534 Partages

Une collection d’ossements d’oiseaux a été entreposée dans un laboratoire pendant plus d’une décennie : les scientifiques pensaient qu’il s’agissait des restes d’un ancien aigle, mais ils ignoraient que le fossile était en réalité celui d’un très grand perroquet ancien, le plus grand ayant jamais foulé la Terre…

L’énorme oiseau en question, Heracles inexpectatus, a été découvert par des scientifiques en Nouvelle-Zélande : ce dernier faisait environ 1 mètre de hauteur. Les scientifiques ont l’habitude de découvrir d’énormes oiseaux préhistoriques… mais celui-ci en particulier les a tout de même choqués. En effet, il s’agit du plus grand perroquet connu ayant foulé la Terre. Selon les scientifiques, il aurait même pu avoir d’autres oiseaux plus petits comme proies.

Avec un poids estimé d’environ 7 kilogrammes, l’oiseau maintenant disparu bat à plate couture tous les autres perroquets. Par exemple, il faisait environ le double du poids du Kakapo, un très grand perroquet de Nouvelle Zélande en voie de disparition.

Les scientifiques ont estimé la taille de l’animal en se basant sur deux os de pattes, appelés tibiotarsi, en supposant qu’ils proviennent du même oiseau. Ils ont ensuite comparé les os en forme de baguette avec les squelettes d’autres oiseaux de la collection du South Australian Museum et de la collection numérique du Smithsonian National Museum of Natural History.

 

perroquet

Tibiotarsi de Heracles inexpectatus (a, b, f, g) comparé au tibiotarsi de Strigops habroptila, le perroquet Kakapo (d, e). En haut (c), les silhouettes d’un humain et du perroquet géant Heracles, pour l’échelle. Crédits : Biology Letters

À savoir que ces restes ont été déterrés en 2008 à Saint Bathans, en Nouvelle-Zélande, un endroit où ont été retrouvés des milliers d’os d’oiseaux. Les gros ossements retrouvés ont d’abord fait croire aux chercheurs qu’ils provenaient d’un ancien aigle… et ont été oubliés durant une décennie. Ce n’est que lors d’un projet de recherche dans le laboratoire de l’Université Flinders, que le paléontologue Trevor Worthy et l’étudiante Ellen Mather, ont redécouvert les ossements.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Vous aimerez également : Les ossements d’un manchot colossal de taille humaine ont été découverts en Nouvelle-Zélande

Après cela, une équipe de chercheurs a commencé à analyser les résultats plus tôt cette année. « C’était totalement inattendu et nouveau ! » a déclaré Worthy, auteur principal de l’étude. « Une fois que j’ai réussi à me convaincre qu’il s’agissait d’un perroquet, je devais évidemment convaincre le reste du monde », a-t-il ajouté.

Selon les résultats des chercheurs, le perroquet a probablement vécu au début du Miocène, la première époque du Néogène et la quatrième de l’ère Cénozoïque : il y a environ 23 millions à 16 millions d’années.

Les chercheurs ont également conclu que l’oiseau ne pouvait sans doute pas voler et se nourrissait de ce qu’il pouvait trouver au sol. Cependant, cela aurait pu ne pas rassasier le perroquet géant. En effet, selon eux, il est tout à fait possible que l’espèce se nourrissait d’autres perroquets, comme par exemple le Kea (un autre perroquet néo-zélandais).

Michael Archer, co-auteur de l’étude et paléontologue à l’Université de New South Wales, a confié qu’Heracles inexpectatus se serait peut-être nourri d’autres perroquets : « L’oiseau avait un énorme bec, qui pouvait ouvrir tout ce qu’il souhaitait engloutir ».

Ce fossile ne sera très certainement pas le dernier fossile surprenant qui sera découvert dans la région de Saint Bathans en Nouvelle-Zélande. En effet, les chercheurs y ont découvert de nombreux oiseaux au fil des ans : « Il ne fait aucun doute que de nombreuses espèces restent à découvrir dans ce gisement des plus intéressants ! », a déclaré Worthy.

Source : Biology Letters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

534 Partages
534 Partages
Partager via
Copier le lien