Le régime alimentaire adopté durant l’enfance impacte durablement le microbiote

durant enfance regime alimentaire impacte durablement microbiome
| Getty

Un régime mal équilibré peut être source de différents problèmes, et toutes les autorités sanitaires s’accordent sur le fait qu’une alimentation saine doit être privilégiée pour maintenir une bonne condition physique. Cependant, au-delà des maladies cardiovasculaires et autres troubles qui peuvent être engendrés, les conséquences à long terme d’un tel régime commencé dès l’enfance sont loin d’être négligeables. Une équipe a en effet montré, sur des souris, que la consommation de nourriture malsaine durant l’enfance, couplée au manque d’exercice, pouvait affecter durablement le microbiote.

L’étude, menée par des chercheurs de l’UC Riverside, est l’une des premières à montrer une diminution significative de la quantité totale et de la diversité des bactéries intestinales chez les souris matures nourries avec une alimentation mal équilibrée lors de l’enfance. « Nous avons étudié des souris, mais l’effet que nous avons observé équivaut au fait que les enfants ont un régime occidental, riche en graisses et en sucre et que leur microbiote intestinal est encore affecté jusqu’à six ans après la puberté », explique le physiologiste Theodore Garland.

Le microbiote fait référence à toutes les bactéries, microchampignons, protistes, qui vivent sur et à l’intérieur d’un être humain ou animal. La plupart de ces micro-organismes se trouvent dans les intestins, et la majorité d’entre eux sont utiles, stimulant le système immunitaire, décomposant les aliments et aidant à synthétiser les vitamines clés.

Dans un organisme sain, il existe un équilibre entre les organismes pathogènes et bénéfiques. Cependant, si l’équilibre est perturbé, que ce soit par l’utilisation d’antibiotiques, une maladie ou une alimentation malsaine, le corps peut devenir vulnérable aux maladies. Dans cette étude, l’équipe de Garland a recherché les impacts sur le microbiote après avoir divisé des souris en quatre groupes : la moitié nourri avec le régime standard et sain, l’autre moitié avec le régime occidental moins sain, une moitié avec accès à une roue pour faire de l’exercice, et une autre moitié sans roue.

À LIRE AUSSI :
Probiotiques, que sont-ils ? À quoi servent-ils ?

Régime mal équilibré : il entraîne une diminution du microbiote

Après trois semaines passées avec ces régimes, toutes les souris ont été renvoyées à un régime standard et sans exercice, ce qui est normalement la façon dont les souris sont conservées dans un laboratoire. À la fin des 14 semaines, l’équipe a examiné la diversité et l’abondance des bactéries chez les animaux. Ils ont constaté que la quantité de bactéries telles que Muribaculum intestinale était considérablement réduite dans le groupe alimentaire occidental. Ce type de bactérie est impliqué dans le métabolisme des glucides.

evolution microbiome regime exercice
Effets de l’exercice au début de la vie au niveau du phylum. L’abondance relative de neuf phylums pour les rats adultes et juvéniles sédentaires (sed) et sportifs (run) après trois jours (3d) et six semaines (6 wk) d’exercice, et 25 jours après l’arrêt de l’exercice (25 d post). Des différences significatives de phylums dues à l’exercice n’ont été observées que chez les juvéniles. Plus précisément, l’exercice juvénile a augmenté l’abondance relative d’Euryarchaeota et de Bacteroidetes et a diminué l’abondance relative de Firmicutes et de protéobactéries, dans l’ensemble ainsi qu’à 6 semaines. © Monica P. McNamara et al. 2021

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

L’analyse a également montré que les bactéries intestinales sont sensibles à la quantité d’exercice que font les souris. Les bactéries Muribaculum ont augmenté chez les souris nourries avec un régime standard qui avaient accès à une roue de course et ont diminué chez les souris soumises à un régime riche en graisses, qu’elles fassent de l’exercice ou non.

L’impact supérieur à long terme du régime comparé à l’exercice

Les chercheurs pensent que cette espèce de bactérie et la famille de bactéries à laquelle elle appartient pourraient influencer la quantité d’énergie disponible pour son hôte. Les recherches se poursuivent sur d’autres fonctions que ce type de bactéries peut avoir. Un autre effet à noter était l’augmentation d’espèces de bactéries très similaires qui ont été enrichies après cinq semaines d’entraînement sur tapis roulant dans une étude menée par d’autres chercheurs, suggérant que l’exercice seul peut augmenter sa présence.

À LIRE AUSSI :
Origine de la pandémie de COVID-19 : les faiblesses de la (fausse) piste italienne

Dans l’ensemble, les chercheurs de l’UCR ont constaté que le régime alimentaire occidental en début de vie avait des effets plus durables sur le microbiote que l’exercice au début de la vie. L’équipe de Garland aimerait répéter cette expérience et prélever des échantillons à des moments supplémentaires, pour mieux comprendre quand les changements dans les microbiotes de souris apparaissent pour la première fois et s’ils se prolongent encore plus tard dans la vie.

Sources : Journal of Experimental Biology

Laisser un commentaire