans lequel il affirmait que 94% des décès dus à la COVID-19 signalés par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) « étaient le résultat de 2 à 3 autres maladies graves et concernaient des âges avancés ».

Un nombre de décès globalement bien circonscrit

Quelques faits : les chercheurs savent sans aucun doute que le nombre de décès par COVID-19 aux États-Unis a dépassé 200’000. Ces chiffres sont étayés par trois sources de preuves, y compris les certificats de décès. L’idée inexacte selon laquelle seulement 6% des décès étaient réellement causés par le coronavirus est « une grave erreur d’interprétation » du fonctionnement des certificats de décès, déclare Robert Anderson, statisticien principal de la mortalité au Centre national des statistiques de la santé des CDC.

La portée du bilan mortel du coronavirus est claire, même si les chiffres définitifs ne seront pas connus avant la fin de la pandémie. « Nous sommes assez confiants quant à l’ampleur et à l’ordre de grandeur des décès, mais nous ne connaissons pas encore le nombre exact », déclare Justin Lessler, épidémiologiste des maladies infectieuses à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health. Pour comprendre pourquoi les chiffres comportent une certaine incertitude, il est important de savoir comment ils sont collectés et calculés.

À LIRE AUSSI :
La France établit un nouveau record quotidien de plus de 50'000 cas de COVID-19

Trois sources d’informations sanitaires pour quantifier les décès

La surveillance des cas

La première source de données sur les décès est appelée surveillance des cas. Les prestataires de soins de santé sont tenus de signaler les cas et les décès dus à certaines maladies, notamment la rougeole, les oreillons et maintenant la COVID-19, au département de la santé de leur État, qui, à son tour, transmet ces informations aux CDC, explique Anderson.

Les données de surveillance sont une sorte de comptabilité « rapide et brouillonne », déclare Shawna Webster, directrice exécutive de l’Association nationale pour les statistiques de santé publique et les systèmes d’information. Les États rassemblent toutes les informations qu’ils peuvent sur ces maladies, mais c’est la première étape de la comptabilisation ; personne n’a le temps de revérifier les informations ou de rechercher des tests de laboratoire manquants. Pour cela, vous devez rechercher la prochaine source d’information : les registres d’état civil.

Les registres de l’état civil

Cette deuxième source de données provient du système national de statistiques de l’état civil, qui enregistre les certificats de naissance et de décès. Quand quelqu’un meurt, un certificat de décès est déposé dans l’État où le décès est survenu. Et une fois les enregistrements déposés au niveau de l’État, ils sont envoyés au Centre national des statistiques de la santé, qui suit les décès au niveau national. Les certificats de décès ne sont pas déposés dans le système tant que les résultats des tests ne sont pas arrivés et que les informations ne sont pas aussi complètes que possible.

graphique décès semaines covid-19 maladies
Graphique montrant le nombre de décès par semaine pour les 10 causes de mortalité majoritaires, incluant la COVID-19 et une catégorie de symptômes non classés (tests COVID en cours inclus). Pendant deux semaines en avril, la COVID-19 a tué plus d’Américains que les maladies cardiaques. Crédits : Youyou Zhou/CDC

Au moment où un enregistrement parvient au système des archives vitales, « il est aussi proche de la perfection qu’il devrait l’être », dit Webster. Un médecin, un médecin légiste ou un coroner remplit la cause de mortalité sur le certificat de décès et il leur est demandé de n’inclure que les conditions qui ont causé ou contribué au décès. Un champ répertorie la séquence des événements menant au décès. « Ce que nous essayons vraiment d’établir, c’est la condition ou la maladie qui a déclenché la chaîne d’événements menant au décès », explique Anderson.

« Pour la COVID-19, cela pourrait être quelque chose comme une détresse respiratoire aiguë due à une pneumonie ». Une deuxième partie du certificat énumère d’autres conditions importantes qui peuvent avoir contribué au décès mais qui ne faisaient pas partie de la séquence d’événements qui y ont conduit.

Les comorbidités et leurs liens avec les événements

À LIRE AUSSI :
Des nerfs optiques de souris régénérés avec succès en laboratoire

Celles-ci sont appelées comorbidités et, bien qu’elles puissent être des facteurs contributifs, elles ne peuvent pas être directement impliquées dans la chaîne de cause à effet qui a abouti à la mort. Les conditions médicales préexistantes telles que le diabète ou les maladies cardiaques sont des comorbidités courantes, et elles peuvent rendre une personne plus vulnérable au coronavirus, indique Anderson, « mais le fait est qu’ils ne meurent pas de cette maladie préexistante ».

Le taux de 6% vanté par Trump provient d’un rapport hebdomadaire des CDC indiquant que dans 6% des cas de mortalité par coronavirus qu’il comptait, la COVID-19 était la seule condition inscrite sur le certificat de décès. Cette observation signifie probablement que ces certificats de décès étaient incomplets parce que les certificateurs n’ont donné que la cause sous-jacente du décès et non la séquence causale complète qui y a conduit.

Même une personne qui n’a pas de maladie préexistante et qui meurt de la COVID-19 aura également des comorbidités sous forme de symptômes, tels qu’une insuffisance respiratoire, causée par le coronavirus. L’idée qu’un certificat de décès avec des affections répertoriées en plus de la COVID-19 signifie que la personne n’est pas vraiment morte du virus est tout simplement fausse, indique Anderson.

Les décès excessifs

Les données de surveillance et de statistiques de l’état civil fournissent une assez bonne image du nombre de décès attribuables au coronavirus, mais elles ne les capturent pas toutes, et c’est là que la dernière ligne de preuves entre en jeu : les décès excessifs. Il s’agit du nombre de décès qui se produisent au-delà du schéma historique de cette période, explique Steven Woolf, médecin et chercheur en santé de la population à la Virginia Commonwealth University School of Medicine.

Dans un article publié dans la revue JAMA ce mois-ci, Woolf et ses collègues ont examiné les registres de décès aux États-Unis du 1er mars au 1er août et les ont comparés aux chiffres de mortalité attendus. Ils ont constaté qu’il y avait une augmentation de 20% des décès au cours de cette période — pour un total de 225’530 décès supplémentaires — par rapport aux années précédentes.

Les deux tiers de ces cas ont été attribués à la COVID-19 sur les certificats de décès, et Woolf dit qu’il existe deux types d’explications pour le reste : certains d’entre eux étaient des décès dus à la COVID-19 qui n’étaient tout simplement pas documentés comme tels, peut-être parce que la personne est décédée à la maison et n’a jamais été testée, ou parce que le certificat a été mal écrit.

Et certains des décès supplémentaires étaient probablement une conséquence de la pandémie, mais pas nécessairement du virus lui-même. Par exemple, dit-il, imaginez un patient souffrant de douleurs thoraciques qui a peur d’aller à l’hôpital parce qu’il ne veut pas contracter le virus, et qui meurt ensuite d’une crise cardiaque. Woolf appelle cela la « mortalité indirecte ». « Les décès ne sont pas littéralement causés par le virus lui-même, mais la pandémie fait des morts (également de cette façon) ».

Les chiffres de l’étude de Woolf proviennent de données provisoires sur les décès, le type de données sur lesquelles les CDC n’ont pas encore vérifié les erreurs de codage ou d’autres problèmes, ce qui entraîne une certaine imprécision. Ce qui renforce sa confiance dans ces résultats, cependant, c’est le fait qu’ils ont été reproduits de nombreuses fois par son groupe et d’autres.

Plus d'articles
retour sursaut radio rapide périodique
Les astronomes captent comme prévu le retour d’un sursaut radio connu