499 Partages

Les baleines sont des mammifères marins dont l’une des caractéristiques les plus notables est le chant. Ce dernier sert en général de moyen de communication entre les individus d’une population. Les scientifiques ont déjà enregistré les chants de milliers de baleines, mais une espèce bien particulière n’a jamais été prise en flagrant délit de vocalisation. Il s’agit de la baleine franche (Eubalaena), dont une équipe de biologistes marins a pour la première fois réussi à enregistrer le chant.

Il ne reste plus beaucoup de baleines franches dans le Pacifique Nord, avec des estimations à seulement quelques centaines. Contrairement aux autres espèces de baleines, celles-ci ne sont pas réputées pour leur chant. Aussi, lorsque les scientifiques ont entendu une population se mettre à chanter, ils n’ont pas manqué d’étudier l’événement. La découverte a été publiée dans la revue The Journal of the Acoustical Society of America.

Pour la première fois, des chercheurs de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) ont enregistré des vocalisations produites par un petit groupe de baleines franches (Eubalaena japonica) du Pacifique Nord-Est dans la mer de Bering. Contrairement à beaucoup d’autres cétacés, les baleines franches ont tendance à être plutôt timides lorsqu’il s’agit de chant, s’en tenant plutôt aux appels individuels entre les membres d’un groupe.

baleine franche

Le chant des baleines franches (Eubalaena) a longtemps échappé aux scientifiques. Les individus de cette espèce ne chantent en effet que très rarement, préférant des vocalisations brèves. Crédits : NOAA

« Lors d’une étude sur le terrain durant l’été 2010, nous avons commencé à entendre une série de sons étranges » déclare Jessica Crance, biologiste marin au Centre des sciences de la pêche de la NOAA. « Nous pensions que c’était peut-être une baleine noire, mais nous n’avons pas eu de confirmation visuelle. Nous avons donc commencé à examiner nos données à long terme à partir d’enregistreurs acoustiques et avons constaté ces répétitions ».

Des vocalises aux allures de chant

Alors que les baleines franches étaient connues pour émettre des sons brefs, les vocalisations répétées avaient les caractéristiques d’une chanson, demeurant remarquablement cohérentes au fil des ans et à différents endroits. Entendre les sons était une chose, mais pour être absolument certaine que ces bruits provenaient des baleines en voie de disparition, l’équipe devait rencontrer le groupe personnellement.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Cela s’est finalement produit il y a quelques années, lorsque des chansons ont été détectées par des balises directionnelles dans le sud-est de la mer de Béring à trois reprises. « Nous avons entendu ces mêmes chansons lors d’une enquête estivale en 2017 et avons pu les lier à des baleines franches mâles » explique Crance.

Les enregistrements suivants ont été capturés par la NOAA :

L’équipe a rapidement associé chaque événement à un couple nageant à proximité, avec un ou même deux mélodies à l’approche du bateau et se poursuivant après le départ des chercheurs. Les auteurs ignorent le but de cette chanson, car il n’y avait aucun comportement évident auquel les chercheurs pouvaient l’associer.

Sur le même sujet : Plus de 70 baleines grises sont mortes échouées en 6 mois et les scientifiques ne comprennent pas pourquoi

« Nous pouvons maintenant définitivement affirmer qu’il s’agit de baleines noires, ce qui est très excitant car cela n’a jamais été entendu chez aucune autre population de baleines franches » déclare Crance. De cette population de baleines noires du Pacifique Nord, située à l’est de l’île, il reste environ 30 individus. Leur nature lente et leur caractéristique de flotter après leur mort en ont fait les baleines idéales pour la chasse.

Chant de la baleine noire : une fonction encore inconnue

Avec l’extinction qui se profile à l’horizon, les chercheurs les surveillent de près. Il est intéressant de noter que c’est peut-être leur petite population qui incite les mâles à chanter. « Les baleines mâles solitaires ont tendance à se faire tirer dessus plus fréquemment que les femelles » explique Crance. « Peut-être que le ratio mâles/femelles de 2: 1 dans le Pacifique Nord a poussé les mâles à chanter pour attirer les femelles. Mais nous ne pourrons peut-être jamais le savoir avec certitude ».

L’équipe envisage maintenant de revenir sur des années de données acoustiques collectées dans ce coin de l’océan, afin de déterminer si elle peut détecter des changements révélateurs dans les motifs, susceptibles d’indiquer comment les chansons ont évolué.

Avec une si petite population, le sort de ces baleines franches n’est pas certain. Bien qu’elles soient universellement protégées contre la pêche à la baleine depuis les années 1930, elles font toujours face à des menaces involontaires provenant d’autres activités humaines, telles que les filets de pêche et le changement climatique.

Sources : The Journal of the Acoustical Society of America

2 Réponses

  1. bidulette

    Cette baleine est mal en point ! elle est entravée par des filins … C’est bien malheureux !

    Répondre
  2. Véronique G

    Est ce que les scientifiques ont remarqué, et pris le temps de retirer, le bout qui entrave la baleine ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

499 Partages
499 Partages
Partager via
Copier le lien