1.3K Partages

Une espèce de tortue géante que l’on croyait disparue a été retrouvée sur une île de l’archipel des Galápagos. Les chercheurs pensent qu’elle ne serait pas la seule survivante de son espèce sur l’île.

Cela va faire bientôt 200 ans (depuis 1835) que Darwin a découvert sur les îles Galapagos, la présence de ces énormes tortues pouvant peser plus de 250 kg et mesurer plus d’un mètre et demi.

15 espèces avaient été répertoriées à l’époque, mais 5 d’entre elles ont disparu depuis, après que plus de 100’000 de ces tortues aient été tuées par des pirates et des pêcheurs pour leur chair et leur graisse, tandis que les autres espèces survivantes sont toujours en danger d’extinction.

Mais alors que personne ne l’avait aperçue depuis 1906 (certains mettaient même en doute son existence), une tortue géante endémique de l’île de Fernandina, Chelonoidis phantasticusa refait son apparition.

Jusqu’à présent, elle était encore considérée comme une espèce en danger critique, et des scientifiques étaient sur le point de la classer définitivement comme disparue. Mais cela a pu être évité grâce à une expédition organisée dimanche dernier par le parc national des Galápagos et le Galápagos Conservancy, qui a permis de retrouver une femelle.

De plus, il semblerait qu’elle maîtrise parfaitement l’art de la cachette, car les experts pensent qu’elle est âgée de plus d’une centaine d’années. Mais selon eux, il y a de fortes chances qu’elle ne soit pas la dernière de son espèce, car ils ont découvert d’autres indices laissant présumer la présence d’autres individus de la même espèce sur l’île, et qu’il y aurait donc la possibilité de les faire se reproduire.

« Ils auront besoin de plus d’un spécimen, mais les femelles peuvent stocker le sperme pendant une longue période », a déclaré au New York Times Stuart Pimm, écologiste de la conservation à l’Université Duke. « Il y a donc de l’espoir ».

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Vous allez aussi aimer : Suite à sa mort, le spécimen « Georges le solitaire » révèle les secrets de l’incroyable longévité des tortues géantes

Les facteurs menaçant l’existence de la plupart des espèces de tortues géantes sont les prédateurs de leurs œufs, ou encore les actions des hommes. Cependant, pour la tortue de Fernandina, le plus grand danger proviendrait de son habitat, qui est souvent sujet à de violentes éruptions du volcan La Cumbre, causant l’écoulement de lave sur une importante partie de l’île, ce qui serait donc la principale cause de la mort de la plupart des tortues géantes.

« Cela nous encourage à renforcer nos plans de recherche pour en trouver d’autres, ce qui nous permettra de lancer un programme d’élevage en captivité pour retrouver cette espèce », déclare le directeur du parc national des Galápagos, Danny Rueda.

Les investigateurs ont décidé d’emporter la tortue dans un centre de reproduction afin d’éviter qu’elle ne se mette davantage en danger. Des analyses génétiques sont également en cours pour confirmer à nouveau qu’il s’agit bien de l’espèce endémique que l’on croyait éteinte.

Source : New York Times

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.3K Partages
1.3K Partages
Partager via
Copier le lien