Il s’agit d’une pierre à première vue banale d’à peine 3,6 centimètres de longueur, incrustée dans une couche de calcaire et trouvée dans le tombeau d’un guerrier de l’âge du bronze, datant d’il y a 3500 ans, à Pylos en Grèce. Cette petite pierre s’est finalement avérée être la pièce la plus étonnante de toute la découverte archéologique sur ce site grec.

C’est après plus d’une année de recherche que cette pierre précieuse sculptée a été découverte : une pierre d’agate, utilisée pour estamper une image sur de l’argile ou de la cire, que les chercheurs ont qualifiée de « l’une des plus belles œuvres d’art grec préhistorique jamais découverte ».

Selon eux, cette pièce pourrait aller jusqu’à réécrire l’histoire de l’art grec ancien. Elle montre un guerrier, plongeant victorieusement son épée dans un second ennemi, le premier ayant déjà été vaincu et gisant au sol. La pierre a été nommée l’Agate du combat de Pylos :

pylos combat pierre agate guerrier griffon art grec

Crédits : Department of Classics/University of Cincinnati

Le tombeau a été découvert en 2015 et cela a été une découverte pour le moins spectaculaire : à l’intérieur se trouvait un squelette mycénien remarquablement intact, qui a été nommé Le Guerrier Griffon, d’après une plaque d’ivoire sculptée avec l’image d’un griffon se trouvant à ses côtés.

La tombe était remplie de trésors. Au moins 3000 objets ont été découverts, dont des bagues en or, des coupes en argent, une épée brodée d’or sur le pommeau, plus de 1000 perles sculptées dans des pierres précieuses, une armure en bronze, des peignes en ivoire, un collier en or et plus de 50 autres pierres précieuses.

Ces objets ont révélé une culture riche et profonde. La plupart des objets funéraires étaient d’origine minoenne, démontrant que les échanges culturels entre les Minoens et les Mycéniens étaient bien plus importants et plus étendus qu’on ne le pensait auparavant. Les objets ont également permis de découvrir d’autres informations quant à cette civilisation, notamment en ce qui concerne la religion, les valeurs ainsi que leurs rites funéraires.

Par exemple, aucun objet en argile n’a été trouvé dans les tombes, indiquant que seuls le métal et d’autres matériaux précieux tels que l’ivoire étaient appropriés pour des objets funéraires de statut élevé.

Mais selon les chercheurs, l’Agate du combat de Pylos est quelque chose de rare et de transcendant. « Ce qui est fascinant c’est que la représentation du corps humain est à un niveau de détails et de musculature qui ne se retrouve pas à nouveau avant la période classique de l’art grec, 1000 ans plus tard », explique le chercheur Jack David, de l’Université de Cincinnati.

« Il semble que les Minoens produisaient des œuvres que personne ne les pensaient capables de produire. Cela montre que leur capacité et leur intérêt pour l’art figuratif, en particulier le mouvement et l’anatomie humaine, sont bien au-delà de ce que l’on pensait précédemment. Combinées avec les caractéristiques stylisées, c’est tout simplement extraordinaire », continue-t-il.

pylos combat pierre agate guerrier griffon art grec

Crédits : T. Ross/Department of Classics/University of Cincinnati

Le niveau de compétence et de sophistications requises pour faire une sculpture complexe de ce type est inégalé par tout ce qui date de cette époque. Cette sculpture est si détaillée qu’une photomicroscopie est nécessaire (voir ci-dessous) afin d’en voir correctement tous les éléments.

pylos combat pierre agate guerrier griffon art grec

Crédits : Department of Classics/University of Cincinnati

Les experts pensent que la pierre a dû être gravée à l’aide d’une loupe, même si jusqu’à présent les archéologues n’ont encore jamais trouvé de dispositif grossissant datant de cette époque.

La représentation même de la pierre reste également un mystère. Selon la chercheuse Shari Stocker de l’Université de Cincinnati, il pourrait s’agir d’une légende populaire de l’époque. Actuellement, nous ne savons toujours pas qui était exactement le Guerrier Griffon, si ce n’est que la découverte de son tombeau aura contribué à l’anthropologie, à l’archéologie et à l’histoire de l’art.

Les chercheurs continuent d’analyser les différents objets et artefacts découverts dans sa tombe et sont certains que d’autres découvertes surprenantes surviendront d’ici peu. Mais il sera sûrement difficile de battre l’importance de cette petite pierre : « Ce sceau devrait être inclus dans tous les prochains textes d’histoire de l’art, et va changer la manière dont l’art préhistorique est perçu », a déclaré Stocker.

Une analyse complète de l’Agate du combat de Pylos sera publiée dans la revue Hesperia.

Source : Cincinnati University

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share