Les ovules humains ont des préférences quant aux spermatozoïdes

ovule sperme
| Health innovations

Une nouvelle étude effectuée par des chercheurs de l’Université de Stockholm et de la NHS Foundation Trust de l’Université de Manchester, a démontré que les ovules utilisent des signaux chimiques pour attirer et choisir les spermatozoïdes. Et selon les chercheurs, différents ovules de femmes attirent spécifiquement mieux le sperme de certains hommes, mais pas nécessairement celui de leur partenaire.

Les humains consacrent beaucoup de temps et d’énergie à choisir leur partenaire. Et à présent, une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Stockholm et de la NHS Foundation Trust (MFT) de l’Université de Manchester a permis de démontrer que le choix du partenaire continue même au sein des rapports sexuels au niveau des ovules, qui peuvent littéralement « choisir » le sperme qui leur convient.

« Les ovules humains libèrent des produits chimiques appelés chimioattractants, qui attirent les spermatozoïdes vers les œufs non fécondés. Nous voulions savoir si les œufs utilisent ces signaux chimiques pour choisir le sperme qu’ils attirent », a déclaré John Fitzpatrick, professeur agrégé à l’Université de Stockholm.

choix ovule sperme spermatozoïde
Dr John Fitzpatrick, boursier de l’Académie Wallenberg, du Département de zoologie de l’Université de Stockholm. Crédits : Fondation Magnus Bergström/Knut et Alice Wallenberg

Les chercheurs ont examiné la réponse des spermatozoïdes au liquide folliculaire, qui entoure les ovules et contient des chimioattractants pour les spermatozoïdes. Ces derniers ont souhaité savoir si les fluides folliculaires de différentes femelles attiraient le sperme de certains mâles plus que d’autres.

Choix de partenaire microscopique

« Le liquide folliculaire d’une femelle était plus efficace pour attirer le sperme d’un homme précis, tandis que le liquide folliculaire d’une autre femme était quant à lui plus efficace pour attirer le sperme d’un autre homme », a déclaré le professeur Fitzpatrick. « Cela démontre que les interactions entre les ovules et le sperme dépendent de l’identité spécifique des femmes et des hommes impliqués », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSI :
Un composé présent dans le basilic aurait des vertus protectrices contre la maladie d’Alzheimer

Vous aimerez également : Des ovules humains immatures obtenus in vitro à partir de cellules sanguines

En effet, l’ovaire n’est pas toujours en accord avec le choix de partenaire des femmes : les chercheurs ont découvert que les ovules n’attiraient pas toujours davantage le sperme de leur partenaire par rapport à celui d’un autre mâle.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Mais alors, est-ce un choix d’ovule ou de sperme ? Le professeur Fitzpatrick a expliqué que les spermatozoïdes n’ont qu’une seule tâche à effectuer, soit de fertiliser les ovules. De ce fait, il n’est pas logique que ce soient eux qui soient sélectifs. Les ovaires, quant à eux, peuvent uniquement bénéficier d’un choix de spermatozoïde de haute qualité, ou génétiquement compatible.

« L’idée que les ovules choisissent le sperme est vraiment nouvelle dans le domaine de la fertilité humaine », a déclaré le professeur Daniel Brison, directeur scientifique du département de médecine de la reproduction à l’hôpital Saint Marys, qui fait partie du MFT, et auteur principal de cette étude. « La recherche sur la manière dont les ovules et le sperme interagissent fera progresser les traitements de fertilité et pourrait éventuellement nous aider à comprendre certaines des causes actuellement ‘inexpliquées’ de l’infertilité chez certains couples », a ajouté Brison.

« Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont participé à cette étude et contribué à ces résultats, qui pourraient bénéficier aux couples luttant contre l’infertilité à l’avenir », a-t-il également ajouté.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs suisses isolent un nouvel anticorps très puissant contre les variants du SARS-CoV-2
Source : Proceedings of the Royal Society B

Laisser un commentaire