Une nouvelle espèce de tortue mise en évidence

tete tortue
| Rune Midtgaard

Pendant longtemps, les biologistes marins ont pensé que le genre de tortue Chelus, représenté par Chelus fimbriata, n’était composé que d’une seule espèce. Cependant, grâce à des analyses génétiques approfondies, des chercheurs ont montré qu’en réalité, il existait deux espèces différentes du genre Chelus. L’espèce nouvellement répertoriée, Chelus orinocensis, impose une réévaluation du statut de conservation de ces tortues mata mata.

En collaboration avec une équipe internationale, le biologiste marin de Senckenberg, Uwe Fritz, a décrit une nouvelle espèce de tortue mata mata en se basant sur des analyses génétiques. Jusqu’à présent, on supposait que le genre Chelus ne contenait qu’une seule espèce. La nouvelle description nécessite également une réévaluation de l’état de conservation de ces espèces, qui sont fréquemment vendues dans le commerce illégal d’animaux. L’étude a été publiée dans la revue Molecular Phylogenetics and Evolution.

La nécessité d’étudier les espèces sous l’angle génétique

Il y a une bonne raison à l’apparence bizarre de la tortue mata mata : cachés dans la boue sous l’eau, les animaux mesurant jusqu’à 53 centimètres de long ressemblent à des roches couvertes d’algues. Mais quand un animal de proie s’approche, la tortue l’aspire en ouvrant soudain sa grande bouche et l’avale en entier.

« Bien que ces tortues soient largement connues en raison de leur apparence bizarre et de leur comportement alimentaire inhabituel, étonnamment peu de choses sont connues sur leur variabilité et leur génétique. Jusqu’à maintenant, nous avons supposé qu’il n’y avait qu’une seule espèce de ce reptile blindé, qui s’étend largement à travers l’Amérique du Sud », explique Uwe Fritz, responsable des collections d’histoire naturelle de Senckenberg.

À LIRE AUSSI :
Sourire « à la manière féline » améliore considérablement la communication avec les chats
carapace tortue
Carapaces de tortue appartenant à la nouvelle espèce Chelus orinocensis. Sa ressemblance avec Chelus fimbriata a poussé les chercheurs à effectuer des analyses génétiques approfondies. Crédits : Mónica A. Morales-Betancourt

Mais ces espèces prétendument répandues, qui ne sont pas considérées comme en voie de disparition, peuvent être pleines de surprises — d’après les analyses génétiques, elles sont souvent divisées en deux ou plusieurs espèces indépendantes. « Plusieurs études ont montré que les tortues mata mata individuelles ont un aspect différent dans l’Orénoque par rapport au bassin de l’Amazone. Sur la base de cette observation, nous avons décidé d’examiner de plus près la composition génétique de ces animaux ».

Sur le même sujet : Pour la première fois depuis 1906, une espèce rare de tortue géante a été aperçue aux îles Galápagos

Deux espèces aux caractéristiques génétique et morphologique différentes

En utilisant 75 échantillons d’ADN, les chercheurs ont pu montrer que, contrairement aux hypothèses précédentes, il existe deux espèces de tortues mata mata génétiquement et morphologiquement bien différenciées. L’espèce nouvellement décrite, Chelus orinocensis, habite les bassins de l’Orénoque et du Río Negro, tandis que l’espèce connue sous le nom de Chelus fimbriata est limitée exclusivement au bassin amazonien.

arbre tortue
Les deux espèces de tortues sont génétiquement différentes et se sont séparées au cours du miocène. Crédits : Mario Vargas-Ramírez et al. 2020

Selon l’étude, les deux espèces se sont séparées à la fin du miocène, il y a environ 13 millions d’années. Pendant cette période, l’ancien bassin Amazonie-Orénoque a commencé à se séparer en deux bassins fluviaux connus aujourd’hui. De nombreuses espèces d’animaux aquatiques ont ainsi été spatialement séparées et ont commencé à diverger génétiquement.

La description de la nouvelle espèce nécessite également une réévaluation du statut de conservation de la mata mata. « À ce jour, cette espèce n’était pas considérée comme en voie de disparition, compte tenu de sa large distribution. Cependant, nos résultats montrent que, en raison de la répartition en deux espèces, la taille de la population de chaque espèce est plus petite que ce que l’on pensait auparavant. De plus, chaque année, des milliers de ces animaux bizarres se retrouvent dans le commerce illégal d’animaux et sont confisqués par les autorités ».

À LIRE AUSSI :
Formes graves de COVID-19 : un héritage des Néandertaliens
Sources : Molecular Phylogenetics and Evolution

Plus d'articles
gundam robot geant humanoide
Un robot Gundam de plus de 18 mètres fera bientôt ses premiers pas !