7.7K Partages

Découverte insolite. L’année dernière, dans la République de Sakha (ou Yakoutie), en Russie, un homme a fait une découverte pour le moins inattendue : la tête coupée d’un ancien loup géant. Elle avait été préservée dans de très bonnes conditions par le pergélisol et portait toujours une fourrure épaisse ainsi que des crocs acérés.

L’homme en question, Pavel Efimov, avait décidé de confier la tête à des scientifiques spécialisés, qui l’ont récemment datée à plus de 40’000 ans ! Il s’agirait donc d’un ancien loup ayant vécu vers la fin de l’époque du Pléistocène. Leur analyse a également révélé qu’il s’agissait d’un loup adulte (arrivé en fin de développement), et qu’il devait avoir entre 2 et 4 ans au moment de la mort.

La tête, qui fait 40 cm de long selon The Siberian Times, est plutôt impressionnante. En effet, cela représente la moitié de la taille au garot d’un loup moderne (66 à 86 cm). En plus d’être parfaitement conservée vue de l’extérieur, le cerveau serait également intact.

tete loup coupee vieux 40000 ans decouverte siberie

Crédits : Albert Protopopov/ The Siberian Times

tete loup coupee vieux 40000 ans decouverte siberie carte

Pavel Efimov a découvert la tête en été 2018, au bord de la rivière Tirekhtyakh, en République de Sakha. Crédits : Albert Protopopov/ The Siberian Times

Cette découverte est unique en son genre car ce sont les premiers vestiges jamais découverts d’un loup du Pléistocène adulte bien conservés. Par le passé, des individus avaient déjà découvert d’autres restes d’anciens loups, comme un petit loup momifié qui vivait au Canada il y a plus de 50’000 ans. En 2015, des scientifiques ont analysé la scission évolutive entre chiens et loups à l’aide de l’ADN d’un os de loup âgé de 35’000 ans, découvert également en Sibérie, a rapporté Live Science.

« Il s’agit d’une découverte unique des premiers restes d’un loup du Pléistocène adulte avec ses tissus préservés. Nous allons le comparer aux loups d’aujourd’hui pour comprendre comment l’espèce a évolué et pour reconstituer son apparence globale », a déclaré Albert Protopopov, de l’Académie des sciences de la République de Sakha.

Vous allez aussi aimer : Découverte de poissons fossilisés vieux de 50 millions d’années

Des scientifiques du Muséum suédois d’histoire naturelle examineront l’ADN de la tête de loup récemment découverte et compareront les informations génétiques avec celles des loups modernes. La tête a été exposée à Tokyo, dans le cadre d’une exposition sur les mammouths laineux et autres créatures congelées.

Source : Siberian Times

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7.7K Partages
7.7K Partages
Partager via