2.3K Partages

Bien qu’elle soit étudiée depuis longtemps par les archéologues, la culture celtique réserve encore de nombreux mystères. Les pratiques funéraires des celtes sont connues pour être complexes, les vivants apportant toute l’aide possible aux défunts pour continuer leur vie dans l’au-delà. La tombe d’un guerrier celtique vieille de 2200 ans récemment découverte au Royaume-Uni, comportant divers objets dont un bouclier particulièrement ouvragé, confirme ces pratiques ancestrales.

Parmi les découvertes dans la tombe, se trouve un bouclier orné décrit comme « l’objet d’art celtique britannique le plus important du millénaire » par l’archéologue Melanie Giles de l’Université de Manchester.

Fabriqué dans un style de l’art celtique ancien connu sous le nom de La Tène, le bouclier présente un bord festonné inhabituel et une conception en triple spirale appelée triskèle. Le bouclier montre également des formes organiques telles que des coquilles de mollusques, ainsi que des marques de réparation.

« La croyance populaire est que les boucliers élaborés à face métallique étaient purement cérémoniels, reflétant le statut, mais pas utilisés dans la bataille. Notre enquête conteste cela avec la preuve d’une cassure par perforation dans le bouclier, typique d’une épée. Des marques de réparation peuvent également être vus, suggérant que le bouclier était non seulement vieux mais aussi susceptible d’avoir été utilisé » explique l’archéologue Paula Ware du MAP Archaeological Practice.

Accompagner les défunts dans l’au-delà

Mesurant 75 centimètres de diamètre, le bouclier aurait été fabriqué en martelant une feuille de bronze par en dessous. Tous les accessoires en cuir et en bois qui existaient autrefois sur l’arme défensive ont depuis pourri. Outre le bouclier, la tombe comporte également ce qui semble être un char, avec des chevaux — bien qu’il ne soit pas clair si les chevaux ont été sacrifiés aux fins de l’enterrement ou étaient déjà morts auparavant.

bouclier celtique

Bouclier retrouvé dans la tombe celtique. Crédits : MAP Archaeological Practice

Voir toutes ces armes, un moyen de transport et des provisions entassées dans la tombe indique à quel point les tribus celtiques de l’époque envisageaient sérieusement le passage dans l’au-delà. La société dans laquelle ce guerrier aurait vécu aurait voulu lui apporter autant d’aide que possible dans tout ce qui allait suivre.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
squelettes chevaux

Restes des chevaux exhumés dans la tombe. Crédits : MAP Archaeological Practice

Sur le même sujet : Vallée des Rois : découverte de deux momies et d’un important complexe ouvrier vieux de 3500 ans

La possibilité d’une mort naturelle

On pense que l’homme lui-même était dans la fin de la quarantaine ou plus lorsqu’il est décédé, vers 320-174 avant notre ère. Rien de semblable à ce type d’enterrement n’a jamais été vu au Royaume-Uni auparavant, bien qu’une autre tombe avec char et cheval ait été découverte en Bulgarie en 2013.

Ces dernières découvertes n’ont pas encore été publiées dans une revue évaluée par des pairs, mais proviennent d’un site funéraire découvert à l’origine en 2018, près de la ville de Pocklington, dans le Yorkshire. Une broche en verre rouge et des restes de porcs (un autre sacrifice animal potentiel) ont également été découverts dans la même tombe.

« Nous ne savons pas comment l’homme est mort. Il y a des traumatismes contondants mais ils ne l’auraient pas tué. Je ne pense pas qu’il soit mort au combat ; il est fort probable qu’il soit mort dans la ‘vieillesse’ » conclut Ware.

Sources : Yorkshire Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2.3K Partages
2.3K Partages
Partager via
Copier le lien