Des scientifiques ont appris à des rats à jouer à cache-cache et ça les a littéralement fait sauter de joie (les rats) !

rat cache-cache
| Christine McCall/Pixabay

Une équipe de chercheurs, et une équipe de rats, se sont récemment réunis pour effectuer une expérience pour le moins intéressante. Ils ont passé des semaines à jouer à cache-cache (humains et rongeurs) et cela a été si amusant pour les deux parties, que les petits rats espiègles ont littéralement rigolé et sauté de joie.

Les petits joueurs consistaient en six rats mâles adolescents entraînés à jouer cache-cache, contre Annika Stefanie Reinhold, une neuroscientifique. Les chercheurs ont rempli une pièce de cachettes faites de boîtes différentes et ont permis aux rats de s’habituer à cet espace. Les créatures ont appris que si elles commençaient le jeu à l’intérieur d’une boîte fermée, elles étaient le chercheur, alors qu’être dans une boîte ouverte signifiait qu’elles avaient besoin de se cacher.

Au fil du temps, les rats sont devenus plus furtifs, pensant que les boîtes opaques constituaient les meilleures cachettes et les meilleurs endroits où leur rival à deux jambes s’était caché avant de chercher. En apprenant à jouer au jeu, les rats ont été récompensés pour leur succès grâce à des chatouilles par exemple. « Ils nous poursuivent la main, nous les chatouillons de côté, c’est un peu comme si vous jouiez avec des petits chatons ou des chiots », a déclaré Konstantin Hartmann de l’université Humboldt.

En plus de jouer pour ces interactions, les rats étaient motivés par le plaisir du jeu : ils sautaient littéralement de joie et laissaient même tomber des « rires » aiguës, suggérant qu’ils étaient de bonne humeur.

Si vous vous demandez pourquoi vous n’avez jamais entendu un rire de rat, il faut savoir que ces rires ne peuvent être captés qu’avec des équipements scientifiques spécifiques, car ils sont trop aigus pour être détectés par l’oreille humaine. Un autre signe montrant que les rats s’amusaient bien était qu’ils sautaient souvent pour se cacher dans un nouvel endroit une fois qu’ils avaient été surpris. Comme des enfants, ils voulaient continuer à jouer encore et encore.

À LIRE AUSSI :
Première : découverte d'un crabe de l'ère des dinosaures piégé dans de l'ambre
rat experience cache-cache
Lors de l’expérience, un chercheur s’accroupissait pour se cacher derrière un carton, ou bien donnait au rat une longueur d’avance pour qu’il se cache, l’humain le cherchant. Crédits : AFP/Reinhold Sanguinetti-Scheck

Si le fait que des rats amusés jouent depuis des semaines à cache-cache en toute innocence soit la nouvelle positive dont le monde a besoin actuellement, nous pouvons tout de même nous demander pourquoi est-ce que des scientifiques ont jugé que c’était une bonne utilisation de leur temps.

Vous aimerez  également : L’agence américaine de protection de l’environnement annonce l’arrêt de ses tests sur les mammifères d’ici 2035

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

L’équipe a enregistré les signaux nerveux provenant du cortex préfrontal du cerveau des rats, une zone impliquée dans l’apprentissage. Ils ont évalué quels neurones s’activaient à différents moments du jeu. Par exemple, un tiers des cerveaux des individus a envoyé des signaux lorsque le rat a appris qu’il devait se cacher, ou chercher.

Des recherches comme celle-ci peuvent nous en apprendre davantage sur l’apprentissage dans le cerveau des mammifères, mais elles peuvent également nous aider à mieux comprendre l’importance du jeu chez les individus. De plus, des études futures pourraient examiner les effets que le fait de ne pas avoir la permission de jouer pourrait avoir sur le cerveau, révélant ainsi comment les enfants et les adolescents privés de la possibilité de s’amuser et de jouer avec les autres pourraient être affectés par cela.

« Ce type de recherche aidera également d’autres scientifiques à voir chez les rats plus que ce qu’ils voient habituellement lorsqu’ils les utilisent pour des expériences standard, quand ils ne savent pas tout ce que ces animaux peuvent faire », a déclaré Hartmann. « Quand vous travaillez beaucoup avec les rats, au fil des ans, vous voyez à quel point ces animaux sont intelligents et sociaux », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSI :
La drogue consommée pendant un festival britannique affecte gravement la faune locale
Source : Science

Laisser un commentaire