Abonnez-vous pour supprimer toute la publicité

Comment Trump a-t-il porté un coup presque fatal à la science ?

| Señor Salme

Depuis son élection en tant que président des États-Unis le 20 janvier 2017, Donald Trump et son administration font l’objet de nombreuses critiques. Une grande partie de celles-ci concernent son comportement vis-à-vis de la science et des autorités scientifiques de son pays. Durant l’ensemble de son mandat, Trump n’a eu de cesse de miner les institutions scientifiques américaines, remettant systématiquement leurs discours en cause, diminuant l’impact de leurs propos et réduisant drastiquement la portée de leurs décisions ainsi que leur budget. Niant le changement climatique, minimisant l’impact de la pandémie actuelle et fermant son pays aux scientifiques étrangers, Trump a porté un coup presque fatal à la science et ses représentants. 

Le rassemblement du président américain Donald Trump à Henderson, Nevada, le 13 septembre, a enfreint les règles de santé de l’État, qui limitent les rassemblements publics à 50 personnes et exigent une bonne distance sociale. Trump le savait et a ensuite fait étalage du fait que les autorités de l’État ne l’avaient pas arrêté. Depuis le début de la pandémie, le président s’est comporté de la même manière et a refusé de suivre les directives de santé de base à la Maison-Blanche, qui est maintenant au centre d’une épidémie en cours. Le président a passé 3 jours dans un hôpital après avoir été testé positif à la COVID-19, et a été libéré le 5 octobre.

Les actions de Trump — et celles de son personnel et de ses partisans — ne devraient pas surprendre. Au cours des huit derniers mois, le président des États-Unis a menti sur les dangers posés par le coronavirus et sapé les efforts pour le contenir ; il a même admis dans une interview avoir délibérément déformé la menace virale au début de la pandémie. Trump a minimisé l’utilité des masques et les exigences de distanciation sociale tout en encourageant les gens à protester contre les règles de confinement visant à arrêter la transmission de la maladie.

Son administration a sapé, réprimé et censuré les scientifiques du gouvernement travaillant à étudier le virus et à réduire ses dommages. Et son personnel a fabriqué des outils politiques en faisant pression sur les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis et la Food and Drug Administration (FDA), ordonnant aux agences de publier des informations inexactes, d’émettre des conseils sanitaires mal avisés et de vanter des traitements potentiellement nocifs pour la COVID-19.

À LIRE AUSSI :
La COVID-19 deviendra « probablement endémique »
graphique nombre nouveaux cas coronavirus par jour états-unis
Graphique montrant le nombre de nouveaux cas de Covid-19 par jour aux États-Unis. Crédits : Johns Hopkins University

Une variété d’actions et de décisions ayant porté préjudice à la science

Alors qu’il cherche à être réélu le 3 novembre, les actions de Trump face à la COVID-19 ne sont qu’un exemple des dommages qu’il a infligés à la science et à ses institutions au cours des quatre dernières années, avec des répercussions sur les vies et les moyens de subsistance. Le président a également fait marche arrière sur les efforts visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, affaibli les règles limitant la pollution et diminué le rôle de la science à l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Dans de nombreuses agences, son administration a sapé l’intégrité scientifique en supprimant ou en déformant les preuves pour soutenir les décisions politiques, disent des experts en politique. Trump a également érodé la position américaine sur la scène mondiale par des politiques et une rhétorique isolationnistes. En fermant les portes du pays à de nombreux visiteurs et immigrants non européens, il a rendu les États-Unis moins attrayants pour les étudiants et chercheurs étrangers. Et en diabolisant les associations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé, Trump a affaibli la capacité de l’Amérique à répondre aux crises mondiales et a isolé la science du pays.

Le président peut se vanter de certains développements positifs en science et technologie. Bien que Trump n’ait fait ni l’un ni l’autre une priorité (il a attendu 19 mois avant de nommer un conseiller scientifique), son administration a poussé à renvoyer les astronautes sur la Lune et a priorisé le développement dans des domaines tels que l’intelligence artificielle et l’informatique quantique.

En août, la Maison-Blanche a annoncé un nouveau financement de plus d’un milliard de dollars américains pour ces technologies de pointe et d’autres. Mais de nombreux scientifiques et anciens représentants du gouvernement disent que ces exemples sont pauvres dans une présidence qui a dévalorisé la science et le rôle qu’elle peut jouer dans l’élaboration des politiques publiques.

La négation des impacts du changement climatique

L’assaut de Trump contre la science a commencé avant même son entrée en fonction. Dans sa campagne présidentielle de 2016, il a qualifié le réchauffement climatique de canular et a promis de retirer la nation de l’accord historique de Paris sur le climat de 2015, signé par plus de 190 pays. Moins de cinq mois après avoir emménagé à la Maison-Blanche, il a annoncé qu’il tiendrait cette promesse.

À LIRE AUSSI :
Une enquête australienne révèle l’ampleur de la censure scientifique

Ce que Trump n’a pas reconnu, c’est que l’accord de Paris a été conçu à bien des égards par — et pour — les États-Unis. C’est un pacte volontaire qui cherchait à créer une dynamique en permettant aux pays de concevoir leurs propres engagements, et le seul pouvoir dont il dispose se présente sous la forme de transparence : les retardataires seront exposés. En retirant les États-Unis de l’accord et en revenant sur les engagements climatiques, Trump a également réduit la pression sur les autres pays pour qu’ils agissent.

Après que Trump a annoncé sa décision sur l’accord de Paris, le nouveau personnel de l’EPA a entrepris de démanteler les politiques climatiques mises en place sous l’ancien président Barack Obama. Au sommet de la liste se trouvait une paire de règlements ciblant les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques et des automobiles. Au cours des 15 derniers mois, l’administration Trump a supprimé les deux règlements et les a remplacés par des normes plus faibles qui permettront à l’industrie d’économiser de l’argent, tout en ne réduisant plus les émissions.

Selon une estimation du Rhodium Group, un cabinet de conseil basé à New York, ces retours en arrière de l’administration pourraient augmenter les émissions de l’équivalent de 1.8 milliard de tonnes de dioxyde de carbone d’ici 2035, soit environ cinq fois les émissions annuelles du Royaume-Uni. Bien que ces mesures puissent être annulées par les tribunaux ou une nouvelle administration, Trump a coûté un temps précieux au pays et à la planète.

L’affaiblissement des mesures visant à protéger l’environnement

Trump ne s’est pas contenté de s’en prendre aux réglementations. À l’EPA, son administration a cherché à saper la façon dont le gouvernement utilise la science pour prendre des décisions en matière de santé publique. L’ampleur de la menace a été mise en évidence le 31 octobre 2017, lorsque l’administrateur de l’EPA, Scott Pruitt, a signé une ordonnance interdisant aux scientifiques bénéficiant de subventions de recherche actives de l’EPA de siéger aux comités consultatifs scientifiques de l’agence. L’ordonnance a permis aux scientifiques de l’industrie de remplacer plus facilement les chercheurs universitaires, qui seraient contraints soit de renoncer à leurs subventions, soit de démissionner.

À LIRE AUSSI :
À quel point les mesures de confinement ont-elles permis à la nature de se rétablir ?
CMS projet NASA environnement gaz effet serre
Le programme CMS de la NASA a permis le développement de nombreux projets de surveillance des gaz à effet de serre concernant l’atmosphère terrestre, l’atmosphère océanique, la biomasse terrestre, la biomasse marine, etc. La décision de Trump de mettre fin à ce programme empêche les autorités environnementales de lutter efficacement contre les gaz à effet de serre. Crédits : George Hurtt
Cliquez ici pour supprimer les publicités.

L’ordonnance de Pruitt, qui sera finalement annulée par un juge fédéral, faisait partie d’un effort plus large visant à accélérer le roulement et à nommer de nouvelles personnes dans les comités. Et ce n’était que le début. En avril 2018, Pruitt a révélé une règle de « transparence scientifique » pour limiter la capacité de l’agence à fonder des réglementations sur des recherches pour lesquelles les données et les modèles ne sont pas accessibles au public.

La règle pourrait exclure certaines des recherches épidémiologiques les plus rigoureuses reliant la pollution à particules fines à la mort prématurée, car la plupart des données sous-jacentes des patients sont protégées par des règles de confidentialité. Les critiques disent que cette politique visait à soulever des doutes sur la science et à faciliter l’application de normes de pollution atmosphérique faibles.

Sur le même sujet : L’administration Trump annule un important programme de la NASA sur les gaz à effet de serre

Sous la direction de son nouvel administrateur, Andrew Wheeler, l’agence a accéléré ses efforts pour affaiblir les réglementations visant les produits chimiques dans la pollution de l’eau et de l’air. L’une des décisions récentes les plus importantes de l’EPA concerne le programme sur la qualité de l’air. Le 14 avril de cette année, au milieu de la pandémie de COVID-19, l’EPA a proposé de maintenir les normes actuelles en matière de pollution par particules fines, malgré les preuves et les conseils des scientifiques gouvernementaux et universitaires qui ont massivement soutenu des réglementations plus strictes.

La minimisation de l’ampleur de la pandémie

La pandémie de coronavirus a mis en évidence les dangers d’ignorer la science et les preuves, et une chose est maintenant claire : le président des États-Unis a compris que le virus constituait une menace majeure pour le pays au début de l’épidémie, et il a choisi de mentir à propos de cela. S’adressant au journaliste du Washington Post, Bob Woodward, le 7 février, alors que seulement 12 personnes aux États-Unis avaient été testées positives pour le coronavirus, Trump a décrit le virus comme cinq fois plus mortel que les « grippes les plus sévères ».

À LIRE AUSSI :
La découverte d'une vulnérabilité dans la protéine de pointe du SARS-CoV-2 pourrait permettre de traiter efficacement la COVID-19

En public, cependant, le président a présenté un message très différent. Le 10 février, Trump disait à ses partisans lors d’un rassemblement de ne pas s’inquiéter et a déclaré qu’en avril, lorsque les températures se réchaufferaient, le virus « disparaîtrait miraculeusement ». « C’est comme une grippe », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse le 26 février.

Pendant ce temps, la transmission virale augmentait à travers le pays. Plutôt que de rassembler le pouvoir et les ressources du gouvernement fédéral pour contenir le virus avec un programme complet de test et de recherche des contacts, l’administration Trump a renvoyé le problème aux villes et aux États, où la politique et le manque de ressources ont rendu impossibles le suivi du virus et l’apport d’informations exactes aux citoyens. Et lorsque les autorités locales ont commencé à fermer des entreprises et des écoles début mars, Trump les a critiquées pour avoir pris ces mesures.

Shaman et ses collègues de Columbia ont décidé d’enquêter sur ce qui aurait pu se passer si le pays avait agi plus tôt. Ils ont développé un modèle qui pourrait reproduire ce qui s’est passé comté par comté à travers les États-Unis de février à début mai, alors que les gouvernements des États et locaux fermaient des entreprises et des écoles dans le but d’arrêter la contagion. Ils ont ensuite posé la question : que se serait-il passé si tout le monde avait fait exactement la même chose une semaine plus tôt ?

Leurs résultats préliminaires suggèrent qu’environ 35’000 vies auraient pu être sauvées, soit une réduction de plus de la moitié des morts au 3 mai. Si la même action avait été prise deux semaines plus tôt, ce nombre de morts aurait pu être réduit de près de 90%. Réduire l’explosion exponentielle initiale des cas aurait permis de gagner plus de temps pour déployer les tests et lutter contre les flambées inévitables grâce à des programmes ciblés de recherche des contacts.

À LIRE AUSSI :
Les personnes dotées d'une faible littératie numérique seraient plus vulnérables aux fake news concernant la COVID-19

L’isolation du pays face aux scientifiques étrangers

Le 24 septembre, le département américain de la Sécurité intérieure a proposé une nouvelle règle pour limiter le temps que les étudiants internationaux peuvent passer aux États-Unis. La règle limitait les visas pour la plupart des étudiants à quatre ans, ce qui nécessiterait une prolongation par la suite, et imposerait une limite de deux ans pour les étudiants de dizaines de pays considérés à haut risque, y compris ceux répertoriés comme État-sponsors du terrorisme : Irak, Iran, Syrie et la République populaire démocratique de Corée.

Bien que les effets de cette règle ne soient pas encore clairs, de nombreux scientifiques et experts en politiques craignent que cette politique d’immigration et d’autres puissent avoir un impact durable sur la science américaine. Cela s’inscrit dans les restrictions de voyage précédemment mises en œuvre qui ont rendu plus difficile pour les étrangers de certains pays, y compris les scientifiques, de visiter, d’étudier et de travailler aux États-Unis.

Ces politiques marquent un changement radical par rapport aux gouvernements précédents, qui ont activement recherché des talents d’autres pays pour remplir les laboratoires et stimuler l’innovation scientifique. Les chercheurs craignent que la dernière proposition ne rende les États-Unis encore moins attractifs pour les scientifiques étrangers, ce qui pourrait entraver les efforts du pays dans le domaine de la science et de la technologie.

Sur le plan intérieur, de nombreux scientifiques craignent que cette polarisation et ce cynisme accrus anti-science ne durent des années. Cela rendrait plus difficile pour les agences gouvernementales de faire leur travail, de faire progresser les politiques fondées sur la science et d’attirer une nouvelle génération pour remplacer de nombreux scientifiques et responsables de haut niveau qui ont décidé de prendre leur retraite sous Trump.

Rétablir l’intégrité scientifique dans les agences où les scientifiques du gouvernement ont été écartés et censurés par des responsables politiques ne sera pas facile, déclare Andrew Rosenberg, qui dirige le Center for Science and Democracy. À l’EPA, par exemple, cela signifierait reconstruire l’ensemble du département de recherche de l’agence et lui donner un réel pouvoir de tenir tête aux organismes de réglementation qui prennent des décisions politiques.

Plus d'articles
grande barrière corail roche volcanique
Un gigantesque radeau de roche volcanique « booste » le récif corallien
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.