Un médecin invente une « théorie du complot » pour convaincre une « antivax » de vacciner son enfant

vaccin medecin convainc anti vax theorie complot
| Getty Images

Désormais, tout le monde est au courant de la problématique des « antivax », et il arrive souvent d’assister à des débats à ce sujet. La désinformation qui règne autour de cet univers anti-vaccination en est une facette importante, et les propositions de solutions pour la combattre, bien que diverses et variées, ne suffisent malheureusement pas pour stopper la propagande. Récemment, un médecin a décidé d’être plus original en inventant une petite théorie du complot, afin de convaincre une maman de vacciner son enfant.

Il y a quelques semaines, c’est sur le site Reddit qu’un utilisateur, « u/ArcaneRuby », a posé la question suivante : « Médecins de Reddit, quelles sont certaines de vos histoires de parents antivax ? ». Le fil de discussion étant vite devenu très populaire, certains professionnels de la santé sont venus raconter leur vécu, parfois parsemé d’histoires déchirantes d’enfants souffrant à cause de cette propagande.

Parmi les réponses, il y avait l’intéressant et hilarant récit d’un étudiant en quatrième année de médecine (avec comme pseudo « _Haliax_ »), qui terminait son stage en pédiatrie. Il dit avoir rencontré la « maman antivax typique » : « Cette dame était une adepte de la théorie du complot. Elle a négligemment mentionné une série d’éléments concernant le 11 septembre et les chemtrails. Bien sûr, elle aimait aussi l’idée de la conspiration concernant les vaccins, choisissant de ne pas protéger son enfant alors âgé d’un an, pour qu’il ne se fasse pas avoir par Big Pharma », écrit-il dans le fil.

vaccin medecin convainc anti vax theorie complot
Aperçu de la discussion Reddit au sujet des antivax, montrant le témoignage hilarant d’un étudiant en médecine. Crédits : Reddit

Le travail de l’étudiant consistait à recueillir des informations sur les antécédents médicaux de l’enfant et à effectuer les examens à présenter au médecin traitant. Après avoir découvert que l’enfant n’était pas vacciné et que la mère « tenait beaucoup aux théories du complot », il en a informé le médecin. L’étudiant a déclaré qu’ils étaient retournés voir la femme, avec le médecin, qui arborait alors un sourire signifiant « observe ceci ».

À LIRE AUSSI :
COVID : un test sanguin pour révéler les personnes à risque de développer une forme sévère

L’examen était simple et standard, mais la femme a tout de même soulevé le sujet fatidique des vaccins. Elle a énuméré environ 15 raisons pour lesquelles les vaccins sont plus dangereux que les maladies contre lesquelles ils protègent. Elle a aussi notamment évoqué « les raisons maléfiques » qui motiveraient les sociétés pharmaceutiques à agir de la sorte.

Le médecin a écouté patiemment ce que la femme avait à dire, jusqu’à ce qu’elle ait terminé son récit (qui semblait durer une éternité), puis intervient : « Avez-vous envisagé la possibilité que la propagande anti-vaccin soit une tentative des Russes ou des Chinois d’affaiblir la santé de la population ? La population des États-Unis ? ».

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Et la réaction était inestimable : « Dans un moment de dissonance cognitive catastrophique, je jure avoir entendu un étrange bruit sourd lorsque son cerveau s’est égaré », a écrit _Haliax_. Une façon bien hilarante de décrire l’ambiance qui devait régner à ce moment-là.

Bien entendu, il est normal de se poser la question de l’éthique dans une situation de ce genre. Est-ce vraiment acceptable qu’un médecin mente de la sorte, même si c’est pour le bien de l’enfant ? Peut-être savait-il qu’il ne pourrait pas faire en sorte de vacciner cet enfant autrement (par exemple en essayant de convaincre sa maman), de ce fait aurait-il préféré entrer dans son jeu.

Tout compte fait, dans les grandes lignes, l’histoire se termine bien : la mère a finalement accepté de faire vacciner son enfant, sur la base d’un calendrier modifié.

Laisser un commentaire