Qu’est-ce que le syndrome de Stockholm ?

syndrome stockholm
| Getty

Les prises d’otages sont des événements souvent violents et traumatisants, où les otages sont soumis à une tension psychologique et une peur permanentes. Peu importe l’issue d’une telle situation, les otages en ressortent souvent lourdement traumatisés. Cependant, dans de très rares cas, ils peuvent nouer un lien émotionnel avec leurs ravisseurs, et témoigner à leur égard de la gratitude et de la compassion. Cette réaction psychologique, appelée syndrome de Stockholm, est encore mal connue des psychiatres, bien que des hypothèses quant à son explication aient été avancées. 

Les psychiatres utilisent le terme « syndrome de Stockholm » pour décrire un ensemble de caractéristiques psychologiques observées pour la première fois chez des personnes prises en otage lors d’un braquage de banque en 1973 à Stockholm. Dans cet incident, deux hommes ont retenu quatre employés de banque en otage sous la menace d’une arme à feu pendant six jours à l’intérieur d’un coffre fort. À la fin, les victimes semblaient avoir développé des sentiments positifs pour leurs ravisseurs et même exprimé de la compassion à leur égard.

Des cas célèbres de syndrome de Stockholm

Bien qu’il puisse être difficile de comprendre comment les otages pourraient s’identifier, former des liens émotionnels et même défendre leurs ravisseurs après une épreuve terrifiante et potentiellement mortelle, ce phénomène inhabituel est connu pour se produire en de rares occasions. En plus de l’apparition du syndrome lors de prises d’otages, les psychologues suggèrent qu’il peut également affecter les membres des sectes et les victimes de violence domestique.

Patty Hearst, une célèbre héritière kidnappée en 1974, est l’un des exemples les plus célèbres d’une victime du syndrome de Stockholm. Hearst a finalement aidé ses ravisseurs à voler une banque et a exprimé son soutien à leur cause militante. Un autre exemple très médiatisé est Elizabeth Smart, une adolescente de l’Utah qui a été kidnappée en 2002. Smart s’est montrée préoccupée par le bien-être de ses ravisseurs lorsque la police l’a finalement trouvée.

À LIRE AUSSI :
Les messages subliminaux fonctionnent-ils réellement ?

La réalité psychologique du syndrome de Stockholm

Le syndrome de Stockholm est un concept psychologique utilisé pour expliquer certaines réactions, mais ce n’est pas un diagnostic formel, indique Steven Norton, un psychologue légiste à Rochester. Le syndrome de Stockholm n’est pas répertorié dans la dernière édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), un outil de référence utilisé par les psychologues pour diagnostiquer la santé mentale et les troubles du comportement.

Cependant, les professionnels reconnaissent la réalité du syndrome de Stockholm, il y a donc une acceptation générale et une prise de conscience du trouble, selon Norton. Une personne atteinte du syndrome de Stockholm peut commencer à s’identifier aux personnes qui l’ont pris en otage ou à nouer des liens étroits avec elles. Le captif peut commencer à sympathiser avec les preneurs d’otages et peut également devenir émotionnellement dépendant d’eux.

En effet, une victime du syndrome de Stockholm peut devenir de plus en plus effrayée et déprimée et affichera une capacité réduite à prendre soin d’elle-même. Cela la rendra plus dépendante de ses ravisseurs au niveau des soins. Les victimes du syndrome de Stockholm présentent deux caractéristiques clés : des sentiments positifs envers leurs ravisseurs et des sentiments négatifs, tels que la colère et la méfiance, envers les forces de l’ordre, selon un bulletin d’application de la loi du FBI de 1999. La victime peut craindre que l’action de la police ne menace sa sécurité.

Une absence de critères formels mais des conditions favorisant l’apparition du syndrome

Selon Norton, aucun ensemble clair de critères n’est utilisé pour déterminer si une personne est atteinte du syndrome de Stockholm. De plus, les symptômes pourraient chevaucher ceux associés à d’autres diagnostics, comme le trouble de stress post-traumatique (SSPT) et « l’impuissance acquise ». Dans ce dernier phénomène, les personnes exposées à plusieurs reprises à des situations stressantes échappant à leur contrôle perdent la capacité de prendre des décisions.

On ne sait pas exactement pourquoi le syndrome de Stockholm se produit. Des experts en santé mentale ont suggéré qu’il s’agit d’une stratégie de protection et d’une méthode d’adaptation pour les victimes de violence psychologique et physique. « C’est vraiment une forme de survie. Il s’agit d’une stratégie de survie et d’un mécanisme d’adaptation basés sur le niveau de peur, de dépendance et de traumatisme de la situation », explique Norton.

À LIRE AUSSI :
Comment Trump a-t-il porté un coup presque fatal à la science ?

Sur le même sujet : De quelles manières le stress chronique modifie-t-il le cerveau et comment s’en prémunir ?

Dans leur publication de 1995, Dee L. R. Graham, psychologue et professeur à l’Université de Cincinnati, et ses collègues ont décrit que le syndrome de Stockholm était plus susceptible de se produire dans les quatre conditions suivantes :

  1. Les victimes ressentent une menace pour leur survie aux mains de leurs ravisseurs.
  2. Les victimes perçoivent de petits actes de bonté venant de leurs ravisseurs, comme recevoir de la nourriture ou ne pas les blesser.
  3. Les victimes sont isolées de perspectives autres que celles de leurs ravisseurs.
  4. Les victimes sentent qu’elles ne peuvent pas échapper à leur situation.

Une cause encore incertaine

Une explication possible de l’évolution du syndrome est que, dans un premier temps, les preneurs d’otages peuvent menacer de tuer les victimes, ce qui crée la peur. Mais si les ravisseurs ne nuisent pas aux victimes, les otages peuvent ressentir de la gratitude pour ce geste. Les otages apprennent également que, pour survivre, ils doivent se familiariser avec les réactions de leurs ravisseurs et développer des traits psychologiques qui plaisent à ces personnes, tels que la dépendance et la conformité.

Les experts ont émis l’hypothèse que c’est l’intensité de l’incident traumatisant ainsi que le manque de violence physique envers les victimes, malgré la crainte qu’elle se produise, qui crée un climat propice au syndrome de Stockholm, selon un bulletin d’application de la loi du FBI de 2007. Les négociateurs d’otages peuvent encourager le développement du syndrome, car ils pensent que les victimes peuvent avoir de meilleures chances de survivre si les preneurs d’otages se préoccupent du bien-être de leurs otages.

Le syndrome de Stockholm est rare, et cela peut expliquer pourquoi les recherches qui l’entourent sont également rares. Un rapport du FBI de 1999 a révélé que 92% des victimes d’otages ne montrent jamais de signes du syndrome de Stockholm. Avec si peu de cas, il est également difficile de savoir comment le syndrome de Stockholm affecte la santé mentale d’une personne des années après l’incident traumatisant.

Plus d'articles
prothese main biomimetique similaire main humaine hannes
Une nouvelle prothèse de main biomimétique aux capacités proches de la main humaine