488 Partages

La pleine conscience ainsi que d’autres types de méditation sont généralement considérés comme de simples analgésiques, mais selon une nouvelle étude, ils pourraient parfois aggraver la situation de certaines personnes.

Selon la première revue systématique des preuves, environ 1 personne sur 12 qui essaie la méditation subit un effet négatif indésirable, soit généralement une aggravation de la dépression ou de l’anxiété, voire l’apparition de ces conditions pour la première fois. « Pour la majorité des gens, cela fonctionne bien, mais ça a sans aucun doute été surestimé et cela n’est pas universellement bienveillant », déclare Miguel Farias de l’Université de Coventry, au Royaume-Uni, et l’un des chercheurs à l’origine de ce travail.

Il existe de nombreux types de méditation, mais l’un des plus populaires est la pleine conscience, dans laquelle les gens prêtent attention au moment présent, se concentrant soit sur leurs propres pensées et sentiments, soit sur leurs sensations externes. La pleine conscience est recommandée par plusieurs organismes du National Health Service au Royaume-Uni, comme moyen de réduire les rechutes de dépression chez les personnes qui ont connu la maladie à plusieurs reprises.

L’enthousiasme pour la méditation peut provenir en partie d’une prise de conscience croissante des effets secondaires des médicaments antidépresseurs et des difficultés que certaines personnes rapportent pour arrêter de les prendre.

Il existe des rapports mettant en lumière le fait que certaines personnes ont une baisse de la qualité de la santé mentale après avoir commencé la méditation. Cependant, à l’heure actuelle, les scientifiques ne savent pas encore à quelle fréquence cela se produit exactement et surtout, pourquoi.

Sur le même thème : Le fait de maintenir des pensées négatives serait lié au risque de démence

L’équipe de Farias a parcouru des revues médicales et trouvé 55 études pertinentes. Une fois que les chercheurs ont exclu les études qui avaient délibérément cherché à trouver des effets négatifs, ils ont calculé la prévalence des personnes ayant subi des préjudices dans chaque étude, puis ont calculé la moyenne, ajustée en fonction de la taille de l’étude, une méthode courante dans ce type d’analyse.

C’est ainsi que les chercheurs ont constaté qu’environ 8% des personnes qui essaient la méditation, subissent un effet indésirable : « Les gens ont eu différentes expériences, allant d’une augmentation de l’anxiété à des crises de panique », a expliqué Farias. Ils ont également découvert des cas de psychose, ou de pensées suicidaires. Selon les chercheurs, ce chiffre de 8% est peut-être sous-estimé « car de nombreuses études sur la méditation n’enregistrent que des effets négatifs graves, ou ne les enregistrent pas du tout », ont-ils expliqué.

Katie Sparks, psychologue agréée et membre de la British Psychological Society, dit que ce chiffre aurait pu être augmenté par des personnes essayant la méditation en raison d’une anxiété ou d’une dépression non diagnostiquée : « La méditation permet aux gens de se détendre, de se recentrer et les aide à la fois mentalement et physiquement », dit-elle. Mais parfois, lorsque certains essaient de calmer leurs pensées, leur esprit peut « se rebeller », explique-t-elle. « C’est comme un retour de flamme lors de la tentative de contrôler l’esprit, et cela se traduit par un épisode d’anxiété ou de dépression ».

« Cela ne signifie pas que les gens devraient arrêter d’essayer cette technique », ajoute-t-elle, mais plutôt opter pour des séances de méditation guidées, dirigées par un enseignant ou une application avec une narration enregistrée, ce qui, selon elle, est plus sûr. « L’étude actuelle pourrait empêcher les gens de participer à quelque chose qui peut être bénéfique dans le bon contexte », a-t-elle conclu. Et ce n’est bien évidemment pas le but.

Source : Acta Psychiatica Sandinavica

cerveau effets meditation pleine conscience depression anxiete

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

488 Partages
488 Partages
Partager via
Copier le lien