L’aspirine sera testée en tant que traitement potentiel contre la COVID-19

aspirine testee traitement potentiel covid-19
| iStock/Pixabay/Trust My Science

Dans l’attente d’un vaccin efficace, les espoirs se portent actuellement sur les potentiels traitements capables de traiter la COVID-19 ou du moins de réduire les conséquences de son évolution dans le corps. Dans ce but, le Royaume-Uni s’apprête à administrer de l’aspirine à des milliers de patients, dans le cadre d’un essai visant à déterminer si l’analgésique peut réduire le risque de caillots sanguins dangereux.

L’aspirine est l’un des médicaments les plus utilisés au monde, générique et donc bon marché, et largement disponible dans le monde entier qui plus est. Suite à la suggestion de l’UK Covid-19 Therapeutics Advisory Panel, elle a récemment été ajoutée à une liste de traitements potentiels qui seront testés dans le cadre de l’essai d’évaluation aléatoire du Randomised Evaluation of Covid-19 therapy (Recovery), l’un des plus grands essais cliniques multitraitements COVID-19 du Royaume-Uni.

L’expérience nous a révélé que les personnes infectées par le coronavirus SARS-CoV-2 semblent avoir des plaquettes hyper-réactives — les fragments de cellules qui aident à arrêter les saignements —, ce qui signifie qu’elles sont plus exposées à des caillots sanguins potentiellement mortels, selon les scientifiques.

Les experts espèrent que l’aspirine, un agent antiplaquettaire couramment utilisé comme fluidifiant sanguin, peut réduire la possibilité de complications de la coagulation. « L’aspirine est largement utilisée pour prévenir les caillots sanguins dans de nombreuses autres affections, notamment les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et la pré-éclampsie chez les femmes enceintes », a déclaré le professeur Martin Landray, cochercheur en chef de l’essai.

À LIRE AUSSI :
COVID : le vaccin de Moderna montre une efficacité de 94%

« Mais l’attribution de patients à un essai randomisé tel que Recovery est le seul moyen d’évaluer s’il existe des avantages évidents pour les patients atteints de COVID-19, et si ces avantages l’emportent sur les effets secondaires potentiels tels que le risque d’hémorragie », ajoute Landray.

Risque d’effets secondaires à forte dose

Plus de 2000 patients devraient recevoir 150 mg d’aspirine par jour en plus du traitement habituel. Les données de ces patients seront comparées à celles d’au moins 2000 autres patients qui reçoivent un traitement standard COVID-19.

Étant donné qu’il s’agit d’un puissant fluidifiant sanguin, le médicament augmente le risque d’hémorragie interne, et la prise d’une dose trop élevée sur une longue période a été associée à des lésions rénales. L’utilisation de cette molécule (acide acétylsalicylique) doit donc être faite avec grande précaution.

Parmi les autres traitements testés dans le cadre de l’essai Recovery, il y a notamment le plasma riche en anticorps prélevé sur des patients s’étant rétablis de la COVID-19, ainsi que le cocktail d’anticorps de Regeneron, utilisé pour traiter Donald Trump le mois passé.

La décision d’ajouter l’aspirine à cette liste a été prise par les chercheurs de l’université d’Oxford, qui dirigent l’essai, et par le médecin en chef d’Angleterre, le professeur Chris Whitty, suite à une recommandation de l’UK Covid-19 Therapeutics Advisory Panel.

Contrairement au Remdesivir de Gilead, qui a été approuvé comme traitement COVID-19 aux États-Unis mais ayant montré de mauvais résultats dans le cadre d’un grand essai de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’aspirine est un médicament générique, ce qui le rend beaucoup moins cher.

L’essai Recovery a été le premier à montrer que la dexaméthasone, un corticostéroïde qui est également bon marché et largement disponible, pourrait sauver la vie de personnes présentant des formes sévères de COVID-19. Il a également permis de montrer que l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique, autrefois présenté par Trump comme un remède, n’était d’aucune utilité pour traiter cette maladie.

Source : Recovery

Plus d'articles
génie génétique virus cause prochaine pandémie
Génie génétique : il pourrait être à l’origine de la prochaine pandémie