5.6K Partages

Avec le premier vol habité vers l’ISS lancé depuis le sol américain par une entreprise privée dans quelques jours, et le programme Artemis visant à retourner sur la Lune en 2024, les astronautes du monde entier ont repris l’entraînement de manière à être prêts dans le cas où ils seraient appelés à partir. Dans ce lot se trouve Jessica Watkins, planétologue de 32 ans récemment sortie de la classe d’astronautes de janvier de la NASA. Watkins a livré à la revue Nature ses impressions et désirs sur les futures missions spatiales auxquelles elle pourrait participer.

Jessica Watkins a passé son doctorat à étudier les glissements de terrain sur Mars. Elle fait également partie des rares humains à avoir un jour la possibilité de marcher sur la planète rouge. En janvier, Watkins a été diplômée de la toute nouvelle classe d’astronautes de la NASA. En tant que géologue planétaire, elle est l’une des principales candidates pour participer au programme Artemis de l’agence, qui vise à renvoyer des personnes sur la Lune d’ici la fin de 2024. Dans le futur — Watkins n’a que 32 ans — cela pourrait même être un voyage sur Mars.

Watkins aide deux de ses collègues astronautes à se préparer pour un lancement le 27 mai, qui marquera la première fois qu’une entreprise commerciale transporte des astronautes en orbite terrestre basse. La revue Nature a interviewé Watkins sur sa carrière et le rôle de l’effort humain à l’ère d’une pandémie mondiale.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre le corps des astronautes ?

Je veux être astronaute depuis mon enfance. Il y avait quelque chose qui m’attirait toujours vers l’espace — l’idée d’exploration, de vouloir repousser les limites et les capacités, à la fois techniquement et physiquement, mais aussi mentalement et spirituellement. Je suis un peu tombée par hasard sur la géologie et suis devenue amoureuse de ce domaine. Et puis les étoiles se sont alignées pour que je me retrouve ici.

Quelle est votre planète préférée ?

Mars est définitivement mon premier amour. Je me souviens d’avoir écrit un livre sur un martien en cinquième année. Ce qui m’a le plus intrigué à propos de Mars, c’est à quel point elle ressemble à la Terre et comment nous pouvons utiliser la Terre comme analogue pour mieux comprendre Mars et son histoire. Maintenant, compte tenu de la direction que prend la NASA — nous parlons de retourner sur la Lune en 2024, via Artemis, la Lune est également devenue un intérêt important. Je me suis alors plongée dans la géologie lunaire.

Quel type de formation votre classe d’astronautes a-t-elle reçue en géologie de terrain ?

C’était l’une des parties les plus amusantes pour moi. Nous sommes allés au Nouveau-Mexique, en Utah, en Arizona et dans de nombreux endroits où les gars d’Apollo se sont entraînés. Nous suivions littéralement leurs traces. Nous sommes allés observer beaucoup de coulées de lave, essayant vraiment de bien comprendre quels types de roches nous pouvons rencontrer et comment les observer et les documenter — en accumulant juste assez de compétences pour permettre aux scientifiques ici sur le terrain de faire leurs propres recherches avec les données que l’équipage obtient.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
classe astronaute

Jessica Watkins est issue de la classe d’astronautes de janvier, la promotion de la NASA la plus récente. Crédits : Bill Stafford/NASA

Sur le même sujet : Mission Artemis : quelle sera la première femme à marcher sur la Lune ?

À quoi cela ressemblerait-il pour vous, en tant que géologue, de marcher sur la surface lunaire ?

La première mission Artemis ressemblera davantage à des missions de test, où la science pourrait être plus limitée afin de prouver les capacités technologiques. En réfléchissant un peu plus loin, lorsque la science est vraiment un objectif principal, le site d’atterrissage posera de nombreuses questions scientifiques intéressantes. Là où nous pensons aller, le pôle Sud lunaire — l’une des grandes choses que nous recherchons sont les dépôts de glace potentiels, les régions riches en volatils dans les régions ombragées en permanence.

Savez-vous quelle sera votre première mission spatiale ?

C’est un moment super excitant pour les vols spatiaux humains. Nous avons la Station spatiale internationale, qui est notre principale destination en ce moment, et nous allons bientôt lancer le programme Artemis. Nous vivons à une époque formidable où les possibilités sont nombreuses. Tout dépend de la façon dont certaines de ces pièces en mouvement s’articulent. [Mon premier vol] pourrait être bientôt, ou il pourrait être dans quelques années supplémentaires.

Comment l’exploration spatiale peut-elle nous inspirer lorsque le monde est confronté à une crise de santé publique ?

Cette pandémie nous demande de nous unir en tant qu’êtres humains, de faire ce qu’il faut pour nous sauver mutuellement. Il y a quelque chose de vraiment analogue au vol spatial humain là-dedans. Le vol spatial humain concerne les humains qui poursuivent des objectifs difficiles, le font ensemble et malgré les différences que nous avons pu créer. Ce mois-ci, nous allons lancer un nouveau véhicule, un lancement SpaceX du programme d’équipage commercial, le premier en provenance du sol américain vers la navette spatiale. Ce sera un moment marquant pour nous, pas seulement pour l’Amérique, mais pour tous les humains.

jessica watkins

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
L'abonnement Premium à 5 €/an !
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

5.6K Partages
5.6K Partages
Partager via
Copier le lien