Régénérer la peau adulte sans laisser de cicatrices : bientôt possible ?

regenerer peau adulte peut-etre bientot possible
| Pixabay

Les effets de l’âge et de la vie sur notre peau sont inévitables et souvent irréparables, les mécanismes biologiques régissant sa régénération au fil du temps étant encore que partiellement compris. Mais récemment, des chercheurs ont découvert un facteur génétique qui permet à la peau adulte de se réparer comme celle d’un nouveau-né. La découverte, réalisée à l’université de l’État de Washington, pourrait aboutir dans un avenir proche à de meilleurs traitements des plaies cutanées et aider à ralentir en partie le processus de vieillissement de la peau.

Dans une étude publiée dans le journal eLife le 29 septembre, des chercheurs ont identifié un facteur qui agit comme un interrupteur moléculaire dans la peau de bébés souris. Cet « interrupteur » contrôle la formation des follicules pileux lorsqu’ils se développent pendant la première semaine de vie. Il est généralement désactivé après la formation de la peau et reste désactivé dans les tissus adultes. Mais lorsqu’il a été activé par les chercheurs dans des cellules spécialisées chez les souris adultes, leur peau était capable de guérir les blessures sans laisser de cicatrices. La peau reformée comprenait même de la fourrure et pouvait hérisser les poils, une capacité qui est perdue en cas de cicatrices à l’âge adulte.

« Nous avons pu utiliser la capacité innée de la peau jeune et néonatale à se régénérer, et transférer cette dernière à la peau âgée », a déclaré M. Driskell, professeur assistant à l’école des biosciences moléculaires de l’Université de Californie du Sud. « Nous avons montré en principe que ce type de régénération est possible ». Les mammifères ne sont pas connus pour leurs capacités régénératrices par rapport à d’autres organismes, comme les salamandres, qui peuvent faire repousser des membres entiers et régénérer leur peau.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 : une potentielle immunité remise en cause par les cas de réinfection

L’étude du WSU suggère donc que le secret de la régénération humaine pourrait être trouvé en étudiant notre propre développement précoce. « Nous pouvons toujours nous inspirer d’autres organismes, mais nous pouvons aussi apprendre à nous régénérer en nous regardant nous-mêmes », ajoute Driskell.

image plaie regeneree follicules pileux
Image d’une plaie cutanée régénérée, avec des follicules pileux. Les lignes vertes sont les muscles rattachés aux poils régénérés individuels, pour qu’ils puissent se lever (comme lorsqu’on a la chair de poule). Crédits : Université de l’État de Washington

L’équipe de Driskell a utilisé une nouvelle technique, appelée séquençage de l’ARN d’une seule cellule, pour comparer les gènes et les cellules de la peau en développement et de la peau adulte. En développant la peau, ils ont trouvé un facteur de transcription intéressant — des protéines qui se lient à l’ADN et peuvent influencer l’activation ou la désactivation des gènes. Le facteur que les chercheurs ont identifié, appelé Lef1, était associé aux fibroblastes papillaires, qui développent des cellules dans le derme papillaire, une couche de peau située juste sous la surface et qui donne lui donne son élasticité et son aspect jeune.

Sur le même sujet : Des cellules souches pour réparer la peau endommagée par le soleil

Lorsque les chercheurs ont activé le facteur Lef1 dans des compartiments spécialisés de la peau de souris adultes, ce dernier a amélioré la capacité de la peau à régénérer les plaies avec une cicatrisation réduite, et même à faire pousser de nouveaux follicules pileux permettant d’hérisser les poils.

Driskell a eu l’idée d’étudier la capacité de réparation de la peau aux premiers stades de la vie des mammifères après avoir pris connaissance des travaux du Dr Michael Longaker de l’université de Stanford. Lors d’une opération chirurgicale in utero, Longaker et ses collègues ont constaté que les bébés n’avaient pas de cicatrices à la naissance.

Il reste encore beaucoup de travail avant que cette dernière découverte sur les souris puisse être appliquée à la peau humaine, a déclaré Driskell, mais il s’agit d’une avancée fondamentale. Avec le soutien d’une nouvelle subvention des National Institutes of Health, l’équipe de recherche du WSU continuera à essayer de comprendre comment Lef1 et d’autres facteurs agissent pour réparer la peau. Pour faire avancer cette recherche, le laboratoire Driskell a également créé une ressource web ouverte et consultable (skinregeneration.org) pour les données sur les séquences d’ARN, que d’autres scientifiques peuvent consulter librement.

Source : eLife

Plus d'articles
cbd sexe vertus
Le CBD peut-il améliorer les rapports sexuels ?