34 Partages

Lors d’une brève série d’entrevues avec des entreprises spatiales commerciales lors du Congrès international d’astronautique de cette année, Gwynne Shotwell, présidente et chef de l’exploitation de SpaceX, a donné un peu plus de détails concernant le “calendrier idéal” des missions de son prochain véhicule spatial Starship, le plus grand à ce jour. Ce calendrier, certes ambitieux, inclut le premier atterrissage sur la Lune d’ici 2022.

Starship, actuellement en développement dans les installations de SpaceX au sud du Texas et en Floride, est destiné à succéder et remplacer le Falcon 9 ainsi que le Falcon Heavy, avec une capacité de charge utile supérieure. Dans le cadre des entrevues, Gwynne Shotwell a déclaré qu’en considérant les possibilités techniques qu’offrira ce nouveau vaisseau, la société souhaiterait effectuer un atterrissage sur la Lune d’ici 2022.

« Dans l’idéal, nous souhaitons placer Starship en orbite d’ici un an », a déclaré Shotwell au Congrès international d’astronautique de cette année, tenu à Washington DC. « Et nous tenons absolument à le faire atterrir sur la Lune avant 2022 ».

Premièrement, SpaceX veut transporter une cargaison destinée à la mise en place d’une base lunaire. Deuxièmement, si tout se déroule comme prévu, l’entreprise prévoit d’y envoyer les premiers humains.

« Nous voulons y organiser des livraisons de cargaisons afin de nous assurer qu’il y ait suffisamment des ressources pour les personnes qui se rendront sur notre satellite naturel d’ici 2024 », a-t-elle déclaré.

Des échéances ambitieuses

Si le passé de la société est plutôt rassurant en matière de réalisations, il s’agit encore une fois d’une échéance ambitieuse, qui a sans doute de grandes chances d’être retardée. Le PDG Elon Musk lui-même s’est construit une réputation de cadre trop ambitieux quant aux échéances qu’il imposait.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Mais cela ne semble pas inquiéter Shotwell : « Honnêtement, j’aime beaucoup quand les gens disent que nous ne pouvons pas le faire, car cela motive davantage mes 6500 employés à faire en sorte que cela se concrétise ».

Quoi qu’il en soit, il faut considérer que dans l’industrie spatiale — comme dans de nombreux autres secteurs technologiques à concurrence élevée —, il n’est pas rare que les dirigeants établissent des calendriers rigoureux pour amener les équipes qui travaillent sur les différents projets à travailler aux limites de ce qui est réellement possible.

Sur le même sujet : SpaceX pourrait commencer des vols habités vers l’ISS avec Crew Dragon dès début 2020

SpaceX a déjà discuté de son objectif de débuter ses premiers vols d’essai orbital de Starship dans un délai d’à peine un an. Jusqu’à présent, l’entreprise a construit et testé un véhicule de démonstration appelé “Starhopper“, composé uniquement de la base du véhicule et de l’un des moteurs Raptor qu’elle utilisera pour son nouveau système de lancement Starship et son booster Super Heavy.

Après avoir effectué avec succès des vols à basse altitude avec ce véhicule, SpaceX a procédé à l’assemblage de Starship Mk1 et Mk2, qui représentent la version complète du vaisseau spatial orbital. Ils sont construits par des équipes à Boca Chica et Cape Canaveral, respectivement. Ces derniers effectueront des essais à haute altitude avant que SpaceX ne construise d’autres prototypes pour des vols d’essai orbitaux inhabités, et finalement habités.

L’entreprise a déjà conclu un contrat avec Intuitive Machines et ispace, deux sociétés travaillant avec la NASA, dans le but de livrer des charges utiles sur la Lune avant l’alunissage prévu dans le cadre de son programme Artemis en 2024. Mais pour le moment, ces missions exploiteront toutes le Falcon 9 pour livrer leurs charges utiles, et pas encore le vaisseau Starship.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

34 Partages
34 Partages
Partager via
Copier le lien