406 Partages

Connu pour ses frasques anti-scientifiques dès l’émergence de la pandémie, Trump n’a cessé de multiplier les interventions publiques, suggérant des méthodes préventives douteuses voire clairement dangereuses, dénigrant le docteur Fauci et l’ensemble des autres conseillers scientifiques et accusant l’OMS d’avoir exagéré le danger du virus. Récemment, il s’est de nouveau illustré en accusant cette fois la FDA de retarder volontairement les essais cliniques concernant des vaccins américains.

Le président Donald Trump a accusé samedi, sans fournir aucune preuve, la Food and Drug Administration des États-Unis d’avoir délibérément retardé les essais de vaccins contre le coronavirus, faisant pression sur l’homme qu’il avait choisi pour diriger l’agence.

Il a accusé l’agence d’avoir retardé un vaccin contre le virus jusqu’après les élections d’automne, tweetant : « De toute évidence, ils espèrent retarder la réponse après le 3 novembre. Il faut se concentrer sur la vitesse et sauver des vies ! ». Trump a terminé son tweet en taguant le compte Twitter du commissaire de la FDA, le Dr Stephen Hahn, qu’il a nommé l’année dernière pour assumer ce rôle.

La FDA : une institution respectueuse de la méthodologie clinique

Hahn a assuré aux Américains plus tôt ce mois-ci que l’agence ne bâclerait pas son travail pour approuver un vaccin. « La FDA a la responsabilité d’approuver les médicaments, en jugeant de leur sécurité et leur efficacité, et non par une déclaration de la Maison-Blanche sur la vitesse et la politisation de la FDA », explique Nancy Pelosi.

La Biotechnology Innovation Organization a déclaré samedi que l’industrie était « impatiente » de livrer un vaccin le plus rapidement possible, mais qu’elle ne pouvait « aller plus vite que la science le lui permet ». « Nous sommes convaincus que tout le monde va aussi vite que possible pour s’assurer que tout vaccin ou nouvelle thérapie soit à la fois sûr et efficace pour les patients », déclare Rich Masters, un porte-parole du groupe biotechnologique.

La promesse irréaliste d’un vaccin disponible à la fin de l’année

Trump a promis qu’un vaccin serait disponible d’ici la fin de l’année, bien que les immunologistes aient déclaré que le calendrier était irréaliste. Et ses derniers commentaires ne dissiperont pas les craintes de certains experts et Américains selon lesquelles l’administration se précipitera pour préparer un vaccin aux dépens de la science et de la sécurité.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
liste vaccins

Liste des vaccins actuellement en phase III des essais cliniques. Leur mise à disposition est, au plus tôt, attendue pour le début de l’année prochaine. Crédits : Minu Kim et Song Ji-Yoon

Un sondage de CNN en mai a révélé qu’un tiers des Américains ont déclaré qu’ils n’essaieraient pas de se faire vacciner contre la COVID-19, même si le vaccin était largement disponible et peu coûteux.

La FDA ne mène pas les essais elle-même, mais supervise plutôt les acteurs responsables, selon l’agence. Un candidat vaccin, développé par Moderna et l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, est passé aux essais cliniques de phase 3 à la fin du mois dernier.

Sur le même sujet : Coronavirus ; ce qu’il faut savoir concernant l’annonce d’un vaccin fonctionnel par la Russie

Des interventions répétées visant à dénigrer les experts scientifiques

Trump, tout au long de la pandémie, a sapé ou rejeté les conseils d’experts gouvernementaux en santé, y compris des responsables de la FDA. Il a prématurément promu les médicaments antipaludiques hydroxychloroquine et chloroquine comme traitement COVID-19.

Alors même que la FDA a averti le public que ces médicaments ne devaient être utilisés que dans les hôpitaux ou les essais cliniques, car ils peuvent tuer ou provoquer des effets secondaires graves. En juin, l’agence a révoqué son autorisation d’utilisation d’urgence pour l’hydroxychloroquine et la chloroquine pour le traitement des coronavirus, affirmant que les médicaments ne seraient probablement pas efficaces pour traiter le virus sur la base des dernières preuves scientifiques.

Le président est habitué à remettre en question publiquement les conseils médicaux des hauts responsables de la santé de son administration ou à les viser sur Twitter. Bien qu’il affirme entretenir de bonnes relations avec le plus grand spécialiste des maladies infectieuses du pays, le Dr Anthony Fauci, Trump a qualifié Fauci « d’un peu alarmiste ».

Il a également retweeté un article qualifiant Fauci de « fraudeur », et la Maison-Blanche s’est lancée dans un effort concerté pour discréditer Fauci au début de la pandémie. Trump a également critiqué la Dr Deborah Birx plus tôt ce mois-ci, après que le coordinateur du groupe de travail sur les coronavirus de la Maison-Blanche a averti que la pandémie était « extraordinairement répandue » aux États-Unis.

trump fda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

406 Partages
406 Partages
Partager via
Copier le lien