Une expérience audacieuse et unique en son genre : un homme de 44 ans a été traité par une technique d’édition génomique aux États-Unis. Il souffre de la maladie de Hunter, une maladie génétique rare et incurable (également connue sous le nom de mucopolysaccharidose de type II). Il s’agit de la toute première fois que l’édition génomique a été testée dans l’organisme d’un patient et non sur des cellules réinjectées par la suite.

Bien que la technique d’édition de gènes CRISPR ait innové dans des domaines tels que l’édition d’embryons humains et l’injection de cellules modifiées génétiquement, cette technique alternative développée par l’entreprise Sangamo Therapeutics propose une nouvelle approche, en temps réel, pour infuser le sang d’une personne avec un virus d’édition génique.

Cette technique vise à éradiquer la maladie de Hunter, qui provoque une absence d’iduronate-2-sulfatase (IDS) chez les malades, une enzype qui sert à détruire les mucopolysaccharides (des molécules de sucre de grande taille). Comme ces derniers s’accumulent dans les cellules (os, articulations, oreilles, poumons, cœur), les patients développent des symptômes du type surdité, petite taille, troubles cardiaques, douleurs articulaires, infections et autres anomalies physiques, conduisant à une espérance de vie considérablement réduite. « Pour la première fois, un patient a reçu une thérapie destinée à éditer précisément l’ADN des cellules, directement à l’intérieur du corps », explique Sandy Macrae, PDG de Sangamo Therapeutics. « Nous sommes au début d’une nouvelle ère de la médecine génomique », a-t-elle ajouté

Le patient en question est Brian Madeux, 44 ans, originaire de l’Arizona aux États-Unis. Dans le cas de ce patient, les complications ont entraîné 26 opérations pour traiter des éléments divers comme des hernies, des os qui pincent sa colonne vertébrale, des troubles des oreilles et des yeux. « J’ai l’impression d’avoir subi une opération tous les deux ans », a déclaré Madeux, ajoutant que l’année dernière, il avait failli mourir d’une bronchite et d’une pneumonie qui avaient déformé ses voies respiratoires : « je me noyais dans mes sécrétions, je ne pouvais pas tousser ».

Dans le but de mettre un terme définitif au trauma alimenté par cette maladie, Madeux a été relié à une perfusion intraveineuse pendant trois heures lundi dernier, par des chercheurs de Sangamo, en Californie (USA).

La thérapie expérimentale de Sangamo, appelée SB-913, implique une technique d’édition de gènes appelée nucléases à doigts de zinc, qui utilise un virus modifié conçu pour délivrer avec précision des milliards de gènes correctifs à l’ADN des cellules du foie du patient. Cette technique permet donc d’insérer le gène correct à un endroit précis de l’ADN, au sein des cellules du foie, pour que celles-ci produisent la protéine manquante.

Des traitements de thérapie génique fonctionnellement similaires existent depuis des décennies, mais ce qui distingue le SB-913 des techniques précédentes, c’est sa precision : « Vous savez exactement où vous allez dans le génome », a déclaré le pédiatre Chester Whitley de l’Université du Minnesota (USA) et chercheur principal de la Clinique Sangamo, concernant la thérapie expérimentale.

En effet, il faut savoir que la technique des nucléases à doigts de zinc permet de couper l’AND à un endroit précis. En utilisant ce processus, les cellules insèrent le gène correcteur à l’endroit prévu. Cette technique a donc pour avantage de ne pas insérer le gène au hasard dans le génome. « Ce n’est pas comme utiliser un fusil à pompe en espérant que vous toucherez un oiseau en vol, mais plutôt comme utiliser un fusil de précision », a ajouté Whitley.

Malgré les progrès réalisés récemment dans le domaine, actuellement, personne ne sait exactement ce qui se passera suite au traitement testé sur Madeux. Les chercheurs espèrent pouvoir tester le traitement sur 30 patients supplémentaires afin de définir la sécurité de la procédure SB-913. Puis, l’entreprise espère pouvoir utiliser la thérapie pour traiter les enfants atteints de la maladie de Hunter dans des conditions similaires, qui bénéficieraient alors d’une intervention précoce, avant que les symptômes les plus graves et les plus menaçants ne soient établis.

Selon les chercheurs, seulement 1% des cellules du foie de Madeux devraient être corrigées pour traiter avec succès la maladie. Les premiers résultats sont attendus dans le courant du mois et une analyse plus complète est à venir dans les trois mois. « Je suis prêt à prendre ce risque, j’espère que ça va m’aider, ainsi que d’autres personnes », a-t-il exprimé concernant le test du traitement.

VIDÉO : Première utilisation de l’édition génomique sur un patient !

Sources : AP, PR Newswire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share