Qu’est-ce qu’un surdoué, concrètement ?

qu est ce qu un surdoue concretement couv
Surdoué académique ou surdoué créatif ? | Shutterstock
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Dans l’imaginaire collectif, un surdoué possède un QI supérieur à la norme et un don particulier pour comprendre aisément les concepts abstraits de mathématiques, de physique, etc. Il surpasserait nombre d’entre nous en calcul mental ou en mémorisation, toujours selon les croyances. Mais est-ce que tous les surdoués détiennent des dons similaires, les mêmes facilités ? Haut potentiel est-il synonyme de surdoué ? Chaque « surdouance » possède ses propres caractéristiques, une façon de concevoir le monde environnant. Comprendre les différences entre chaque intelligence et situation atypique permet d’éviter quelques embûches sur un parcours de vie, tant dans le domaine scolaire et social que professionnel (pour les adultes surdoués).

La définition la plus simple d’une personne surdouée serait celle d’un QI supérieur à 130. Ce n’est que la partie « visible » de cette forme d’intelligence. Être surdoué recouvre un large éventail de caractéristiques intrinsèques à chaque individu. D’ailleurs, de plus en plus de chercheurs tendent à remettre en question cette approche en soulignant qu’elle revient à baser la définition de la douance sur une conséquence et non une cause.

Comme le QI est semblable à une note, en apparence simple, tout le monde s’imagine, à tort, comprendre ce qu’elle recouvre. La demande constante des tests de QI chez toute personne en difficulté face au reste de la société, fait craindre à un « commerce de l’intelligence », occultant, pour de nombreux cas, des troubles plus profonds ou de réelles difficultés relationnelles. C’est pourquoi comprendre ce que revêt vraiment les termes de surdoué, de haut potentiel, d’enfant précoce, de « zèbres » est essentiel à l’accompagnement des personnes afin d’améliorer leur qualité de vie.

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :

L’intelligence, une définition plurielle

Dans un premier temps, il est utile de comprendre ce qu’est l’intelligence. La définition de l’intelligence varie selon de nombreux facteurs, tels que les croyances, la culture, etc. Elle regrouperait les capacités d’apprendre, de comprendre et de s’adapter aux différentes situations vécues, en utilisant un raisonnement juste et approprié. L’intelligence permettrait donc d’agir en respectant l’objectif souhaité, de penser rationnellement et d’avoir des interactions avec le milieu dans lequel on évolue. Le concept d’intelligence est cependant extrêmement complexe et fait l’objet de débats. Le terme est défini différemment selon le domaine dans lequel on le traite.

Parmi les formes d’intelligence, on peut distinguer l’intelligence fluide, introduit par Alan Baddeley en 1986, qui se manifeste notamment dans le raisonnement inductif faisant appel à une base de connaissances minimales (analogies géométriques par exemple). L’intelligence fluide est associée à la capacité de la mémoire de travail (ou capacité attentionnelle), qui permet le traitement simultané de plusieurs informations dans un temps relativement bref. Ensuite vient l’intelligence cristallisée qui se manifeste notamment dans la connaissance et l’usage de la langue ; elle est associée au degré de structuration de la mémoire déclarative (sémantique et épisodique). On reconnait également l’intelligence spatiale, se manifestant dans la perception des formes et de leurs transformations. Enfin, une dernière forme d’intelligence est basée sur la rapidité de récupération de l’information stockée en mémoire à long terme, qui se manifeste par la fluidité verbale, idéationnelle et associative. Elle est une composante essentielle de la créativité.

Linda Gottfredson, psychologue et sociologue américaine, professeure émérite de psychologie de l’éducation à l’université du Delaware, propose, en 1997, de définir l’intelligence comme une aptitude cognitive très générale qui implique, entre autres, la capacité de raisonner, de planifier, de résoudre des problèmes, de penser de manière abstraite, de comprendre des idées complexes, d’apprendre de façon rapide et efficace, dont notamment par le biais des expériences vécues. Il ne s’agit donc pas simplement d’un apprentissage dans le cadre de lectures, d’un simple savoir-faire académique, ou d’une habileté à réussir facilement des examens. Au contraire, cela reflète une capacité plus large et plus profonde à comprendre rapidement notre environnement.

La douance, caractéristique des surdoués

...

[Premium] — Abonnez-vous pour lire la suite.


L'article complet est réservé aux abonnés premium. Abonnez-vous pour seulement 0.9 € le premier mois ! [OFFRE LIMITÉE]

Éliminez toutes les pubs du site et profitez de contenu exclusif tout en continuant de nous soutenir !


J'EN PROFITE
Code promo : 90ct

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous pour accéder à l'article :
Activer le premium|Mot de passe oublié ?

Laisser un commentaire