De petites doses de « gaz hilarant » comme potentiel traitement de la dépression

petites doses gaz hilarant potentiel traitement depression

Depuis des années, les chercheurs étudient différentes substances psychoactives, dont la psilocybine, pour tenter de traiter certains troubles mentaux tels que la dépression ou l’anxiété chronique. Lors d’essais cliniques, la MDMA s’est révélée être un traitement très efficace du syndrome de stress post-traumatique, et des études récentes ont montré que la kétamine administrée par voie orale réduisait considérablement les idées suicidaires. Le protoxyde d’azote (oxyde nitreux, ou encore gaz hilarant), rejoint maintenant les rangs.

Un nouvel essai mené sur 24 participants aux États-Unis a révélé qu’une faible dose de ce gaz hilarant peut soulager les symptômes de la dépression résistants aux médicaments. De plus, les effets bénéfiques semblent durer plusieurs semaines et s’accompagnent de très peu d’effets secondaires. Les résultats ont été publiés dans la revue Science Translational Medicine.

« La réduction des effets secondaires était inattendue et assez radicale, mais ce qui est encore plus excitant, c’est que les effets après une seule administration ont duré deux semaines entières », explique Peter Nagele, anesthésiste en traumatologie à l’Université de Chicago. « Cela n’a jamais été démontré auparavant ».

Des effets significatifs en 24h seulement

En 2015, une étude de preuve de principe a révélé que respirer un gaz composé à 50% d’oxyde nitreux pendant une heure seulement avait des effets antidépresseurs rapides. La dépression a diminué de manière significative le jour suivant le traitement pour la plupart des volontaires ; parmi ceux dont l’humeur a été vérifiée une semaine plus tard, cependant, les résultats ne semblaient pas durer. Bien qu’il n’y ait pas eu d’effets indésirables graves, de nombreux participants ont signalé qu’ils se sentaient nauséeux, étourdis ou paranoïaques.

À LIRE AUSSI :
La motivation dépend de la manière dont le cerveau gère la fatigue, selon une nouvelle étude

Mais cette nouvelle étude de suivi suggère que ce n’est pas forcément le cas. Lors du récent essai clinique randomisé (de phase II), 24 volontaires souffrant de dépression majeure résistante au traitement se sont vus attribuer au hasard trois traitements différents échelonnés sur trois mois, avec un mois entre chaque traitement.

Le premier traitement consistait en une dose élevée de protoxyde d’azote pendant une heure (à 50%), le second en une dose faible de ce médicament pendant une heure (à 25 %) et le dernier en un placebo. Tous les participants à l’étude n’ont pas réagi de la même manière à chaque traitement, et l’effet placebo a été important pour certains. Cela dit, la majorité des participants à l’essai ont présenté un taux élevé de réponse et d’amélioration des symptômes sur une période de trois mois.

Attention aux doses élevées

Selon les chercheurs, ces avantages sont plus importants que ceux observés avec d’autres antidépresseurs traditionnels, et ils semblent durer plus longtemps que ce que nous pensions auparavant. Deux semaines après chaque traitement, les chercheurs ont constaté que les participants qui avaient reçu le gaz hilarant à l’une ou l’autre dose présentaient des avantages durables par rapport à celles qui avaient reçu un placebo.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

La dose la plus élevée de gaz hilarant était toutefois associée à quatre fois plus d’effets secondaires en moyenne. Une dose plus faible a surtout endormi les patients. « Cette enquête a été motivée par des observations issues de la recherche sur la kétamine et la dépression », explique Nagele. « Comme le protoxyde d’azote, la kétamine est un anesthésique, et des travaux prometteurs ont été réalisés en utilisant la kétamine à une dose sous-anesthésique pour traiter la dépression. Nous nous sommes demandé si notre concentration antérieure de 50% n’était pas trop élevée. Peut-être qu’en diminuant la dose, nous pourrions trouver le ‘point idéal’ qui maximiserait le bénéfice clinique et minimiserait les effets secondaires négatifs ».

À LIRE AUSSI :
Des pesticides responsables de lésions cérébrales chez les enfants

L’échantillon de l’étude actuelle est de petite taille et, comme les chercheurs n’ont suivi les patients qu’après deux semaines, on ne sait pas si les effets du premier traitement au protoxyde d’azote se sont poursuivis lors de la prochaine séance de gaz hilarant. Cela pourrait renforcer les effets durables du médicament, ce qui signifie que des doses multiples de gaz hilarant pourraient être bénéfiques comme traitement à plus long terme. En revanche, une seule heure d’inhalation de protoxyde d’azote pourrait ne pas être aussi efficace.

Des recherches plus poussées sont nécessaires avant que nous puissions exploiter les avantages de ce médicament pour la dépression clinique de manière sûre et efficace, mais étant donné que des millions de personnes ne répondent pas aux antidépresseurs actuels, des traitements alternatifs sont nécessaires. « Il ne s’agit que d’études pilotes », déclare Nagele. « Mais il faut que la communauté médicale dans son ensemble accepte ce traitement pour qu’il devienne accessible aux patients dans le monde réel. La plupart des psychiatres ne connaissent pas le protoxyde d’azote ni la manière de l’administrer, nous devrons donc montrer à la communauté comment administrer ce traitement de manière sûre et efficace ».

Source : Science Translational Medicine

Laisser un commentaire